Friends of the Richelieu. A river. A passion.



"Tout cedit pays est fort uny, remply de forests, vignes & noyers. Aucuns Chrestiens n'estoient encores parvenus jusques en cedit lieu, que nous, qui eusmes assez de peine à monter le riviere à la rame. " Samuel de Champlain


"All this region is very level and full of forests, vines and butternut trees. No Christian has ever visited this land and we had all the misery of the world trying to paddle the river upstream." Samuel de Champlain

Monday, November 30, 2015

Canada Geese



All summer long, the Canada Geese have been flying in small, noisy groups, going from their sleeping areas in the river to their feeding grounds in the farmers' fields.

But lately, they have been more vocal, restless, flying low over my house, making quite a racket, really! Like a bunch of busy women arguing about something.

And just before noon, it seems they all came up together, flew low once around the Basin and over my house, then came back more decisively heading straight South. A few groups did not agree, you could tell, but most of them were very sure about it, and were not shy to express their determination.

The sun shone on their wings, and slowly, I could see they were gaining altitude, for the further south they were, the smaller they became, but stayed visible from my front yard. No wind to impede their progress, today should be a good day to head to warmer climes.

Sunday, November 29, 2015

« Il n'y a pas eu d'erreur méthodologique »



« Il n'y a pas eu d'erreur méthodologique », affirme Pierre-Olivier Pineau. Selon ce chercheur, le gouvernement doit composer avec des hypothèses qu'il est difficile de vérifier. (...)

« Si on veut vraiment savoir ce qui peut être produit à Anticosti, il faudrait continuer les forages et faire la fracturation hydraulique pour pouvoir avoir des chiffres réels qui s'appliquent à Anticosti. »

Lien: http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2015/11/26/003-anticosti-ile-hydrocarbure-association-evaluation-chercheurs.shtml

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

"There is no methodological error", claims Pierre-Olivier Pineau. As per this researcher, the government must deal with hypotheses that are difficult to verify.

"If we really want to know what can be produced from Anticosti, we should go on with the drilling and do hydraulic fracturing to be able to get the real figures that apply to Anticosti."

La barge de Pétrolia serait ancrée dans la baie de Gaspé



Extraits du texte de Geneviève Gélinas publié le 27 novembre 2015 dans Le Soleil:

"Une barge de liquéfaction de 110 mètres de long et un gazoduc de 58 kilomètres : c'est ce que Tugliq souhaite construire dans le port de Gaspé et dans l'arrière-pays gaspésien si son projet d'acheminer du gaz naturel liquéfié (GNL) vers la Côte-Nord va de l'avant. Même si sa partenaire Pétrolia n'a pas terminé d'évaluer le potentiel du gisement Bourque, près de Murdochville, Tugliq annonçait vendredi à Gaspé l'emplacement choisi comme base d'expédition.

(...)

Une barge de 110 mètres de long, de 40 mètres de large et de 20 mètres de haut serait ancrée au quai de Sandy Beach ou à proximité immédiate. Elle aurait la capacité de liquéfier 25 milliards de pieds cubes par an. De plus petits navires feraient la navette vers la Côte-Nord,(...)

Dans les prochains jours, Pétrolia déménagera sa foreuse du puits Haldimand no 4, à Gaspé, vers Bourque no 1, un puits vertical foré en 2012 à 30 kilomètres à l'est de Murdochville. Le puits sera recreusé à l'horizontale sur environ deux kilomètres, puis soumis à des tests de production. Pétrolia attend toujours le permis de Québec pour amorcer ces travaux de 6,5 millions $, financés par Tugliq, Pétrolia et le gouvernement du Québec, par l'intermédiaire de Ressources Québec. Un autre puits horizontal devra ensuite être foré pour compléter l'évaluation."

Lien: http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/les-regions/201511/27/01-4925431-la-barge-de-petrolia-serait-ancree-dans-la-baie-de-gaspe.php


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Petrolia's barge would be anchored in the Gaspé Bay

"A liquefaction barge 110 meters long and a gas pipeline of 58 kilometers long: that is what Tugliq wants to build in the port of Gaspé and in the backcountry in the Gaspésie Peninsula if its project to ship liquefied natural gas (LNG) to the Côte-Nord goes ahead. Even if partner Petrolia has not finished assessing the Bourque field potential near Murdochville, Tugliq said Friday in Gaspé the chosen location for its shipping base.

A 110 meter long barge, 40 meters wide and 20 meters high would be anchored at the Sandy Beach dock or near there. It would have the liquefying capacity of 25 billion cubic feet per year. Smaller ships would do the rest of the trip towards the Côte-Nord.

During the next few days, Petrolia will move its drilling rig from the Haldimand no. 4 well in Gaspé to the Bourque no. 1, a vertical well drilled back in 2012 some 30 kilometers east of Murdochville. The wellbore will be drilled again horizontally for about 2 kilometers, then there will be some production tests. Petrolia is still waiting for the permit from Quebec to start working on the $6.5 million project financed by Tugliq, Petrolia and the Quebec government through Ressources Quebec. Another horizontal well should then be drilled to complete the assessment.

Thursday, November 26, 2015

Make some room, please!


