Friends of the Richelieu. A river. A passion.



"Tout cedit pays est fort uny, remply de forests, vignes & noyers. Aucuns Chrestiens n'estoient encores parvenus jusques en cedit lieu, que nous, qui eusmes assez de peine à monter le riviere à la rame. " Samuel de Champlain


"All this region is very level and full of forests, vines and butternut trees. No Christian has ever visited this land and we had all the misery of the world trying to paddle the river upstream." Samuel de Champlain

Tuesday, September 30, 2014

In my grandparents' footsteps



Are we fated to repeat our (grand)parents' mistakes? The thing my mother feared the most in her future mate was alcoholism. Was it written in the stars that it should break my heart also?

My mother was almost a love child: her parents got married exactly 9 months before she was born. But as soon as she was old enough to earn some money to support her family, she had to leave school were she was getting top grades and find a job. Her mother had thrown her father out of the house because he was drinking his paychecks away.

And so my grandparents on my mother's side grew old and died apart because of alcoholism. Am I going to follow in their footsteps?

I always had the feeling that my mother did not marry the love of her life, although she did stay married to my father for 40 long years. Did the one that captured her heart drink? I know she and my father were afraid of alcoholism: both their fathers were alcoholics. And so my parents kept a tight lock on the bar at home, and rarely had enough to get drunk.

So the last thing they wanted for me for a mate was an alcoholic. So how to explain that they both loved T so much? Would it have made a difference? I remember when, in the middle of the night, it dawned on me that T was an alcoholic. I cried, and cried, and cried.

But T was gentle, intelligent; we thought so much the same way; the chemistry was good, and it just made sense that we should shack up together.

Through the years, the drinking got worse, and what were quirks in his personality when I met him became deep rooted bad habits (manias?) impossible to shake, or even shape. And so T, now mentally and physically handicapped because of his alcoholism and bad eating habits, has become too much of a burden for me to bear.

Maybe I don't want to be part of T going back to drinking again: I could not bear watch him slowly drink himself to death one more time. Maybe I'm afraid of failure, afraid I would be partially to blame for his downfall. I really have not pinned it down yet. I just know I don't want him under my roof when that happens. It's just too much. My heart broke last year. I just don't want to live all through this again in my own home.

During her last lucid years, my mother often told me how she now admired her mother, such a frail lady that came through in the end. Was she sending me a message? I guess I'll never know.

A sign of things to come? The flood of the Richelieu River in May 2011 forever changed the mood of the River in front of my home. Islands disappeared, mature trees were ripped away and floated down the rapids, rocks and stones were left behind in strange patterns, the bones and spine of the riverbottom were revealed for the first time in generations, and the Chambly Rapids took over the full width of the delta, like Nature always intended. Change was in the air, and I was a bit fearful, I admit, of loosing forever the river of my childhood. My mother had just died, and I knew a new life was in store for me if I dared embrace it.

Sunday, September 28, 2014

Comité de vigie sur l’implantation de Mégacrocheries à Lorrainville



Comité de vigie sur l’implantation de Mégacrocheries à Lorrainville.


COMMUNIQUÉ DE PRESSE (diffusion immédiate)

Lorrainville 15 septembre 2014 -- Suite à la soirée d’information d’Olymel sur le projet d’implantation de 5 mégaporcheries au Témiscamingue dont 2 à Lorrainville, à la rencontre subséquente du conseil municipal de Lorrainville le mardi 9 septembre où des citoyens ont tenté d’exprimer leurs inquiétudes face à ce projet et devant la position favorable du Maire, un comité composé de citoyens-citoyennes de Lorrainville s’est spontanément formé afin de documenter et informer la population de façon à ce qu’elle puisse connaître les données réelles qu’implique une telle décision de la part de nos élus.

Considérant que,

- La précipitation avec laquelle la Municipalité doit donner son approbation limite toute réflexion et consultation publique éclairée sur les véritables retombées et les impacts sociaux-environnementaux de ce projet ;

- Qu’Olymel présente un projet de 2,390 truies gestantes par porcheries, soit 10 têtes de moins que requiert le projet pour passer obligatoirement à l’examen du Bape;

- Des études ont déjà démontré la fragilité des milieux lacustres et des eaux souterraines du bassin versant de l’Outaouais supérieur, notamment pour la rivière La Loutre qui se déverse directement dans le lac Témiscamingue déjà en situation sérieuse de cyanobactéries;

- Des retombées connues de l’industrie porcine intensive sur la qualité de l’air, de l’eau et des sols et sur de la qualité de vie des populations environnantes ;

- La pérennité des ressources soit en cause ;

- L’héritage laissé à nos enfants et petits-enfants est peut-être menacé ;

- Le manque de données précises sur les impacts de ce projet sur la santé publique, la baisse potentielle de la valeur marchande des résidences et le développement de l’industrie touristique au Témiscamingue pourraient être fortement compromis ;

Le Comité de vigie-porcherie exige que ce projet une réflexion plus approfondie que la seule présentation de la part d’Olymel. Les impacts futurs sont si importants qu’il est impératif d’être bien informé sur les tenants et aboutissants d’une telle décision. Il nous appraît inconcevable de donner un chèque en blanc à un promotteur pour s’en mordre les doigts après,il sera trop tard…

C’est maintant qu’il faut réfléchir pour bénéfice de l’ensemble des citoyens actuels et futurs. En foi de quoi le comité :

- A déjà envoyée une lettre au Ministre de l’Environnement du Québec (David Heurtel) invoquant ici le «principe de précaution et de prévention»* dans ce dossier afin d’obliger Olymel à soumettre son projet de « Permes Boréales » au Bape ;

- Une pétition à cet effet s’adressant aux citoyens sera mis en circulation sous peu ;

- Demande à la Municipalité de Lorrainville de ne pas accepter ce projet sans qu’il soit soumis au processus d’évaluation environnemental du Bape ;

- Demande à la population de signifier son opinion sur la page facebook qui sera créé sous peu ;

- Documentera davantage les impacts réels du projet présenté par Olymel ;

- S’engage à transmettre des préoccupations et recommandations de la population aux membres du conseil municipal;

* Extrait Loi sur Développement durable : Chapitre II, article 6 :

« Principe de prévention » : en présence d’un risque connu, des actions de prévention, d’atténuation et de correction doivent être mises en place, en priorité à la source;

« Principe de précaution » : lorsqu’il y a un risque de dommage grave ou irréversible, l’absence de certitude scientifique complète ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard l’adoption de mesures effectives visant à prévenir une dégradation de l’environnement;

source : http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/developpement/principes.pdf

Bref, nous croyons que «La qualité de l’air, de l’eau et du sol font partie des principes fondamentaux qui doivent demeurer la propriété des citoyens.» Odina Desrochers.

-30-

Pour information:

Membres du Comité:
M. Jacques Deault, T. 819-625-2007
M. Gilles Lepage, T. 819-625-3041
Mme Marlyn Rannou,T. 819-625-2127
Mme Johanne Descôteaux :T. 819-629-7878
M.Alain Boucher : T.819-625-2809

Lien pour la pétition: http://www.petitions24.net/signatures/non_aux_megaporcheries_au_temiscamingue_sans_bape/start/120

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Watch group over mega pig farm projects in Lorrainville.

Press release

My translation of above message.

Lorrainville, September 15 2014 - After Olymel's information meeting on the 5 mega pig farm project in Témiscamingue, of which 2 would be in Lorrainville, and after the following Lorrainville municipal council meeting Tuesday September 9 where citizens tried to express their preoccupations regarding this project and the Mayor's favorable position, a committee made out of Lorrainville citizens was spontaneously formed to document and inform the population so that it can find out the real data that comes from such a decision from our elected officials.

Considering,

- The precipitation of the Municipality to give its approbation limits all reflection and a public consultation with the real aftermath and social-environmental impact of this project;

- That Olymel is presenting a project of 2,390 pregnant sows per pig farm, that would be 10 heads less the number where a project would be required to go through a BAPE (provincial environmental public hearings body);

- Studies have shown the fragility of lacustrian regions and the groundwater under the upper Outaouais watershed, especially for the La Loutre River that flows directly in Témiscamingue Lake, already having serious cyanobacteria problems;

- Known impacts of industrial pig farming on the air, water and soil quality and on the quality of life of neighboring populations;

- The safekeeping of resources is in the balance;

- The heritage left to our children and grandchildren could be in danger;

- The lack of precise data on the impacts of this project on public health, the potential drop of value of the homes and tourism in Témiscamingue could be greatly compromised;

The pig farm watch committee demands that there is more reflection done about this project with more than what the Olymel presentation has given us. The future impacts are so important that it is imperative that we are well informed on the impacts of such a decision. It seems to us inconceivable to give a blank cheque to a developer and then to regret it later: it will be too late...

It is now that we must reflect for the benefit of all citizens, present and future. In witness whereof, the committee:

- Has already sent a letter to the Quebec Environment Minister David Heurtal pleading to act according to "the precautionary principle and prevention"* with this file so to force Olymel to present its project "Permes Boréales" to a BAPE;

- A petition for citizens to sign that will be available soon;

- A request addressed to the Municipality of Lorrainville asking not to accept this project before it is submitted to the environmental assessment of a BAPE;

- A request to the population to share their opinion on a Facebook page that will be put up soon;

- Will further document the real impacts of an Olymel project;

- Promises to send preoccupations and recommendations of the population to the members of the municipal council;

* From the Law of sustainable development Chapter II, article 6:

"Prevention Principle": in the presence of an unknown risk, acts of prevention, attenuation and correction must be put in place, in priority at the source;

"Precautionary Principle": when there is a risk of grave or irreversible damages, the absence of complete scientific certainty must not serve as a pretext to delay further the adoption of effective measures aiming to prevent environmental degradation;


source : http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/developpement/principes.pdf

In a few words, we believe that "The air, water and soil quality are part of fundamental principles that must remain the ownership of citizens." Odina Desrochers



-30-

For further information:

Members of the Comité:
M. Jacques Deault, T. 819-625-2007
M. Gilles Lepage, T. 819-625-3041
Mme Marlyn Rannou,T. 819-625-2127
Mme Johanne Descôteaux :T. 819-629-7878
M.Alain Boucher : T.819-625-2809

Link for the petition: http://www.petitions24.net/signatures/non_aux_megaporcheries_au_temiscamingue_sans_bape/start/120

Friday, September 26, 2014

Quand la peur t'empêche de faire ta job


Exclusif : Cacouna
La jeune biologiste du Ministère trop peu protégée dans son travail

Charles Lecavalier publié dans Le Journal de Québec

QUÉBEC - La jeune biologiste qui a recommandé d'autoriser les forages au large de Cacouna ne bénéficiait pas de la sécurité d’emploi suffisante pour assurer l'intégrité de son travail, a appris Le Journal.

Sa situation précaire la rend sujette aux «pressions politiques», craint son syndicat. «Pour un jeune professionnel qui n’a pas de sécurité d’emploi, c’est très difficile de marcher contre le courant», dénonce Richard Perron, président du syndicat des professionnels du gouvernement.

Dans son jugement rendu mardi, la Cour supérieure, qui a stoppé temporairement les travaux, révélait que les inquiétudes de la «biologiste qui en est à sa première année comme analyste au Ministère» ont tout simplement disparu du rapport final. Malgré son inexpérience, Anne-Marie Jean s’est pourtant retrouvée au cœur d’un dossier politisé.

TransCanada veut effectuer des travaux exploratoires au port de Cacouna pour en faire un terminal maritime pétrolier et y relier un oléoduc de 4600 km. Cet ouvrage transporterait plus d’un million de barils de pétrole de l’Alberta. Le gouvernement Couillard a déjà manifesté son intérêt pour le projet.

Enquête indépendante exigée

Le syndicat demande maintenant une «enquête indépendante» sur cette question et soupçonne que Mme Jean a subi des pressions indues.

C’est le patron de la biologiste Anne-Marie Jean, le directeur régional Jean-Marie Dionne, qui a signé le certificat d’autorisation. Il «reconnaît avoir pris sa décision sans avoir lu toute l’information que [le dossier] contient», peut-on lire dans le jugement. Ces informations troublantes laissent croire à Richard Perron qu’une brèche dans la loi sur la fonction publique, qui protège les fonctionnaires des influences politiques, a pu avoir lieu.

M. Perron dénonce aussi le ministre de l’Environnement David Heurtel, qui «s’est caché» derrière ses employés et qui a abdiqué «sa responsabilité».

«Il oublie complètement le principe de responsabilité ministérielle. Il se cache derrière ses fonctionnaires alors qu’ils ne peuvent pas se défendre. Ils n’ont pas le droit de lui répondre», a expliqué M. Perron.

Ce matin, le ministre Heurtel a jeté le blâme sur ses fonctionnaires lors d’un point de presse mouvementé à l’Assemblée nationale. «Je n'ai pas signé le certificat d'autorisation. Ça vient de la direction régionale», a-t-il lancé.

Lien: http://www.journaldequebec.com/2014/09/25/la-biologiste-netait-pas-a-labri-des-influences-politiques

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Cacouna: the Ministry's young biologist does not have enough job protection

My translation of above article:

The young biologist that recommended the authorization of the drilling off Cacouna did not have enough job security to insure her position, the newspaper Le Journal has learned.

Her precarious position makes her vulnerable to "political pressure", fears her union. "For a young professional that has no job security, it is very difficult to go against the flow", says Richard Perron, president of the government professionals' union.

In Tuesday's ruling, the Superior Court that temporarily stopped the work, it said that the preoccupations of the "biologist who is in her first year of working as an analyst for the Ministry" simply disappeared from the final report. Even if she is inexperienced, Anne-Marie Jean has found herself in the middle of a very politicized file.

TransCanada wants to do exploratory work in the port of Cacouna for its project of doing a oil harbor terminal connected to a 4600 km oil pipeline. This would move more than a million barrels of oil coming from Alberta. The Couillard government had already shown interest in this project.

Demand for an independent inquiry

The union is now asking for an "independent inquiry" about this question and suspects that Mrs Jean suffered unduly pressures.

It is the biologist Anne-Marie Jean's boss, the regional director Jean-Marie Dionne, that signed the authorization certificate. He "admits having taken his decision without reading all the information included in the file", says the ruling. This troubling information lets Richard Perron believe that a breach in the law on civil service that protects public servants from political influence, could have happened.

Mr Perron also condemns Environment Minister David Heurtel that "hid" behind his employees and gave up "his responsibility".

"He completely forgets the principal of ministerial responsibility. He hides behind his civil servants when they cannot defend themselves. They do not have the right to answer back", explains Mr Perron.

This morning, Minister Heurtel blamed his civil servants during an agitated press conference at the National Assembly. "I did not sign the authorization certificate. It comes from the regional management", he shot back.

Tonight in the Yukon!

Thursday, September 25, 2014

Le piège qu'est l'entente Harper-Chine

PHOTO: Beacon News

L'entente avec la Chine passe devant les provinces, les Premières Nations quand il s'agit de projets énergétiques selon cet expert.

L'APIE a des implications importantes régulatrices et sur le marché du travail pour le développement de l'industrie de liquéfaction méthanier.


Ma traduction libre d'un reportage d'Andrew Nikiforuk.

L'un des experts canadiens en traités d'investissements nous prévient que l'accord très préférentiel entre le Canada et la Chine pourrait avoir des implications importantes sur le développement de la ressource et l'industrie de liquéfaction du gaz naturel en Colombie-Britannique et le reste du pays.

L'Accord controversé sur la promotion et la protection des investissements étrangers (APIE) entre le Canada et la Chine, que le gouvernement Harper a adopté sans débat parlementaire, "veut dire que n'importe quel gouvernement de la C.-B. ou législature, ou cour judiciaire serait maintenant assujetti aux obligations entendues entre le gouvernement fédéral et la Chine selon ce traité," dit Gus Van Harten, un professeur du Osgoode Law School.

Cela veut aussi dire que les obligations selon l'APIE peuvent infirmer les priorités et les droits des Premières Nations dans la province.

Van Harten donne deux exemples critiques sur la façon dont l'APIE pourrait impacter la province.

Si le gouvernement de la C.-B. décide de changer les règles sur la fracturation hydraulique pour le gaz de schiste pour protéger l'eau ou réduire les fuites de méthane, ces changements pourraient être contestés par les investisseurs Chinois qui les trouveraient injustes et une violation de leurs attentes au moment de leurs investissements.

De plus, si le gouvernement de la C.-B. stipule que davantage de citoyens de sa province doivent être engagés par l'industrie au lieu d'employés temporaires étrangers, alors les investisseurs Chinois pourraient contester ces changements également, comme étant des changements injustes des règles en place au moment où ils ont investis.

"Si ils veulent changer les règle sur l'extraction ou l'emploi, le gouvernement pourrait être restreint par les obligations dans l'Accord," ajoute Van Harten, l'auteur du livre "Investment Treaty Arbitration and Public Law".

Le gouvernement de la C.-B. a déjà signé une entente avec la Chine qui pourrait permettre l'importation d'employés faiblement rémunéré venant de la Chine pour construire les ports méthaniers.

Comment concilier l'APIE et cette convention collective? se demande Van Harten.

"Les gouvernements de la Colombie-Britannique et le gouvernement fédéral doivent être très clair sur leurs décisions et comment ils auraient pu être influencé par les obligations de cet Accord," ajoute le professeur en droit.

Donnez le public une "fenêtre" sur le traité

Le gouvernement de la C.-B. a activement subventionner le gaz de schiste et le développement de l'industrie de liquéfaction du gaz naturel grâce à de faibles redevances, des incitations financières pour les infrastructures, de l'eau gratuite, et une géoscience gratuite d'une valeur de plus d'un milliard de dollars d'argent du contribuable.

Un site Web du gouvernement de la C.-B. se vante en disant: "La Colombie-Britannique offre des taux de taxations faibles pour les corporations en recherche et développement, en machinerie et équipement."

Sous l'APIE, la cessation de n'importe lesquelles de ces subventions pourraient être mise au défi par les investisseurs Chinois également. Ce n'est pas facile à prévoir, remarque Van Harten, parce que sous l'APIE, la situation en subventions est beaucoup plus complexe. Certaines subventions sont permises par l'accord tandis que d'autres ne le sont pas.

L'expert en traités aimerait voir de la législation provinciale ou fédérale qui fournirait au public "n'importe quelle information disponible au gouvernement sur les façons que le traité a été invoqué par les investisseurs étrangers pour que le public puisse avoir une fenêtre sur les impacts du traité sur le gouvernement au Canada."

L'APPIE, qui fait toujours face à des litiges avec les Premières Nations, compte plusieurs chapitres controversés et se différencie grandement des autres ententes de libre-échange de plusieurs façons importantes.

L'expert nous donne sa liste de préoccupations

Voici juste quelques éléments uniques du traité examinés par Van Harten dans une étude en devenir et en profondeur pour l'Annuaire Canadien de droit international.

Il donne à la Chine le statut de Nation la plus favorisée, et "oblige le Canada, mais pas la Chine, d'ouvrir son économie aux investisseurs de l'autre état."