- "I would really like you to start reconsidering the offers you have been getting to buy some of your things."

- "Why? What's the rush?"

- "I'm cleaning up my basement and your stuff is taking up more than half of the floor. And there is no more room in the garage to move things there either."

Wednesday, November 25, 2015

Mes traductions d'extraits du livre "Slick Water"



Voici donc la liste d'extraits du livre "Slick Water - Fracking and One Insider's Stand Against the World's Most Powerful Industry" écrit par Andrew Nikiforuk que j'ai traduit. Pas nécessairement parce que les bouts choisis étaient mes préférés, mais parce que ces quelques paragraphes se concentraient sur une idée en particulier qui était assez complète en elle-même et de plus donnaient aussi le goût d'en savoir plus.

Je peux maintenant vous demandez de vous rendre service et acheter le livre, pour vous-même ou pour un ami à Noël: non seulement vous vous donnerez la satisfaction d'une action bien faite, et ferez plaisir à l'ami en question, mais vous contribuerez également à encourager un journaliste d'enquête indépendant, et de plus aiderez à financer la poursuite entamée par Jessica Ernst. Par sa poursuite, Jessica cherche à dévoiler au grand jour les pratiques de l'industrie du fracking, les discours tortueux des agences qui règlementent notre pays, les paroles vides de nos politiciens et les corridors sombres de notre système judiciaire. Jessica contribue ainsi à démocratiser notre pays et faire valoir les droits fondamentaux à l'eau propre, la liberté d'expression et l'accès à la justice pour tous.

Bonne lecture!


http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/09/le-silence-autour-de-slick-water.html


http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/09/les-redevances-de-slick-water-royalties.html


http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/09/fracturation-hydraulique-fracking.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/09/water-is-everything.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/09/la-douleur-dune-confiance-que-lon.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/09/caught-by-surprise.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/09/the-industry-sucks.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/09/those-that-pay-price-of-not-so-clean.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/09/a-little-known-epa-report.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/09/the-halliburton-loophole.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/expect-to-be-deceived.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/the-resignation.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/le-viol-en-serie-de-lindustrie.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/a-problem-with-no-backup-plan.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/le-fracking-et-lindustrialisation-du.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/the-long-road-to-oz.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/ive-been-fracked.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/lopinion-dun-expert.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/shallow-fracks-everywhere.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/la-fracturation-hydraulique-une-gamme.html


http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/un-gouvernement-sans-plan-durgence-ni.html


http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/jessica-ernst-public-ennemy-of-state.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/too-little-too-late.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/shoddy-governement-testing.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/diviser-pour-mieux-regner-une-tactique.html


http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/no-baseline-hydrogeological.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/balls-to-wall-development-says-schindler.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/the-wiebo-way.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/the-eub-has-lost-its-way-says-historian.html


http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/un-cas-de-malversation-negligence-et.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/methane-leakage-transparency-down-drain.html


http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/microbes-do-not-make-ethane-propane-or.html


http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/la-recette-de-la-mort.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/inconvenient-truths.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/sabaisser-jusqua-changer-les-resultats.html


http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/encana-strategy-deny-delay-deter-and.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/quelquun-doit-rendre-ces-horribles.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/preparing-for-case-that-is-sure-to-come.html


http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/jessica-ernst-trouve-son-avocat.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/gruesome-warning.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/the-statement-of-claim.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/11/industry-and-regulators-cover-up.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/11/government-historic-records-removed.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/11/the-demise-of-terry-fracosaurus.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/11/leaky-wells-multi-billion-dollar.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/11/je-ne-le-fais-pas-pour-moi.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/11/le-gouvernement-de-harper.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/11/alberta-is-giving-itself-black-eye.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/11/a-cycle-of-fracking-denial-says-texas.html


http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/11/des-rapports-scientifiques-loins-detre.html


http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/11/la-tournee-de-jessica-ernst-en-irlande.html


http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/11/les-conferences-aux-etats-unis.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/11/dr-anthony-r-ingraffea.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/11/the-ernst-clause.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/11/a-knock-em-down-drag-em-out-brawl-says.html


http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/11/la-decision-daller-en-appel.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/11/etre-la-merci-des-agences.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/11/les-chiens-de-jessica.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/11/le-courage-des-femmes-ordinaires.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/11/denoncer-la-circulation-lourde-du.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/11/comment-la-synergie-reussit-faire.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/11/le-cycle-infernal-du-fracking.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/11/meme-les-petroliers-doivent-parfois-se.html


http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/11/la-portee-des-tournees-de-jessica-ernst.html


http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/11/jessica-ernst-is-public-hero-says.html



http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2015/10/un-gouvernement-sans-plan-durgence-ni.html



Tuesday, November 24, 2015

Jessica Ernst is a public hero says Ingraffea

Photo: L'Oeil Régional

"Anthony Ingraffea now denounces fracking as an extreme and dangerous technology: "The industry is reaching into the deepest, darkest corner of its almost empty world hydrocarbon warehouse, and using an inelegant, inefficient, wasteful, bludgeoning process to keep itself alive, at the expense of exacerbating climate change." He places Jessica Ernst's lawsuit on a special pedestal because it has exposed the industry's Achilles heel: migrating gases from millions of leaky wells.