Il permet aux investisseurs Chinois, en général, d'acheter des actifs au Canada que des investisseurs canadiens ne pourraient pas acheter en Chine.

Il limite la capacité du Canada de filtrer les investissements Chinois à évaluer selon la Loi sur Investissement Canada tout en préservant la capacité de la Chine de filtrer les investissements du Canada sur tous les niveaux de gouvernement et sans les limitations imposées par le filtrage de la Loi sur Investissement Canada.

Il permet aux investisseurs étrangers des deux pays de faire des réclamations les uns contre les autres, mais ne permet pas aux deux gouvernements de faire des réclamations contre les investisseurs étrangers: un déséquilibre évident.

Il passe outre une réserve conçue pour préserver les droits des Autochtones, ce qui est inclus dans toutes les autres 25 ententes d'investissements et de commerce très similaires.

L'accord a une durée de vie de 31 ans, une longévité qui dépasse la grande majorité des accords similaires signés par le Canada.

Il donne un statut spécial aux investisseurs étrangers comme le China National Offshore Oil Corp. (CNOOC) ou China Petrochemical Corp. (Sinopec) en leur accordant des protections légales substantielles que les autres parties privées n'ont pas, dont des compétiteurs du marché intérieur.

Il permet aux investisseurs comme les corporations qui sont possédées par l'état de la Chine de faire des réclamations contre le gouvernement en secret. (Van Harten dit que l'arbitrage devrait être rendue publique seulement quand une attribution est accordée.)

De plus, la définition d'investissement dans l'accord est extrêmement large.

Le mot ne veut pas seulement dire des terres ou des édifices mais inclut aussi les droits de concession de la ressource, des instruments de la dette (ce qui veut dire les investissements de portfolios), les droits de propriété intellectuelle et "n'importe quelle autre propriété, tangible ou intangible, et les droits de propriétés qui y sont reliés acquis ou utilisés pour des fins d'affaires."

Qui contrôle les bénéfices des usines de liquéfaction méthaniers?

L'intérêt des Chinois pour les 14 projets de terminaux méthaniers est substantiel et se limite surtout aux corporations puissantes propriétés de l'état qui ont des liens directs avec le parti totalitaire Communiste de la Chine.

Ces méga-entreprises, parmi les plus importantes compagnies pétrolières de la planète, ont toutes étées mêlées à des scandales et des enquêtes pour corruption partout au monde, dont le Canada.

Sinopec, la plus importante compagnie de la Chine selon le revenu, possède 15% des parts dans le projet du centre méthanier Pacific Northwest.

La CNOOC est propriétaire de 60% du projet de centre méthanier Aurora et cherche à investir dans le projet méthanier de Prince Rupert.

Et la compagnie PetroChina Co. Ltd est un partenaire important dans le consortium mené par Royal Dutch Shell dans la construction du projet méthanier à Kitimat.

Un rapport de 2013 fait par le conseil bilatéral US-China Business Council remarquait que "les restrictions d'accès aux investissements et au marché continuent d'être une préoccupation prioritaire" pour les compagnies des É.-U. et du Canada qui essayent d'opérer dans l'économie restrictive et très protectionniste de la Chine.

Aucune examen publique indépendant sur les implications de cet accord sans précédents n'a eu lieu avant sa ratification.

Le commerce entre la Chine et le Canada est très déséquilibré. En 2013, le Canada exportait environ pour une valeur de $20 milliards de matières premières non transformées (minerai, poisson et pulpe de bois) vers la Chine, tandis qu'il importait une valeur de $50 milliards en machinerie, en chaussures, en meubles, jouets et plastiques venant de la Chine.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

China Deal Trumps Province, First Nations on Energy Projects: Treaty Expert

FIPPA carries big labour and regulatory implications for LNG development.

By Andrew Nikiforuk, published in TheTyee.ca

One of the nation's investment treaty experts warns that Canada's highly preferential trade agreement with China could have important implications for resource and LNG development in British Columbia and the rest of the country.

The controversial Canada-China Foreign Investment Promotion and Protection Agreement (FIPPA), which the Harper government signed into effect without parliamentary debate, "means that any B.C. government or legislature or courts would now be subject to obligations arranged by the federal government and China under the treaty," says Osgoode Law School professor Gus Van Harten.

It also means that the FIPPA obligations can overrule the priorities and rights of First Nations in the province.

Van Harten offered two critical examples on how FIPPA could impact the province.

If the government of British Columbia decided to change the rules on hydraulic fracturing of shale gas to protect water or reduce methane leaks, those changes could be contested by Chinese investors as unfair and a violation of their expectations at the time they invested.

In addition, if the B.C. government stipulates that more British Columbians must be employed by the industry as opposed to foreign temporary workers, then Chinese investors could contest those changes too, also as an unfair change to the rules in place when they invested.

"If they want to change the rules about extraction or employment, the government would be restrained by obligations in the treaty," adds Van Harten, the author of Investment Treaty Arbitration and Public Law.

The government of B.C. has already signed an agreement with China that would allow the importation of cheap labour from the superpower to build LNG terminals.

How does FIPPA connect to that labour agreement? Van Harten wonders.

"The governments of British Columbia and the federal government have to come clean about their decisions and how they may have been influenced by obligations under the treaty," adds the law professor.

Give public a 'window' on treaty

The B.C. government has actively subsidized shale gas and LNG development with low royalties, infrastructure incentives, free water, and free geoscience amounting to more than a billion dollars worth of taxpayers' money.

A B.C. government website boasts that "British Columbia offers low corporate tax rates, royalty credits, tax credits, and refunds for investments in research and development, machinery and equipment."

Under FIPPA the cessation of any of these subsidies could be challenged by Chinese investors too. It's not easily predicted, Van Harten notes, because under FIPPA the situation with subsidies is much more complex. Some subsidies are allowed by the agreement while others are not.

The treaty expert would like to see provincial or federal legislation that provides the public with "any information available to government about how the treaty has been invoked by foreign investors so the public can have a window on the treaty's impact on government in Canada."

FIPPA, which faces ongoing legal challenges from First Nations, has many controversial chapters and significantly departs from other trade agreements in critical ways.

Expert lists concerns

Here are just a few of the treaty's unique components as explored by Van Harten in a forthcoming and in-depth study for The Canadian Yearbook of International Law.

It gives China unique Most Favoured Nation status and "obligates Canada, but not China, to open its economy to the other state's investors."

It allows Chinese investors, in general, to purchase assets in Canada that Canadian investors would not be able to purchase in China.

It limits Canada's ability to screen Chinese investments to review under the Investment Canada Act while preserving China's ability to screen Canadian investments at any level of government and without the limitations imposed on screening by the Investment Canada Act.

It allows foreign investors from either country to bring claims against the other, but it does not allow either government to bring claims against foreign investors -- a clear imbalance.

It omits a reservation designed to preserve aboriginal rights, something included in all of Canada's 25 other similar investment and trade agreements.

The treaty has a lifespan of 31 years -- a longevity greater than the great majority of similar treaties signed by Canada.

It gives a special status to foreign investors such as the China National Offshore Oil Corp. (CNOOC) or China Petrochemical Corp. (Sinopec) in the form of substantive legal protections not enjoyed by other private parties, including domestic competitors.

It allows investors such as Chinese state-owned corporations to bring claims against the government in secret. (Van Harten says the arbitration would have to be made public only when an award is issued.)

Furthermore the treaty's definition of investment is extremely broad.

It does not mean just land or buildings but includes resource concession rights, debt instruments (that is, portfolio investment), intellectual property rights and "any other tangible or intangible... property and related property rights acquired or used for business purposes."

Who controls LNG benefits?

Chinese interest in the province's proposed 14 LNG terminals is substantial and largely confined to powerful state-owned corporations with direct ties to China's totalitarian Communist party.

These mega-firms, among the world's largest oil companies, have all been embroiled in scandals and corruption probes around the world, including Canada.

Sinopec, China's largest company by revenue, has a 15 per cent stake in the Pacific Northwest LNG project.

CNOOC owns a 60 per cent stake in the Aurora LNG project proposal and is pursuing an interest in Prince Rupert LNG project.

And PetroChina Co. Ltd. is a major partner in a consortium led by Royal Dutch Shell to build an LNG project in Kitimat.

A 2013 report by the US-China Business Council noted that, "Investment and market access restrictions continue to be a priority concern" for U.S. and Canadian companies trying to operate in the restrictive and highly protectionist Chinese economy.

No independent public review on the implications of unprecedented treaty took place prior to its ratification.

Trade between China and Canada is highly imbalanced. In 2013 Canada exported about $20-billion worth of raw goods (ores, fish and wood pulp) to China, while it imported $50-billion worth of machinery, footwear, furniture, toys and plastics from that country. [Tyee]

Link: http://thetyee.ca/News/2014/09/24/FIPPA-LNG-Development/

Wednesday, September 24, 2014

Tout comme Jessica Ernst l'est devenue...

photo: West Coast Native News

La demanderesse a fait une demande d'accès à l'information pour avoir accès à des filières en relation avec les enquêtes sur les causes de contaminations de méthane dans des puits d'eau potable à des endroits spécifiques. L'agence publique Alberta Innovates - Technology Futures a fait une application selon la Section 17 (information nuisible à la vie privée) pour ne pas révéler les noms des propriétaires de puits, leur information pour les contacter, et la description de leur terre. L'agence publique a aussi fait application selon les sections 16 (information nuisible aux intérêts d'affaires) 24 (conseils des autorités) et 25 (divulgations nuisible aux intérêts économiques et autres pour une agence publique), pour rayer certaines informations des dossiers. L'agence publique exige de la demanderesse de payer $4,125 de frais d'administration pour répondre à cette demande d'information. ---- Au sujet des frais, l'agent d'indemnisation croit que l'agence publique n'a pas fait la preuve qu'elle a pris tout ce temps pour préparer et trouver les documents pour justifier une telle somme à la demanderesse. L'agent d'indemnisation a rejeté l'argumentaire de l'agence publique que c'était raisonnable de prendre 2 minutes par page de temps passé à réviser les documents. L'agent d'indemnisation a déterminé que l'agence publique avait déclaré dans l'enquête que cela coûtait $297 pour préparer les dossiers et les chercher. ---

l'adversité
est la pierre que tu pousse

tu décides
si tu en sors plus forte

ou si la pierre
t'écrasera

ceci pour te dire
que tu as la honte et la tristesse

tu te demandes
pourquoi que cela t’arrive à toi

mais il n'y a pas de réponse
l'univers choisi au hasard ceux qu'il a besoin

alors te voici
les années passent

tu travailles pour les enfants de l'Alberta

les familles
se taisent

mais tu continue
l'adversité pourrait être la porte de sortie

ou la pierre tombale
d'une vie enterrée par l'échec

de ne pas avoir été à la hauteur
des défis de l'univers

tu décides
si tu sera plus forte

ou plus faible
tu choisis les mots

pour faire une rue
et un chemin

tu traces la carte
de l'adversité

et pendant que tu pousses
sur la pierre

tu apprends à être
qui tu es

tu fais tes preuves
et deviens plus forte en dedans

nous sommes les exemples
que nous voulons être en ce monde

certains d'entre nous
serons les échecs de notre société

bien qu'ils ont réussi
extérieurement

mais si tu choisis
la manière de la force interne

tu deviendras
le modèle d'excellence de notre monde

tout comme Jessica Ernst
l'est devenue

le prix
c'est le temps de ta vie

c'est toi qui choisis
comment tu seras dans ce monde

Jessica Ernst
travaille pour nous tous en Alberta

et elle est une femme
en feu

Ma traduction libre d'un poème trouvé sur le blog Reading Children's Books


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Monday, September 22, 2014
as Jessica Ernst / has become-------------The Applicant made a request under the Freedom of Information and Protection of Privacy Act for access to records relating to investigations regarding the causes of methane contamination in water wells in specific locations. Alberta Innovates - Technology Futures (the Public Body) applied section 17 (information harmful to personal privacy) to withhold the names of well owners, their contact information, and land descriptions. The Public Body also applied sections 16, (information harmful to business interests), 24, (advice from officials), and 25, (disclosure harmful to economic and other interests of a public body), to withhold information from the records. The Public Body required the Applicant to pay $4125 in fees for processing the access request. -------Regarding fees, the Adjudicator found that the Public Body had not established it spent the time preparing and searching for records for which it had required the Applicant to pay fees. The Adjudicator rejected the Public Body’s argument that it was appropriate to estimate two minutes per page of preparation time for the records, and determined that it had inappropriately charged for time spent reviewing records. The Adjudicator determined that the Public Body had established in the inquiry that its costs for both preparing the records and searching for them amounted to $297.----

adversity
is the stone you push

you decide
if you will become stronger

or if the stone
will bury you

this is to say
you have shame and sorrow

you wonder
why this happened to you

but there are no answers
the universe randomly picks those it needs

and so here you are
the years pass

you work
for the children of Alberta

the families
stay silent

but you go on
adversity can be the way out

or the grave marker
of a life that is buried by the failure

to rise to the challenges
that the universe provides



you decide
if you will be stronger

or weaker
you put down the words

to make a street
and a path

you make the map
of adversity

and as you push
the stone

you learn to be
who you are

you show yourself
and become strong internally


we are the examples
we wish to be in the world

some of us
will be the failures of our society

although they are successful
externally


but if you choose
the way of internal strength

you will become
the gold standards of our world

as Jessica Ernst
has become


the price
is the time of your life

you get to decide
which way you will be in the world

Jessica Ernst
works for all of us in Alberta


and she is a woman
on fire

Link: http://readingchildrensbooks.blogspot.ca/2014/09/as-jessica-ernst-has-become-applicant.html

Tuesday, September 23, 2014

Rock on!



What will motivate somebody to push on, to hang on, to keep on wanting to live?

Is it hunger?

Is it the yearning to relive the beauty of the past? Or wanting to admire the beauties that are sure to come again?

The stroke of a soft cat's fur. The vibrations of its purring on our lap. Its adoring look when the belly is full.

The cold seems to have settled in our part of the country, although the weatherman it is going to be nice again later this week. Has anybody told the hummingbird that seems to have left for the season?

One by one, the Monarchs have flown towards the sun, barely taking time to feed on the Jerusalem artichoke, almost unable to fly over the treetops. But somehow, they make it. Their species make it. Barely, anyway.

Some Maples are already turning orange, the Barberries are turning red, leaves are already blowing in the wind. The days are getting shorter, the sun is getting lower in the sky. And as sure as the sun rises from the East, the Asters in their lilac shades are back. Different smells are on the wind. Summer is too short.

Life is too short to waste. Grab every minute and cherish it with all your might. It will never come back again.


Monday, September 22, 2014

Protection de l’eau potable



Des scientifiques jugent que le nouveau règlement laisse le champ libre aux industries gazière et pétrolière

Publié dans Le Devoir le 20 septembre 2014 |Isabelle Paré

Le nouveau Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection (RPEP) « n’est qu’un écran de fumée » qui échoue à protéger réellement les nappes d’eau souterraines et les puits de surface des collectivités locales, estime un collectif de scientifiques.

Plus d’un mois après l’entrée en vigueur de ce nouveau règlement sur la protection de l’eau potable, adopté en réponse aux craintes de municipalités envers les activités de forage des entreprises pétrolières et gazières, un regroupement de scientifiques a émis vendredi de sérieux doutes sur la capacité de ce nouveau cadre juridique à éviter la contamination des eaux potables.

Conclusions alarmantes

Appuyée par Greenpeace, le Regroupement vigilance hydrocarbures Québec et les maires de Ristigouche et de Saint-Bonaventure, l’analyse de ce collectif arrive à des conclusions alarmantes pour les municipalités préoccupées par le risque que posent les activités de forage sur leurs territoires.

Des études menées en Pennsylvanie ont détecté la contamination de puits d’eau potable à deux kilomètres des puits de forage, soutient ce groupe.

Or le règlement se contente de hausser de 300 à 500 mètres les distances séparatrices des puits. « Les puits qui seront creusés au Québec seront des puits horizontaux qui utilisent la fracturation et qui iront jusqu’à un kilomètre. On a maintenant des preuves scientifiques que la contamination des eaux de surface peut survenir quand il y a des forages à moins de deux kilomètres des puits de forage », soutient Richard Langelier, juriste et sociologue. Plus encore, ces scientifiques jugent que la profondeur de forage imposée aux entreprises gazières et pétrolières pour protéger les nappes phréatiques est dérisoire et semble avoir été fixée sur mesure pour ne pas barrer la route aux forages déjà prévus à Gaspé et à Anticosti.

« Il n’y a pas de normes internationales, mais l’industrie fore habituellement à 1000 mètres. Si on fixe la barre à 600 mètres, c’est clairement pour laisser la porte ouverte aux activités projetées à Gaspé et à Anticosti. Car la norme des 1000 mètres n’aurait permis d’explorer que de 10 à 15 % du territoire d’Anticosti », relance M. Langelier.

Ce « simulacre » de règlement protecteur ne protège plus non plus les eaux servant à des fins agricoles, ajoute le collectif. Un recul pour les collectivités rurales dont l’agriculture est la base économique.

Resserrement des limites

Si l’Union des municipalités du Québec (UMQ) a salué l’adoption de ce règlement en juillet dernier, environ 25 maires et conseillers municipaux, dont ceux de Gaspé et de Ristigouche, se rencontreront aujourd’hui (20 septembre) dans la région des Bois-Francs pour demander à Québec un resserrement des limites imposées aux sociétés gazières et pétrolières.

Plus de 70 municipalités avaient adopté des règlements pour restreindre les activités de forage sur leurs territoires, dont celles de Ristigouche et de Gaspé, contestés par les sociétés gazières. Depuis l’entrée en vigueur du RPEP, ces règlements sont devenus obsolètes.

Lien: http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/419011/protection-de-l-eau-potable

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Drinking water protection

My translation of article published in Le Devoir

Some scientists think that the new regulation is an open door for the oil and gas industry

The new Regulation on water withdrawal and its protection (RPEP) "is but a smokescreen" that does not really protect groundwater and drinking water wells of local communities, confirm a scientific collective.

More than a month after this new regulation on drinking water protection came into force, brought up to calm municipalities preoccupations about oil and gas companies drilling, a group of scientists came out Friday with serious doubts on the capability of this new judicial measure to avoid potable water contamination.

Alarming conclusions

Backed by Greenpeace, the group Regroupement vigilance hydrocarbures Québec and the mayors of Ristigouche and Saint-Bonaventure, the analysis of this collective comes to alarming conclusions for municipalities preoccupied with the risks that come with drilling activities in their territory.

Studies done in Pennsylvania detected drinking water well contaminations 2 kilometers from drilling wells, claim this group.

But the regulation just brings up from 300 meters to 500 meters the separation distances from the wells. "The wells that will be drilled in Quebec will be horizontal wells that use fracking and will reach up to a kilometer. We now have scientific proof that surface water contamination can happen when there is drilling at less than 2 kilometers of drilling wells", claims Richard Langelier, legal expert and sociologist. And what's more, these scientists think that the imposed drilling depth on gas and oil companies to protect the water table is derisory and seems to have been determined just to allow drilling already planned for Gaspé and Anticosti.