From the outset, industry denials have followed a similar pattern, Ingraffea says. "One: We didn't do it. Two: Prove it. Three: Silence. Maybe we did it, but we're not going to tell anybody." Ernst's case and her refusal to settle out of court have exposed the deception: "Number one, she caught the industry doing it. Number two, she's got the evidence to prove it, and number three, she won't be silent." For all of this, Ingraffea regards Ernst as a public hero."


Excerpt form Anthony Ingraffea's book Slick Water, p.308,309

~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ma traduction libre d'un extrait du livre d'Andrew Nikiforuk intitulé Slick Water:

"Anthony Ingraffea dénonce le fracking comme étant une technologie extrême et dangereuse: "L'industrie cherche dans les dépôts mondiaux presque vides d'hydrocarbures les plus profonds, les plus reculés en se servant d'un procédé peu élégant, inefficace, gaspilleur et violent pour se garder en vie, au prix d'aggraver les changements climatiques." Il élève la poursuite de Jessica Ernst sur un piédestal bien spécial parce qu'elle a exposé le talon d'Achilles de l'industrie: les gaz en migration venant de millions de puits qui fuient.

Dès le début, les dénis de l'industrie on suivi un modèle similaire, selon Ingraffea. "Premièrement: Nous ne l'avons pas fait. Deuxièmement: Faites-en la preuve. Troisièmement: Silence. Peut-être que nous l'avons fait, mais nous le dirons à personne." La poursuite de Ernst et son refus de régler hors cour ont exposé la duperie au grand jour: "Un: elle a surpris l'industrie à le faire. Deux, elle possède les preuves pour le documenter, et trois, elle ne se taira pas." Pour tout cela, Ingraffea considère que Ernst est une héroïne pour le public."

Monday, November 23, 2015

La portée des tournées de Jessica Ernst

Photo: D. Keegan

"After heavy lobbying by the frackers, the British government introduced a new amendment to its Infrastructure Act in 2015. By changing the trespass law, the amendments erode the eight-hundred-year-old Magna Carta, which proclaimed that no man should be stripped of his rights or possessions. The new act gives industry automatic right of access to "deep-level land" under people's homes without their permission, and grants industry the right to "maximize" hydrocarbon recovery. It also allows companies to "store and leave" products or waste in citizens' backyards. Critics have called the law a perfect example of modern-day fascism.

(...)

To date, not one exploratory shale well has been drilled in Ireland. By the end of 2014, as a result of public opposition, the governements of New Brunswick, Nova Scotia, Newfoundland, and the Yukon had imposed restrictions or bans on fracking. New York State outlawed the mining of gas shale basins, to protect public health. It's noteworthy that Jessica Ernst gave talks in all of these jurisdictions."


Excerpts from Andrew Nikiforuk's book Slick Water, p. 204,205

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ma traduction libre d'extraits du livre Slick Water d'Andrew Nikiforuk:

"Après beaucoup de lobbying de la part des frackers, en 2015 le gouvernement britannique a introduit des nouveaux amendements à sa loi Infrastructure Act. En changeant sa loi sur les intrusions par effraction, les amendements affaiblissent la Magna Carta de 800 ans qui proclame que personne ne devrait être privé de ses droits et de ses biens. La nouvelle loi donne à l'industrie automatiquement le droit d'avoir accès au "terrain en profondeur" sous les maisons des gens sans leur permission, et donne à l'industrie le droit de "maximiser" la récupération d'hydrocarbures. Elle permet aussi à l'industrie de "stocker et laisser" des produits ou des déchêts dans les cours arrières des citoyens. Des critiques ont déclaré que cette loi est un parfait exemple de fascisme des temps modernes.

Jusqu'à date, pas un seul puits de schiste exploratoire n'a été foré en Irlande. À la fin de l'an 2014, à la suite de l'opposition du public, les gouvernements du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse, de Terre-Neuve et du Yukon ont imposé des restrictions ou des interdictions au fracking. L'état de New York a proscrit l'extraction des bassins de schiste contenant du gaz dans le but de protéger la santé publique. Il est à noter que Jessica Ernst a fait des conférences dans tous ces endroits."

Sunday, November 22, 2015

Même les pétroliers doivent parfois se rendre à l'évidence



"On the issue of groundwater contamination, the oil and gas industry made some unexpected admissions. "Many worries about water quality are based on past operations involving coal bed methane - shallow deposits in closer proximity to groundwater," said Alex Ferguson, a spokesman for the Canadian Association of Petroleum Producers, in a 2014 Calgary Herald advertisement. These operations did occasionnally pollute water resources, he added. "In some of the more infamous instances, affected landowners could light their well water on fire."