"There are no international standards, but the industry usually drills up to 1,000 meters. If the limit is fixed at 600 meters, it is clearly to let the door open to activities planned in Gaspé and on Anticosti. Because the standard of 1000 meters would only have allowed exploration between 10% to 15% of Anticosti," adds Mr Langelier.

This "sham" of protection regulation does not protect either the water used for farming purposes, adds the collective. A step backward for rural communities whose economic base is agriculture.

Tightening the limits

If the Union of Municipalities of Quebec (UMQ) welcomed the passing of this regulation back in July, about 25 mayors and municipal councils, Gaspé and Ristigouche amongst them, are meeting today (September 20) in the Bois-Francs region to ask Quebec to tighten limits forced on gas and oil companies.

More than 70 municipalities had adopted the bylaws to limit drilling activities in their territory, like Ristigouche and Gaspé, challenged by gas companies. Since the RPEP came into force, these bylaws are obsolete.



Friday, September 19, 2014

Eau potable: Gaspé cesse son combat juridique

Photo: Costisella

La Presse Canadienne

GASPÉ,, Qc – La Ville de Gaspé met fin à la contestation d’un jugement de première instance qui invalidait son règlement municipal sur la protection de l’eau potable face à l’exploitation des hydrocarbures en milieux habités.

Le conseil municipal de Gaspé a ainsi adopté lundi soir une résolution qui met un terme aux procédures judiciaires.

La Cour supérieure a tranché en février dernier que Gaspé avait outrepassé ses pouvoirs en adoptant ce règlement municipal. Ce verdict donnait donc raison à Pétrolia, qui contestait la validité de ce règlement.

Le mois suivant, le maire de Gaspé, Daniel Côté, déposait une contestation en Cour d’appel du Québec pour casser le jugement de première instance. Le conseil municipal avait entamé cette démarche en raison de l’absence de règlement provincial en matière de protection de l’approvisionnement en eau potable.

Le gouvernement du Québec a toutefois déposé sa réglementation en juillet dernier, et Gaspé s’était engagée à retirer son recours lorsque le vide juridique serait comblé.

Toutefois, les élus municipaux trouvent toujours inapproprié de forer des puits de pétrole en milieu habité, et s’opposent à la fracturation sur le territoire de Gaspé. Le conseil a donc adopté une série de résolutions demandant à Québec de prendre ses responsabilités maintenant qu’il a pleine juridiction sur la protection de l’eau potable.

Gaspé demande aussi au gouvernement de s’assurer de l’acceptabilité sociale des projets, et de meilleures retombées pour les communautés touchées par le développement des hydrocarbures.

Link: http://journalmetro.com/actualites/national/558533/eau-potable-gaspe-cesse-son-combat-juridique/

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

My translation of above article:

Drinking water: Gaspé ends legal fight

The town of Gaspé ends its challenge of its first instance jugement that invalidated its municipal bylaw on the protection of drinking water from hydrocarbon exploitation in inhabited areas.

The municipal council of Gaspé passed a resolution Monday night putting an end to judicial procedures.

Superior Court had ruled last February that Gaspé had exceeding its powers by voting in this municipal bylaw. This verdict was in favor of Petrolia that was challenging the validity of this bylaw.

Then, the next month, Daniel Côté, Mayor of Gaspé, filed a challenge in Quebec's Appeals Court to strike that ruling. The municipal council had started that procedure because of the abscence of a provincial regulation that protects drinking water sources.

The Quebec government then filed its regulation last July, and Gaspé had promised to remove its appeal when the judicial void would be covered.

But the municipal elected officials still think it is inappropriate to drill oil wells in inhabited areas, and are against fracking in the Gaspé territory. The council has then voted in a series of resolutions asking for Quebec to take its responsabilities now that the province has full juridiction over drinking water protection.

Gaspé also is asking the government to insure the social acceptability of projects, and better benefits for impacted communities by the development of hydrocarbons.



Appel contre petrolia!

Je suis très triste d’apprendre que le conseil de Gaspé laisse la place pétrolia. Vous laissez tomber quatre années de travail bénévole de plus de 120 comités au Québec. Jamais je n’oublierai ce manque de solidarité du maire et de son conseil. D’ailleurs tout le Québec et les générations futures sans souviendront. Je ne peux qualifier ce manque de solidarité que de manque de jugement, d’intérêt à protéger et adopter le principe de précaution dans ce dossier.

Je pourrai qualifier cette décision comme un grand manque de respect pour le travail bénévole de grand homme comme docteur en droit Richard E Langelier et son équipe du collectif scientifique et des rapports et études qui vous ont été fournis gratuitement. Si une facture vous serait présentée avec ses experts elle dépasserait le quart de million.

Je passe trois semaines à grand Métis à tout les ans et je suis un touriste comblé quand je partage la beauté de la nature avec les amis et des repas de Matane à Rimouski et Sainte Anne des plaines jusqu’à Gaspé et de Percé à Ristigouche la Vallée de la Matapédia à Mont Joli. J’ai remarqué cette année sur le fleuve les activités pétrolières par bateaux et une petite odeur de pétrole. Que faite vous à cette belle région? Comment pouvez-vous dormir le soir en trahissant des gens qui vous ont supportés gratuitement qui ont bâtis un fond spécial pour votre défense.

Jamais la Gaspésie ne sera la même dans mon cœur. Heureusement il existe des gens comme Lise Chartrand, Maude Prudhomme, et des comités ensemble pour l’avenir du Grand Gaspé pour défendre l’avenir des générations futures.

Les Anglais disent : Shame on you. Honte à vous.

Et ceci est mon opinion personnelle, mais reflète l’assentiment général dans ce dossier par des milliers d’amoureux de Gaspé.

Je vous souhaite de l’eau potable et du touriste qui s’intéressent au gaz plus que de la nature, parce que pour les amoureux de la nature Gaspé sera perçue comme la porte d’entrée aux pétrolières et un conseil pas de colonne.

Bonne chance quand même.



Richard Chartier JFR

Coordonnateur au soutien technique et logistique du RVHQ

Coordonnateur du comité vigilance de Sainte Christine



Ps. j’invite les gens à s’exprimer et vous écrire.

Reçu sous forme de courriel

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

My translation of above plea received by Email

Call against Petrolia!

I am very sad to learn that Gaspé council is giving up against Pétrolia. You are letting down four years of volunteer work of more than 120 committees in Quebec. Never will I forget this lack of solidarity from the Mayor and his council. For that matter, all of Quebec and future generations will remember. I can only qualify this kind of lack of solidarity as a lack in judgment, lack of interest in protecting and following the precautionary principle in this file.

I could qualify this decision as being a lack of respect for the volunteer work of a great man like doctorate in law Richard E. Langelier and his team of the scientific collective and the reports and studies that were made available to you without charge. If a bill was sent to you from these experts, it would be for more than a quarter million. I spend three weeks at Grand Métis every year and I am a fulfilled tourist when I share nature's beauty with friends and meals from Matane to Rimouski and Sainte-Anne-des-Plaines, up to Gaspé and Percé to Ristigouche, in the Matapedia Valley to Mont-Joli.

I noticed, this year on the (St. Lawrence) River, oil company activity on the water and a slight smell of petrol. What are you doing to this nice region? How can you sleep at night when you betray people that have backed you for free, that put up a special fund to help you pay for your defense.

Never the Gaspesie Peninsula will be the same in my heart. Luckily, there are people like Lise Chartrand, Maude Prud'homme, and the committee Comité Ensemble pour l'Avenir du Grand Gaspé to defend future generations.

The English have a saying: Shame on you!

And this reflects my own opinion, but a general feeling of this file from the thousands that love Gaspé.

I wish you drinking water and tourism that prefer gas to nature, because for those who love nature, Gaspé will become the welcome mat for the oil companies and a council with no guts.

Wishing you good luck just the same.


Richard Chartier JFR

Coordinator technique support and logistics for the RVHQ

Coordinator for the committee vigilance de Sainte Christine

P.S.: I invite people to express themselves and write you



Wednesday, September 17, 2014

Est-ce que la ville de Richelieu a assez faim?

Presque tout les grands terrains habités à Richelieu ont été subdivisés à un moment ou l'autre. Tout les terrains zonés blancs étant construits, c'est pratiquement la seule façon pour ma municipalité d'augmenter son assiette fiscale.

L'un de ces beaux grands terrains, malheureusement, était le terrain appartenant à Michel Chartrand, planté de tous ses arbres qu'il aimait tant. Propriétaire avant lui, Mme Préfontaine entretenait de multiples plate-bandes de vivaces à l'anglaise. Son grand terrain qui entourait sa maison historique (à gauche dans la photo) a été subdivisé en tout petits lots miniatures, faisant disparaître du même coup presque tous les arbres pour permettre la construction de nouvelles maisons avec des terrains grands comme des mouchoirs!



Inutile de vous dire qu'il s'en est coupé beaucoup, des arbres pour bâtir une toute petite maison en hauteur avec un ruban de gazon tout le tour.

Du temps que je suivais de près les choses à mon hôtel de ville, j'avais entendu dire que de tels subdivisions des grands terrains ne se feraient plus dans ma ville, mais faut croire que c'était une fausse rumeur, ou quelqu'un y a vu pour faire disparaître cette mesure de développement sauvage.

Je comprends le besoin de faire une telle chose, mais à quel prix! Une maison bien entourée d'un terrain généreux offre bien des avantages à ses propriétaires (et à la planète au complet): tranquillité, intimité, écosystème plus auto-suffisant, clarté, absence de micro-climat (des maisons et des entrées pavées entassées les unes sur les autres créent un micro-climat et est plus chaud en été, plus difficile à rafraîchir la nuit, exigeant pratiquement un appareil pour climatiser l'air); de plus gros arbres peuvent y pousser, également.

J'apprends en lisant mon journal local que ma voisine a demandé une dérogation mineure: elle veut subdiviser son terrain en 2 lots, la dérogation demandant une façade de 15,24 m au lieu du minimum demandé par les règlements de 18 mètres.

Or, il s'avère que sa maison est située à l'extrémité opposé à la ligne mitoyenne avec mon terrain, le "lot" est planté d'immenses arbres matures de mon côté de sa propriété. Donc si cette dérogation mineure est accordée, ces arbres devront être abattus pour permettre la construction d'une autre résidence.


C'est sûr que çà va changer l'atmosphère dans le coin si çà passe!


Des photos prises ce matin:
On aperçoit à peine la maison de mon voisin dans cette photo prise de chez moi:

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
You can't stop progress, as they say.

Who can blame a landowner who wants to make a few bucks by selling part of his land so another house can be built on it?

And the town can't say no, for who can say no to one more taxpayer in a town always looking for more ways to make more money?

So the beat goes on, and trees keep coming down, no matter if they have been growing there for generations, around historical houses that have had their role to play in Quebec history.

All I can do is take a lot of pictures, and hang on to memories of the past...

This afternoon!

Tuesday, September 16, 2014

Jessica s'en va en cour suprême

Photo: Colin Smith

Ma traduction libre d'un reportage d'Andrew Nikiforuk publié dans le quotidien indépendant The Tyee.

En rejetant l'appel de Mme Ernst, la cour de l'Alberta enveloppe une couverture d'immunité autour du régulateur.

La cour d'appel de l'Alberta a effectivement tranché: l'un des régulateurs les plus puissants du pays peut violer la Charte des Droits et Libertés de la nation en bannissant les citoyens et les étiqueter trompeusement comme étant une menace pour leur sécurité.

C'est exactement ce qui est arrivé à Jessica Ernst, consultante indépendante de l'industrie pétrolière. Elle a entamé une poursuite contre le régulateur, le gouvernement de l'Alberta et Encana Corporation à cause d'une présumée contamination de son eau souterraine par des fracturations hydrauliques à faible profondeur dans des veines de houille au coeur de l'Alberta il y a presque une décennie déjà.

Mais la cour d'appel, qui a le pouvoir de rédiger des lois ou corriger des erreurs dans la loi, argumente dans une décision dense de 11 pages que le Energy Resources Conservation Board (ERCB - maintenant appelé Alberta Energy Regulator, un peut l'équivalent de la Régie de l'Énergie au Québec) n'a pas le devoir de protection envers les propriétaires terriens lésés par les activités de l'industrie.

De plus, la décision mentionne que la clause immunitaire dans la loi Energy Resources Conservation Act (Section 43) protège le puissant régulateur de n'importe quelle poursuite ou demandes relatives à la Charte, peu importe la façon dont le régulateur traite les citoyens individuels.

"Les provisions qui immunisent les décideurs de toute responsabilité ne sont pas si rares ou inhabituelles dans des sociétés démocratiques et libres au point de les rendre constitutionnellement irraisonnables," explique le jugement.

Mais Cory Wanless, l'un des avocats de Mme Ernst dans ce procès très médiatisé, croit que les Albertains devraient être réellement inquiets par cette décision.

"La teneur de ce jugement est que le régulateur est mieux que quiconque et parce qu'il est mieux que les autres, les citoyens ne devraient pas mettre au défi ce qu'il fait devant un juge," dit Wanless, un Albertain et membre de la fameuse firme d'avocats Klippensteins à Toronto.

Avec l'avocat Murray Klippenstein, Wanless travaille sur ce procès depuis 7 ans.

Jusqu'à date, aucune des volumineuses preuves de contamination de l'eau souterraine à cause de la fracturation hydraulique colligées par Mme Ernst et ses avocats n'ont été présentées en cour.

"Comment un gouvernement provincial peut-il accorder l'immunité à un régulateur quand il enfreint à la Chartre des Droits?" demande Wanless.

Mais la décision de la cour d'appel, qui ne soulève pas la question du devoir de protection de l'eau souterraine, argumente que les citoyens lésés par le gouvernement devraient chercher justice par d'autres moyens comme les examens judiciaires ou le procédé des plaintes.

Mais dans le cas de Mme Ernst, le régulateur avait justement fermé cette porte. Il avait même ordonné à ses employés d'éviter toute communication avec la consultante en environnement.

La démocratie au banc des accusés

Pour Wanless, ce nouveau jugement judiciaire soulève aussi une question fondamentale dans une démocratie. "Si un régulateur ne fait pas son travail, alors comment les citoyens peuvent-ils redresser cette réalité quand les cours ferment la porte aux réclamations contre le régulateur?"

Il y a 7 ans, la consultante pour les pétrolières Enrst a poursuivi Alberta Environment, le Energy Resources Conservation Board (ERCB) et Encana, l'un des plus important foreurs gaziers au Canada, pour la contamination de son eau de puits avec des hydrocarbures et l'échec des autorités gouvernementales d'enquêter correctement la contamination.

La poursuite de $33 millions prétend que Encana a été négligente en fracturant des veines peu profondes de houille; que le ERCB a enfreint aux droits et libertés de Mme Ernst, et que Alberta Environment a fait une enquête pleine de problèmes de mauvaise foi.

En septembre 2013, le juge en chef de l'Alberta Neil Wittmann, qui s'est porté volontaire pour géré le procès bien médiatisé, a rayé sa requête contre le régulateur énergétique ainsi que sa requête pour négligence contre le régulateur à cause de son immunité statutaire.

Mais en même temps, Wittmann a autorisé la requête de négligence contre le gouvernement de l'Alberta et Encana, un pionnier agressif pour fracturer et miner les hydrocarbures non conventionnels, pour qu'elle continue.

Remarquée mondialement

Le procès, qui en réalité met la pratique de la fracturation hydraulique ainsi que le rendement légal des régulateurs pétroliers et gaziers de la province sur le banc des accusés, a attiré l'attention au niveau international.

Chaque jour, jusqu'à 400 personnes partout au monde, lisent les mises à jour sur la fracturation hydraulique ou les détails du procès affichés sur le site populaire de Mme Ernst.

Mme Ernst a dit au Tyee qu'elle n'est pas surprise par la décision. "La cour ne fait que refléter ce que les Albertains votent, et ils votent pour ce genre d'abus civils tant et aussi longtemps que les revenus entrent des hydrocarbures."

L'Alberta, souvent décrite comme un état pétrolier typique, a été mené par un même parti politique depuis plus de 43 ans.

Le gouvernement partisan de l'industrie reçoit un tiers de ses revenus de la fracturation des gisements pétroliers et gaziers ainsi que l'extraction du bitume. Même le régulateur énergétique de la province est maintenant dirigé par un ancien lobbyiste énergétique.

Par conséquent, Mme Ernst dit que le régulateur énergétique est le plus coupable dans sa poursuite. Elle va demander d'aller en appel du jugement d'aujourd'hui à la Cour suprême du Canada.

"C'est vraiment pas bon quand le régulateur aide une compagnie à cacher un cas documenté de contamination de l'eau souterraine, et ensuite enfreint à la Charte. Ce précédent ne peut absolument pas être permis."

Les avocats de Mme Ernst ont présenté l'argumentaire en cour que la clause d'immunité statutaire du régulateur "ne peut pas accorder d'immunité à un gouvernement contre les requêtes valides impliquant la Charte. La Charte garantie non seulement les droits fondamentaux et les libertés, mais surtout, garantie aussi aux Canadiens le droit de demander réparation quand leurs droits et libertés fondamentaux sont violés. Ces droits constitutionnels ne peuvent pas être retirés par une immunité statutaire dans un statut provincial."

Accusée de vouloir "humilier" les régulateurs

Curieusement, à la fois le juge Wittman et la cour d'appel ont statué sur la validité de la requête sur la Charte de Mme Ernst sans même entendre un seul item du matériel de preuves du procès.

Les faits, dont plusieurs sont dans l'arène publique déjà et paraissent sur le site Web de Mme Ernst, sont alarmants.

En novembre 2005, le régulateur a envoyé une lettre à Mme Ernst disant que ses employés ont été avisés "d'éviter tout contact" avec la consultante des pétrolières à cause qu'elle avait critiqué le conseil et fait des "menaces criminelles."

Pourtant, en juin 2006, Rick McKee, alors avocat en chef du régulateur, avait admis dans une entrevue enregistrée (David Swann, Membre de l'Assemblée législative Libéral était témoin également) que Mme Ernst n'a jamais présenté une menace pour la sécurité de l'organisation.

De plus, le vrai problème concernait ses commentaires pour critiquer le rendement du conseil suite aux forages et aux fracturations controversés de milliers de puits gaziers au-dessus de la limite de protection de l'eau souterraine au centre de l'Alberta sans même un plan d'impacts cumulatifs ou un programme de monitorage de l'eau souterraine.

Pendant l'entrevue enregistrée, McKee a plusieurs fois accusé Mme Ernst de rendre public le lavage de linge sale du conseil.

"Ce que vous faites, hé! Je ne veux pas laisser croire que nos gens sont des poules mouillées, vous savez, mais en fin de compte, vous, vous semblez vouloir essayer d'humilier notre organisation. Et si c'est çà votre intention, bonne chance, mais attendez-vous pas à ce qu'on vous aide," McKee a dit à Ernst.

"Vous êtes trop intelligente et trop capable pour nous dénigrer," ajoute McKee. (Le quotidien The Tyee a une copie de l'enregistrement.)