Excerpt from Andrew Nikiforuk's book Slick Water, p. 304

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Ma traduction libre d'un extrait du livre d'Andrew Nikiforuk intitulé Slick Water:

"À propos du problème de contamination de l'eau souterraine, l'industrie pétrolière et gazière a finalement admis certaines choses. "Plusieurs inquiétudes au sujet de l'eau sont basées sur des opérations du passé impliquant le méthane de houille - des gisements peu profonds à proximité de l'eau souterraine," disait Alex Ferguson, un porte-parole pour l'Association canadienne des Producteurs pétroliers, dans une publicité du Calgary Herald en 2014. En effet, ces opérations ont occasionnellement pollué la ressource en eau, il ajoutait. "Dans certaines cas infâmes, les propriétaires terriens pouvaient allumer l'eau de leur puits"

Saturday, November 21, 2015

L'étagère du parloir


J'ai enfin terminé de sortir mes trésors des boîtes et les mettre dans la bibliothèque, les rénovations enfin terminées dans la pièce principale de la maison. Cette section de l'étage j'appelle le "parloir", étant près de l'entrée principale.

Les livres sont ceux que je consulte le plus régulièrement: des livres de références sur l'environnement, la flore, les chats, le jardinage, les oiseaux et les rivières. Les bibelots sont des souvenirs de voyage, les miens et ceux de ma mère, ainsi que des cadeaux reçus au long des années. Rien de grande valeur, mais agréables à regarder tout de même.

Le système de son doit être ramassé sur lui-même pour protéger les fils des chats qui aiment à les mordre, et le panier en osier sous celui-ci leur est réservé. Les chats peuvent y faire leurs griffes, le mordre à pleines dents, et j'y dépose leur jouet préféré: des balles de ping-pong.

La lampe est munie d'une ampoule DEL, et je peux donc la laisser allumée lors des journées maussades à un prix minime. Le "look" n'est pas celui recherché par un designer, c'est certain, mais le coin me semble plus chaleureux depuis que j'ai retrouvé mes amis les livres.

Le cycle infernal du fracking

Photo: Marcelluseffect.blogspot.com


"During her research, (anthropologist Simona) Perry was struck by how the cycle of abuse played out in communities fracked by the oil and gas industry. It hapened like clockwork. The cycle began with rising tensions and fears at public meetings and around kitchen tables as the industry invaded with impossible promises. Once a frack job inevitably contaminatd a well, or a pipeline leaked into a river, or a truck hit and killed some cows, rage and blame followed, as did threats and intimidation from industry and its supporters. During the third part of the cycle, regulators reluctantly got involved. Apologies, denials, and excuses blanketed the community. Reconciliation was usually accompanied by the donation of money. A corporate check invariably went to a hospital, school, library, sports center, or fire department. In many cases, gag orders were signed in return for cash settlements. The community would forget the event until the cycle repeated itself, snaring more rural victims. (...)

The cycle left in its wake a conquered people vulnerable to depression, addiction, and suicide."


Excerpts from Andrew Nikiforuk's book Slick Water, p. 299

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ma traduction libre d'extraits du livre d'Andrew Nikiforuk intitulé Slick Water:

"Pendant qu'elle faisait sa recherche, l'anthropologiste Simona Perry fut frappée par le cycle de maltraitance qui se déroulait dans les communautés fracturées par l'industrie pétrolière et gazière. Tout semblait réglé comme une horloge suisse. Le cycle commençait par des tensions croissantes et des craintes durant les réunions publiques et autour des tables de cuisine durant l'invasion de l'industrie qui venait avec des promesses impossibles. Une fois qu'une opération de frack contaminait inévitablement un puits d'eau potable, ou qu'un pipeline fuyait dans une rivière, ou qu'un camion frappe et tue des vaches, s'ensuivait de la rage et des accusations, ainsi que des menaces et de l'intimidation de la part de l'industrie et ses promoteurs. Pendant la troisième partie du cycle, les régulateurs s'en mêlaient à contre-coeur. Des excuses, des dénis couvraient la communauté. La réconciliation venait habituellement avec des dons d'argent. Un chèque corporatif allait invariablement à un hôpital, une école, une bibliothèque, un centre sportif ou un corps de pompiers. Dans plusieurs cas, on signait un bâillon en échange d'un règlement en argent. La communauté oublie l'évènement jusqu'à ce que le cycle recommence, piégeant d'autres victimes rurales.

Le cycle laissait derrière lui un peuple conquis vulnérable à la dépression, la dépendance et le suicide."

Friday, November 20, 2015

Comment la synergie réussit à faire perdre votre temps




"SPOG (Sundre Petroleum Operators Group) 's website described the group as "a catalyst for cohesive community spirit" whose "services are available to any stake-holder within the SPOG area with an interest in industrial development, primarily oil and gas." Once run by volunteers, the group had since been synergized; it now operated as part of a joint industry and government network partly funded by the Canadian Association of Petroleum Producers.

Synergy groups had a specific mission in the province: to deny, dismiss, and deflect any opposition to industry activities. They did so by organizing free community barbecues (more beef on a bun) accompanied by endless talks and promises about the benefits of best practices. The synergizers promoted best practices because, unlike regulations, they are totally unenforceable.


Excerpt from Andrew Nikiforuk's book Slick Water, p. 289, 290

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ma traduction libre d'un extrait du livre d'Andrew Nikiforuk intitulé Slick Water:

"Le site web de SPOG (groupe d'opérateurs pétroliers de Sundre) décrivait le groupe comme un "catalyste pour un esprit communautaire solidaire" dont les "services sont disponibles pour n'importe quelle partie prenante à l'intérieur de la région de SPOG avec un intérêt dans le dévelopement industriel, surtout pétrolier ou gazier." Le groupe avait d'abord été géré par des bénévoles, mais le groupe depuis avait été synergisé; il opérait maintenant comme faisant parti d'un réseau de l'industrie et du gouvernement financé en partie par les Producteurs canadiens pétroliers et gaziers (CAPP).

Les groupes de synergie avaient une mission spécifique dans la province: nier, rejeter et faire dévier toute opposition aux activités de l'industrie. Ils y parvenaient en organisant des repas barbecues gratuits accompagnés d'interminables discours et des promesses sur les bienfaits des meilleurs pratiques. Les synergiseurs faisaient la promotion des meilleures pratiques parce que, contrairement aux règlements, ells sont totalement impossibles à rendre obligatoires. "

Thursday, November 19, 2015

Dénoncer la circulation lourde du fracking

Photo: Jerry Blara San Antonio Express News

"(...)Alberta mother, Kimberly Mildenstein, was taking a different stand against the frackers. (...) A quiet, athletic daughter of local farmers and the mother of three boys, she coaches and referees children's hockey, soccer, and baseball leagues near Sundre, Alberta. Until the frackers arrived, the former social worker had never protested anything. But after a water truck nearly killed a neighbor who was driving home from work late one night, Mildenstein signed petitions and made phone calls to the police requesting safer roads. She felt it was her community duty.

But the industrial traffic and the speeding increased, and soon Mildenstein's neighbors were sharing stories at school about being run off the road by semi tankers supplying frack sites. Mildenstein could no longer walk or bicycle on the narrow country roads with her children. Fleets of semi trailers roared past her home on Eagle Hill. The trucks put on their Jake brakes as they descended, and the helicopter-like noise thudded through the valley for miles. (...)

By 2011, fracking convoys dominated the local roads. Gravel trucks, water trucks, pumping trucks, and semi trailers churned up dust and rocks. Valley residents could no longer leave the windows of their houses open due to the dust and noise. Mildenstein's own house smelled "like it had been hooked up to a mufler system," she says. "To make things worse, the valley amplified the sound of flares, e-brakes, frack jobs, and incinerators.

The racket, complained Mildenstein in one letter to authorities, was "comparable to the sound of large jet engines at an airport or a helicopter hovering over the house." The ERCB sent an official out to Mildenstein's home to investigate. After confirming that drilling operations were indeed violating noise guidelines, the ERCB employee recommended that Mildenstein install a household fan to camouflage the industrial clamor. Another official with the board admitted that the industry was largely self-regulated, and that's just the way it was.

(...)

Mildenstein persisted. She phoned the police, too, about the dangerous traffic levels, but the RCMP detachments in Olds and Sundre said they didn't have the manpower to do anything about it. A provincial peace officer agreed with Mildenstein that industry traffic posed real hazards to citizens. He told her that he had given out numerous speeding tickets but the Crown prosecutor was just throwing them out of court. Meanwhile, Alberta Transportation said it couldn't do anything because the issue was a municipal one. The municipal road officer explained to Mildenstein that the roads existed "for the transfer of goods and services." He suggested her concerns about community safety were a "conflict of interest" with that mandate.

(...)

After her ordeal, Kimberley Mildenstein moved her family and took a psychology course to upgrade her educational credentials. Two items discussed in the course particularly caught her attention. One was the issue of bystanders who witnessed bullying but did nothing out of fear. Mildenstein realized that most rural Albertans had unwittingly become part of a "bystanders' culture." Everyone knew someone or had a relative or spouse who worked for the powerful oil and gas industry. As a result, they were afraid to speak out or to challenge bad industry behavior. Although her neighbors agreed that the fracking boom had deeply changed their community, threatened groundwater, and fragmented the land, "they couldn't put their names on anything." Mildenstein says.


Excerpts from Andrew Nikiforuk's book Slick Water, p. 288-297


Photo: Noel West/Mountain View Gazette
Kim Mildenstein at the March 14 MVC council meeting.


Ma traduction libre d'extraits du livre d'Andrew Nikiforuk intitulé Slick Water:

"Kimberly Mildenstein, une mère albertaine, avait adopté une approche différente envers les frackers. La fille tranquille et athlétique de fermiers de l'endroit et la mère de trois garçons, elle entraînait et arbitrait des équipes de hockey, soccer et de baseball des enfants près de Sundre, en Alberta. Avant l'arrivée des frackers, l'ancienne travailleuse sociale n'avait jamais milité contre quoi que ce soit. Mais après qu'un camion d'eau ait presque tué un voisin quand il revenait de son travail à la maison tard un soir, Mildenstein signait des pétitions et appelait la police demandant des routes plus sécuritaires. Elle sentait que c'était un devoir envers sa communauté.