Mais ni Wittman ni la cour d'appel n'ont entendu ou regardé cette preuve. Il n'y a pas de doute que l'équipe de Ernst aimerait avoir la chance d'argumenter devant les juges de la Cour Suprême que l'enregistrement est une preuve que le régulateur a banni un citoyen avec un puits d'eau potable contaminé à cause de faussetés, et qui admet plus tard que c'étaient des faussetés.

Deux pour-cent des plaintes se font enquêter

Le procès de Mme Ernst est explosif pour d'autres raisons également.

Des dossiers publics obtenus par la scientifique et femme d'affaires grâce à des demandes d'accès à l'information soulève de sérieuses questions sur la rigueur des enquêtes subséquentes du gouvernement sur plusieurs de cas de contamination d'eau souterraine en 2006 et 2007.

Seulement 5 des presque 100 plaintes ont vraiment été étudiées.

Même les plus éminents scientifiques dans le domaine de contamination au méthane comme Karlis Muehlenbachs, scientifique de l'université de l'Alberta, a plus tard qualifié l'enquête de "bullshit". Ses études séparées ont démontré que l'industrie avait contaminé des puits d'eau potable dans plusieurs cas.

John McDougall est maintenant nommé par Harper à la tête du Conseil national de recherches Canada. En mai 2007, McDougall, alors le directeur du Alberta Research Council, avait rapport aux ministres du cabinet de l'Alberta que la recherche soit-disant indépendante du ARC était en cour. Il avait mentionné un avertissement bizarre qui aurait mieux venu d'un conseiller en relations publiques, un avertissement qui semblait anticiper les conclusions qui seront éventuellement publiées six mois plus tar. Les citoyens, écrivait McDougall, "pourraient ne pas volontairement accepter les conclusions" que la contamination au méthane des puits d'eau potable est naturelle ou due à de mauvaises pratiques de puits d'eau potable --- une affirmation souvent utilisée par l'industrie au travers l'Amérique du Nord.

Mais dans une publicité récente dans le Calgary Herald, même l'association canadienne des producteurs de pétrole (CAPP) admettent maintenant que plusieurs préoccupations du public sur la fracturation hydraulique et la qualité de l'eau "sont basées sur des opérations faites dans le passé impliquant du méthane de houille --- des gisements à faible profondeur à plus proche proximité de l'eau souterraine."

Le quotidien Calgary Herald rapportait qu'Alex Ferguson avait dit que les fracturations à faible profondeur "occasionnaient occasionnellement des contaminations des ressources d'eau." Ferguson est le vice-président de CAPP en politique et environnement.

Ferguson ajoutait que "dans certains cas infâmes, des propriétaires terriens pouvaient mettre le feu à leur eau de puits."

En 2011, l'association australienne Australian Petroleum Association révélait que l'industrie "n'avait jamais renié le fait qu'il y aura des impacts sur les nappes aquifères" à cause des forages dans la houille.

Des amis travaillant dans les champs pétroliers ont dit à Mme Ernst que parfois, les niveaux de méthane qui brouillait et s'éjectait dans son puits d'eau potable après qu'Encana ait fracturé tout près dans des gisements de houille n'étaient pas seulement dangereuse mais parmi les plus élevés qu'ils n'avaient jamais vu dans la province.

Le juge Wittman devrait rendre son jugement bientôt, à savoir si oui ou non le gouvernement de l'Alberta est aussi immunisé des requêtes légales pour négligence grossière.



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Last Stop for High Profile Fracking Suit: Supreme Court

In striking Ernst appeal, Alberta court wraps blanket of immunity around regulator.

By Andrew Nikiforuk, Today, TheTyee.ca

The Alberta Court of Appeal has effectively ruled that one of the nation's most powerful regulators can violate the nation's Charter of Rights and Freedoms by banishing citizens and falsely branding them as a security threats.

That's exactly what happened to oil patch consultant Jessica Ernst. She is now suing the regulator, the Alberta government and Encana Corporation over the alleged contamination of her groundwater by the shallow fracking of coal seams in central Alberta nearly a decade ago.

But the Court of Appeal, which has the power to make law or correct errors in law, argues in a densely worded 11-page decision that Energy Resources Conservation Board (now the Alberta Energy Regulator) owes no duty of care to individual landowners harmed by industrial activity.

Furthermore the decision states that an immunity clause in the Energy Resources Conservation Act (Section 43) protects the powerful regulator from any lawsuit or Charter claim regardless of how the regulator has treated individual citizens.

"Provisions immunizing decision makers from liability are not so uncommon or unusual in free and democratic societies as to rend them constitutionally unreasonable," explains the ruling.

But Cory Wanless, one of Ernst's lawyers in the high profile case, thinks that Albertans should be duly alarmed by the decision.

"The tenor of the judgement is that the regulator knows best and because it knows best, citizens should not challenge what it does in court," says Wanless, an Albertan and member of the famed Klippensteins law firm in Toronto.

Together with lawyer Murray Klippenstein, Wanless has worked seven years on the lawsuit.

To date none of the voluminous evidence on groundwater contamination from hydraulic fracking collected by Ernst and her lawyers has been presented in court.

"How can a provincial government grant immunity to a regulator for infringing Charter rights?" asks Wanless.

But the Court of Appeal decision, which makes no mention of the duty to protect groundwater, argued that citizens wronged by government should seek redress through other remedies such as judicial reviews or a complaint process.

But in Ernst's case, the regulator closed that very door. It even told its employees to avoid all communication with the environmental consultant.

Democracy on trial

To Wanless the new legal ruling also raises a fundamental issue in a democracy. "If a regulator doesn't do its job, then how do citizens fix that reality when the courts close the door to claims against the regulator?"

Seven years ago, oil patch consultant Ernst sued Alberta Environment, the Energy Resources Conservation Board (ERCB) and Encana, one of Canada's largest unconventional gas drillers, over the contamination of her well water with hydrocarbons and the failure of government authorities to properly investigate the contamination.

The $33-million lawsuit alleges that Encana was negligent in the fracking of shallow coal seams; that the ERCB breached Ernst's freedoms under the Charter of Rights and Freedoms, and that Alberta Environment performed a problem-plagued investigation in bad faith.

In Sept. 2013 Alberta Chief Justice Neil Wittmann, who volunteered to manage the well-known lawsuit, struck down Ernst's Charter claim against the energy regulator as well as her negligence claim against the regulator on the basis of statutory immunity.

But at the same time Wittmann allowed claims of negligence against the government of Alberta and Encana, an aggressive pioneer in fracking and mining of unconventional hydrocarbons, to proceed.

Worldwide attention

The case, which effectively puts the practice of hydraulic fracturing as well as the legal performance of the province's oil and gas regulators on trial, has drawn international attention.

Each day as many as 400 people from around the world read updates on hydraulic fracturing or details on the legal case on Ernst's popular blog.

Ernst told The Tyee that she was not surprised by the decision. "The courts only reflect what Albertans vote for, and they vote for these kinds of civil abuses as long as revenue flows from hydrocarbons."

Alberta, often described as a classic petro state, has been ruled by one party for more than 43 years.

The industry-friendly government receives a third of its revenue from the fracking of oil and gas deposits as well as the mining of bitumen. Even the province's energy regulator is now directed by a former energy lobbyist.

As a consequence Ernst says that the energy regulator is the most guilty party in her lawsuit. She will seek leave to appeal today's ruling to the Supreme Court of Canada.

"It's really bad when a regulator helps a company cover up a documented case of groundwater contamination, and then they violate the Charter. This precedent just can't be allowed."

Ernst's lawyers have argued in court the regulator's statutory immunity clause "cannot provide immunity to a government from valid Charter claims. The Charter guarantees not only fundamental rights and freedoms, but crucially, also guarantees the right for Canadians to seek a remedy when these fundamental Charter rights and freedoms are violated. These constitutional rights cannot be taken away by statutory immunity in a provincial statute."

Accused of being out to 'humiliate' regulators

Curiously, both Justice Wittmann and the Court of Appeal issued their rulings on the validity of Ernst's Charter claim without hearing a shred of material evidence on the case.

The facts, many of which are a matter of public record and appear on Ernst's website, are alarming.

In Nov. 2005 the regulator sent Ernst a letter saying it had told its staff to "avoid any further contact" with the oil patch consultant on the grounds that she had criticized the board and made "criminal threats."

Yet in June 2006 Rick McKee, then chief counsel for the regulator, admitted in a taped interview (Liberal MLA David Swann was a witness too) that Ernst never presented a security threat to the organization.

Moreover, the real issue concerned her critical comments on the board's performance in the wake of the controversial drilling and fracking of thousands of gas wells above the base of groundwater protection in central Alberta without so much as a cumulative impact plan or groundwater monitoring program.

During the taped interview McKee repeatedly accused Ernst of airing the board's dirty laundry in public.

"What you are doing is, hey, I don't want to make it sound like people are a bunch of sensitive, you know, but at the end of the day, you are, you seem to be, attempting to humiliate the organization. And if that is your intention good on you, but don't expect us to help you," McKee told Ernst.

"You are too intelligent and too capable to bash us," added McKee. (The Tyee has a copy of the tape.)

But neither Wittmann nor the Court of Appeal ever heard or consulted this evidence. No doubt Ernst's team would welcome a chance to argue to Supreme Court judges that the tape recording provides evidence the regulator banished a citizen with a contaminated well water on the basis of known falsehoods, but later admitted they were falsehoods.

Two per cent of complaints investigated

The Ernst case is explosive in other ways too.

Public records obtained by the scientist and businesswoman through the Freedom of Information Act raise serious questions about how thorough were the government's subsequent investigation of numerous groundwater contamination cases in 2006 and 2007.

Only five of nearly 100 complaints were actually studied.