Mais le traffic industriel et la vitesse allaient en augmentant, et bientôt les voisins de Mildenstein s'échangeaient des histoires à l'école: comment les camions citernes qui fournissaient les sites de fracing les forçaient de sortir de la route. Mildenstein ne pouvait plus prendre des marches ou se promener à bicyclette sur les routes rurales étroites avec ses enfants. Des flottes de semi-trailers rugissaient devant chez elle sur Eagle Hill. Les camions utilisaient leurs freins Jake en descendant, et le bruit semblable à un hélicoptère se répercutait dans la vallée sur des milles à la ronde.

En 2011, les convois de fracking dominaient les routes locales. Les camions de gravier, d'eau, à pompes, et les semi-remorques faisaient lever la poussière et les pierres. Les résidents de la vallée ne pouvaient plus ouvrir les fenêtres de leur maison à cause de la poussière et le bruit. La maison de Mildenstein sentait "comme si elle était branchée à un système d'échappement," dit-elle. "Le pire, c'est que la vallée amplifiait le son des torches, des freins, des opérations de fracking et des incinérateurs.

Le vacarme, se plaignait Mildenstein dans une lettre envoyée aux autorités, était "comparable au son d'un gros moteur jet sur un aéroport ou un hélicoptère planant au-dessus de la maison." Le ERCB envoya un représentant à la maison de Mildenstein pour enquêter. Après avoir confirmé que les opérations de forages violaient en effet les directives pour le bruit, l'employé du ERCB avait fait la recommandation que Mildenstein installe un ventilateur de maison afin de camoufler la clameur industrielle. Un autre représentant du conseil avait admis que l'industrie s'autoréglementait la plupart du temps, et c'était une réalité qu'on devait accepter.

Mildenstein persévérait. Elle appelait la police également à cause de l'important volume de circulation, mais la GRC de Olds et Sundre disait qu'ils n'avaient pas suffisamment d'effectifs pour pouvoir y voir adéquatement. Un officier de la paix provincial était d'accord avec Mildenstein pour dire que la circulation de l'industrie posait un vrai danger pour les citoyens. Il lui a dit qu'il avait donné plusieurs contraventions à cause de la vitesse mais le Procureur de la Couronne les rejetaient aussitôt. Entre-temps, Alberta Transportation disait ne pas pouvoir faire grand chose parce que c'était un problème municipal. L'agent municipal avait expliqué à Mildenstein que les routes existaient "pour le transfer des biens et services." Il suggérait que ses préoccupations pour la sécurité de sa communauté étaient un "conflit d'intérêts" avec ce mandat là.

Après son calvaire, Kimberley Mildenstein déménagea avec sa famille et suivit des cours de psychologie pour étoffer ses crédits pédagogiques. Deux items discutés durant le cour ont particulièrement attiré son attention. L'un d'eux était la question de témoins en présence de cas d'intimidation mais qui ne faisaient rien parce qu'ils avaient peur. Mildenstein a réalisé que la plupart des ruraux albertains étaient devenus malgré eux de la culture des "spectateurs passifs". Tout le monde connaissait quelqu'un ou avait un membre de leur parenté qui travaillait pour la toute puissante industrie pétrolière et gazière. Ce qui faisait qu'ils avaient peur de dénoncer les mauvaises pratiques de l'industrie. Bien que ses voisins admettaient que le boom du fracking avait profondément changé leur communauté, menacé l'eau souterraine et fragmenté le paysage, "ils ne pouvaient pas mettre leur nom sur quoi que ce soit." dit Mildenstein.

Wednesday, November 18, 2015

Le courage des femmes ordinaires




"After the Court of Appeal decision, (Jessica) Ernst added up the costs of seven years of resistance to government negligence. She had lost two major legal battles. The most culpable party, the ERCB, had been excluded from her lawsuit. She expected Alberta Environment to be granted immunity too. Her legal fees and expenses had claimed more than $300,000 of her savings, and the pressure of keeping significant funds in a trust account for the lawyers was unnerving. She hadn't bought any new clothes, except for socks and underwear on sale; friends had thoughtfully donated clothing for court appearances. She rarely ate out and did not go to the movies. To save gas money, she visited friends infrequently. She had lived for nine years without safe well water, and still hauled water by truck for cooking and cleaning. She composted her toilet in the yard and in the winter took a sponge bath once a week. She washed her hair every ten days.

(...)

As Ernst saw it, Encana, the Alberta government, and the Canadian legal system had become her unwitting allies. Every time the ERCB or a government lawyer defamed her in a legal brief, she won another small victory for groundwater. Every time the court system upheld another falsehood, her case advanced the need for greater transparency and accountability. The many delays and interferences only proved that industry and government were guilty and that the frackers had broken the law. "My job is done," Ernst told a reporter. "The skeletons of hydraulic fracturing can't be put back in the closet." The longer her case dragged on, the more ordinary citizens would realize how corrupt the legal and regulatory systems supporting fracking had become. To her astonishment, her case had reached an audience far beyond Rosebud, Alberta. People from Argentina, Poland, Chile, the Netherlands, Sweden, Spain, Ireland, France, Germany, Canada, the United States, the U.K., Denmark, South Africa, and Australia now followed her legal battle.

No matter what happened next, Ernst decided, it would energize her resolve. She made her application to the Supreme Court and patiently waited for a reply. As the chief justice had ordered, on October 31 she tabled 2,136 documents supporting her lawsuit. Her case might cost hundreds of thousands more in legal fees and occupy the rest of her life. The artwork and everything else she owned would have to go. She didn't expect to find justice, as Klippenstein and Wanless still hoped she would. Instead, she realized that her case had become something more profound: the public exposure of the groundwater abuse and regulatory corruption funded by the world's most powerful industry.

She also knew by now that she had a power no government could ever defeat: "Men," she said, "do not understand the courage of ordinary women."


Excerpt from Andrew Nikiforuk's book Slick Water, p. 276-278

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ma traduction libre d'un extrait du livre d'Andrew Nikiforuk intitulé Slick Water:

"Après avoir pris la décision d'aller en appel, Jessica Ernst fit le total des coûts d'avoir résisté pendant sept ans à la négligence du gouvernement. Elle avait perdu deux batailles légales importantes. Le plus grand coupable, le ERCB, avait été exclu de sa poursuite. Elle s'attendait à ce que Alberta Environment soit accordé l'immunité également. Ses frais d'avocats et dépenses avaient grugé plus de $300,000 de ses épargnes, et la pression de garder un montant considérable dans un compte de fiducie pour les avocats l'énervait. Elle ne s'était pas acheté de vêtements neufs, excepté pour des bas et des sous-vêtements en solde; des amis lui avaient gentiment donné des tenues pour ses journées à la cour. Elle mangeait rarement dans un restaurant et n'allait pas voir de films. Pour épargner sur l'essence, elle visitait ses amis que très rarement. Elle avait vécu pendant neuf années sans eau de puits potable, et transportait toujours son eau par camion pour se faire à manger et se laver. Elle compostait sa toilette dans la cour, et l'hiver ne prenait que des bains à l'éponge une fois par semaine. Elle lavait ses cheveux à tous les 10 jours.

Selon elle, Encana, le gouvernement de l'Alberta et le système légal du Canada étaient devenus involontairement ses alliés. Chaque fois que le ERCB ou un avocat du gouvernement la diffamait dans un mémoire juridique, elle gagnait une autre petite victoire pour l'eau souterraine. Chaque fois que le système légal maintenait une autre fausseté, son procès faisait la preuve d'un besoin de plus de transparence et de responsabilité envers le public. Les nombreux délais et ingérences ne faisaient que prouver que l'industrie et le gouvernement étaient coupables et que les frackers avaient enfreint à la loi. "Mon travail est accompli," Ernst avait dit à un journaliste. "Les squelettes de la fracturation hydraulique ne peuvent plus retourner dans le placard." Le plus longtemps son procès s'étirait, plus longtemps les citoyens ordinaires réaliseraient comment les systèmes légaux et régulatoires derrière le fracking étaient devenus corrompus. À sa grande surprise, son procès avait rejoint un auditoire bien au-delà de Rosebud en Alberta. Des gens de l'Argentine, de la Pologne, du Chili, des Pays-Bas, de la Suède, l'Espagne, l'Irlande, la France, l'Allemagne, au Canada, aux États-Unis, en Grande-Bretagne, au Danemark, en Afrique du Sud, et en Australie maintenant suivait sa bataille juridique.

Peut importe ce qui surviendra ensuite, décida Ernst, cela énergiera sa détermination. Elle remplit son application pour la Cour suprême et attendit patiemment pour une réponse. Après que le juge en chef lui ait demandé, le 31 octobre elle déposa 2,136 documents en appui à sa poursuite. Son procès pourrait lui coûter des centaines de milliers de plus en frais légaux et occuper le reste de ses jours. Ses oeuvres d'art et tout le reste de ses biens devront y passer. Elle ne s'attendait pas à obtenir justice, comme Klippenstein et Wanless l'espéraient toujours. À la place, elle réalisait que sa poursuite était devenu quelque chose de plus profond: l'exposition publique des abus sur l'eau souterraine et la corruption chez les régulateurs financée par l'industrie la plus puissante au monde.

Elle savait aussi maintenant qu'elle possédait un pouvoir qu'aucun gouvernement ne pouvait vaincre: "Les hommes," dit-elle, "ne comprennent pas le courage des femmes ordinaires."

Tuesday, November 17, 2015

Énergies fossiles - Les études lancées par le gouvernement Couillard sont jugées biaisées


Photo: Etienne Laberge

Extrait d'un article publié dans Le Devoir du 17 novembre 2015 |Alexandre Shields

(...)

Le début des consultations publiques des évaluations environnementales stratégiques (EES) sur les énergies fossiles a surtout été l’occasion de décrier le processus établi par le gouvernement Couillard, jugé biaisé en faveur de l’exploitation du pétrole et du gaz. Plusieurs participants ont aussi dénoncé l’absence du tiers des études commandées par Québec et le peu de temps pour se préparer aux audiences.

« Cette EES a un préjugé favorable envers les hydrocarbures », a résumé lundi la professeure Lucie Sauvé, du collectif scientifique sur la question du gaz de schiste, dans le cadre des consultations qui se tenaient à Montréal. Celles-ci se déroulaient devant deux sous-ministres du gouvernement du Québec, responsables d’assurer l’« objectivité » du processus des EES.