Even top scientists in the field of methane contamination such as University of Alberta scientist Karlis Muehlenbachs later characterized the investigation as "bullshit." His separate studies showed industry contamination of water wells in many cases.

John McDougall is now the Harper appointee heading the National Research Council. In May 2007, McDougall, then the director of the Alberta Research Council, reported to Alberta cabinet ministers that ARC's allegedly independent study was underway. He included an odd warning that might seem more suited to a public relations advisor, one that seemed to anticipate the findings that would eventually be published six months later. Citizens, McDougall wrote, "may not willingly accept the findings" that methane contamination of water wells was natural or due to bad water well practices -- a standard industry claim used across North America.

But in a recent advertisement in the Calgary Herald, even the Canadian Association of Petroleum Producers now admits that many public concerns about hydraulic fracturing and water quality "are based on past operations involving coal-bed methane -- shallow deposits in closer proximity to groundwater."

The Calgary Herald reported Alex Ferguson saying that shallow fracks "did occasionally contaminate water resources." Ferguson is CAPP vice president of policy and environment.

Ferguson added that "In some of the more infamous instances, affected landowners could light their well water on fire."

In 2011 the Australian Petroleum Association revealed that the industry has "never shied away from the fact that there will be impacts on aquifers" from coal seam drilling.

Friends working in the oil patch told Ernst at the time that the levels of methane that foamed and erupted in her water well after Encana fracked nearby coal seams was not only dangerous but among the highest they had ever seen in the province.

Justice Wittmann is expected to make a ruling soon on whether or not the Alberta Government is also immune from legal claims for gross negligence. [Tyee]

Link: http://thetyee.ca/Opinion/2014/09/16/Fracking-Suit-Supreme-Court/

Monday, September 15, 2014

Les extrémistes du climat sont plus menaçants que les terroristes croit la GRC


Ma traduction libre d'un reportage publié dans The Globe and Mail

Des analystes de la GRC ont prévenu le gouvernement et l'industrie que les extrémistes environnementaux sont une "menace criminelle évidente et réelle" pour le secteur énergétique du Canada, et la probabilité qu'ils s'en prennent contre une infrastructure essentielle est plus grande que pour les terroristes religieux, selon un rapport rendu public grâce à une demande d'accès à l'information.

Écrite par l'équipe de veille sur les infrastructures essentielles de la GRC, le document de 22 pages prétend qu'il y a "un phénomène criminel grandissant" lié avec l'environnementalisme qui vise à nuire aux examens régulatrices et obliger les compagnies à renoncer au développement.

"Des individus motivés ar une idéologie environnementale, dont ceux qui s'enlignent avec une idéologie radicale, criminelle et extrême sont une menace évidente et réelle au secteur énergétique du Canada," dit le rapport écrit en mars 2011. Depuis ce temps-là, la GRC tient des réunions régulièrement avec des compagnies énergétiques et des autorités fédérales pour passer en revue des menaces potentielles aux infrastructures, et fait face à des plaintes formelles qu'elle fait de la surveillance sur des groupes environnementaux qui s'opposent à la construction des pipelines Northern Gateway d'Enbridge Inc.

Le papier mentionne le secteur des sables bitumineux du Canada comme l'un qui a soulevé beaucoup d'opposition parce qu'il est un producteur majeur de gaz à effet de serre qui causent les changements climatiques. Les forces qui font respecter la loi et les autorités nationales en sécurité sont préoccupés par une "faction environnementaliste radicalisée en croissance" qui s'oppose aux sables bitumineux et autres développements énergétiques, y lit-on.

L'industrie pétrolière fait face à une opposition catégorique contre les projets de pipelines de pétrole brut au travers la Colombie-Britannique et au travers le pays vers les ports de Saint John au Nouveau-Brunswick. Mais le secteur des sables bitumineux a besoin d'accéder à de nouveaux marchés, que ce soit par la côte du Golf du Mexique aux É.-U., l'Asie par le Pacifique, ou par le bassin de l'Atlantique, si il veut réaliser des projets d'expansion ambitieux qui pourraient doubler sa production à 4 millions de barils par jour d'ici 2025.

Certains chefs de Premières Nations ont prévenu que leur monde pourrait prendre n'importe quel moyen nécessaire pour bloquer la construction du Northern Gateway. Mais ni les chefs des Premières Nations ni les groupes environnementaux ne prônent la violence.

La majorité des efforts du Canada contre le terrorisme ont visé les jihadiste internationaux, et il y a eu un certain nombre de poursuites contre des résidents du Canada qui complotaient des attaques ici ou ailleurs.

"En réalité, les incidents criminels attribués aux environnementalistes se sont produits, et devraient se produire davantage, au Canada," dit le rapport. Il ajoute que le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) fait le monitorage d'individus et de groupes qui pourraient être impliqués dans du terrorisme intérieur, "dont la menace ou l'usage de la violence par des groupes militant pour des questions comme l'environnement."

Jeff Monaghan, criminologue de l'université de Carleton, qui a obtenu le document, dit que les auteurs de la GRC ont monté une tendance se basant sur des évènements isolés. Il s'inquiète que la police et autres agences de sécurité se servent de la législation contre le terrorisme pour élargir leurs enquêtes et faire le monitorage de groupes qui s'opposent au développement.

Greg Cox, porte-parole de la GRC, nie que la GRC vise les protestataires ou les groupes environnementaux en général. "La GRC ne fait pas d'enquêtes sur les individus, les groupes ou les mouvements, mais enquête les activités criminelles de n'importe quel individus qui menacent la sécurité et la sûreté des Canadiens."

Ni M. Cox, ni Tahera Mufti, la porte-parole de la SCRS, ne voulait passer de commentaires sur les plaintes formelles placées par le B.C. Civil Liberties Association qui prétendent que les agences ont mené des activités de surveillance inappropriées contre des citoyens respectueux des lois qui s'opposent au projet Gateway.

Paul Champ, un avocat d'Ottawa, a présenté les plaintes auprès du
Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité, appuyé par plusieurs documents obtenus grâce à des demandes d'accès à l'information qui démontrent, selon lui, que les deux agences faisaient du monitorage actif et même infiltraient des groupes environnementaux et autochtones impliqués dans les audiences pour le Gateway devant le comité de révision fédéral qui s'est terminé l'année dernière.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Environmental extremism a rising threat to energy sector, RCMP warns

Shawn McCarthy - GLOBAL ENERGY REPORTER

OTTAWA — The Globe and Mail

Published Sunday, Sep. 14 2014,

RCMP analysts have warned government and industry that environmental extremists pose a “clear and present criminal threat” to Canada’s energy sector, and are more likely to strike at critical infrastructure than religiously inspired terrorists, according to a report released under Access to Information.

Written by the force’s critical infrastructure intelligence team, the 22-page RCMP document argues there is a “growing criminal phenomenon” associated with environmentalism that aims to interfere with regulatory reviews and force companies to forego development.

“Environmental ideologically motivated individuals including some who are aligned with a radical, criminal extremist ideology pose a clear and present criminal threat to Canada’s energy sector,” said the report, written in March 2011. Since then, the RCMP has held regular meetings with energy companies and federal officials to review potential threats to infrastructure, and faces formal complaints that it conducted surveillance on environmental groups that oppose construction of Enbridge Inc.’s Northern Gateway pipeline.

The paper highlighted Canada’s oil sands sector as one that has attracted considerable opposition because it is a major producer of greenhouse gases that cause climate change. Law enforcement and national security officials worry about a “growing radicalized environmentalist faction” who oppose the oil sands and other energy development, it said.

The oil industry has run into vehement opposition to plans for crude oil pipelines through British Columbia and across the country to the port of Saint John, N.B. But the oil sands sector needs access to new markets – whether in the U.S. Gulf Coast, Asia Pacific, or the Atlantic basin – if it is going to meet ambitious growth plans that would see production doubling to four million barrels per day by 2025.

Some First Nations leaders warned their people may resort to whatever means necessary to block construction of the Northern Gateway pipeline. But neither First Nation leaders nor environmental groups have advocated violence.

Most of Canada’s counter-terrorism effort has been aimed at international jihadis, and there have been a number of high-profile prosecutions against Canadian residents who plotted to conduct attacks either at home or abroad.

“In reality, criminal occurrences attributed to environmentalists have and are more likely to, occur within Canada,” the report said. It added that the Canadian Security Intelligence Agency (CSIS) monitors individuals and organizations that might be involved in domestic terrorism, “including the threat or use of violence by groups advocating for issues such as the environment.”

Carleton University criminologist Jeff Monaghan, who obtained the document, said the RCMP authors constructed a trend from isolated incidents. He worries police and other security agencies are using anti-terrorism legislation to broaden their investigation and monitoring of groups who oppose development.

RCMP spokesman Greg Cox denied the force is targeting protesters or environmental groups in general. “The RCMP does not investigate individuals, groups or movements, but will investigate the criminal activity of any individuals who threaten the safety and security of Canadians.”

Neither Mr. Cox, nor CSIS spokeswoman Tahera Mufti would comment on formal complaints launched by the B.C. Civil Liberties Association that claim the agencies have conducted improper surveillance activities against law-abiding citizens who oppose the gateway project.

Ottawa lawyer Paul Champ filed the complaints with the RCMP’s Commission for Public Complaints and the Security Intelligence Review Committee, backed by numerous documents obtained under Access to Information, which, he said, show the two agencies were actively monitoring and even infiltrating environmental and aboriginal groups involved in Gateway hearings before the federal review panel, which wrapped up last year.

Link: http://www.theglobeandmail.com/report-on-business/industry-news/energy-and-resources/environmental-extremism-a-rising-threat-rcmp-warns/article20594114/