« La démarche des consultations publiques nous semble être davantage un exercice de relations publiques, a ajouté Mme Sauvé. […] On semble reposer toujours la même question en souhaitant une réponse différente, dans une dynamique d’épuisement des citoyens qui n’ont pas les moyens financiers pour participer à des processus qui s’enchaînent autour des mêmes questions depuis 2010. Il s’en dégage une impression de gaspillage planifié de l’énergie citoyenne. »

« Nous avons vraiment l’impression que les avis exprimés ne seront pas pris en compte et que les dés sont pipés dès le départ, a insisté pour sa part Jacques Tétreault, du Regroupement vigilance hydrocarbures Québec. La future politique énergétique du Québec et la loi sur les hydrocarbures promises pour le printemps prochain nous semblent déjà écrites. »

(...)

Lien: http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/455436/energies-fossiles-les-etudes-lancees-par-le-gouvernement-couillard-sont-jugees-biaisees



Fossil fuels - Studies launched by Couillard government are biased

My translation of part of article above:

The beginning of the public consultations of the Strategic Environmental Assessment (EES) on fossil fuels was especially the occasion to decry the process established by the Couillard government, judged as biased in favor of oil and gas exploitation. Many participants have also decried the absence of a third of the studies ordered by Quebec and the little time available to prepare for the hearings.

"This EES has a favorable prejudice towards hydrocarbons", summed up professor Lucie Sauvé Monday. She is from the scientific collective on shale gas, and was at the consultation that was held in Montreal. They were in the presence of two deputy ministers of the Quebec government, in charge of making sure of the "objectivity" of the EES process.

"The process of the public consultations seem to us to be more of a public relations exercise, added Mrs Sauvé. The same question seems to be asked again and again, hoping to get a different answer, in order to exhaust the citizens that do not have the financial means to participate in processes that turn around the same questions since 2010. It gives an impression of a planned waste of citizens' energy."

"We really have the impression that the opinions expressed will not be taken into account and that the dice are loaded from the start, insisted Jacques Tétrault from the citizens' group Regroupement vigilance hydrocarbures Québec. The future Quebec energy policies and the law on hydrocarbons that were promised for next Spring seem to be already decided upon."

______________________________________________________
"le Québec dispose d’un potentiel gazier et pétrolier significatif, qui permettrait de créer entre 6000 et 10 000 emplois (estimation de 250 puits forés par an)"

Lien: http://journalmetro.com/actualites/national/875226/la-consultation-sur-les-hydrocarbures-tournee-en-ridicule/

Çà, mes amis, excusez l'expression, mais c'est de la merde de boeuf! No way!

~~~~~~~~~~~~~~

Our Quebec government claims that we have so much gas and oil in our province that if we drilled 250 wells a year, we would "create" between 6,000 and 10,000 jobs!

Is there anybody still naïve enough to believe this bul***it???
______________________________________________

Protect your culture from the fossil fuel industry

Les chiens de Jessica

Photo: Maggie Dickeson

"On November 19, 2013, after suffering a series of strokes, Bandit's quiet brother, Magic, died. (Jessica) Ernst felt eternally guilty about kenneling him so often while she traveled to give talks. "He died lying beside me, at noon," wrote Ernst to friends, "me holding onto his heart, as he always held onto mine, even when I never knew it." The lawsuit had now outlasted both her dogs.

(...)

Ernst never thought she'd get a dog again. But she changed her mind that August when she heard about a ten-year-old Jack Russell named Gem, needing a home. As soon as Ernst met the black-and-white dog, she knew she had found an "adorable" companion. Within days, Gem had settled in at Ernst's bungalow and was hunting gophers. "Gemilicious" also dribbled basketballs across the prairie, making Ernst laugh. Suddenly the weight of the lawsuit seemed manageable again."

Excerpts from Andrew Nikiforuk's book Slick Water, p. 268, 275



Ma traduction libre d'extraits du livre d'Andrew Nikiforuk intitulé Slick Water:

"Le 19 novembre 2013, après avoir souffert de plusieurs attaques cérébrovasculaires, Magic, le frère tranquille de Bandit, était mourant. Jessica Ernst se sentait éternellement coupable de l'avoir fait gardé si souvent dans des chenils pendant qu'elle était en tournée. "Il est mort étendu à mes côtés, à midi," écrivit Ernst à des amis, "je tenais son coeur comme il avait toujours tenu le mien, même quand je ne le savais pas." Maintenant, la poursuite se prolongeait au-delà de la durée de vie de ses chiens.

Ernst ne pensait jamais avoir d'autres chiens. Mais elle changea d'idée quand au mois d'août, elle entendit parler d'un Jack Russell de 10 ans appelé Gem, qui avait besoin d'un foyer. Aussitôt que Ernst vit la chienne noir et blanc, elle savait qu'elle avait trouvé un compagnon "adorable." En quelques jours, Gem se sentait chez elle dans le bungalow de Ernst et chassait les spermophiles. "Gemilicious" savait aussi dribbler des ballons au travers la prairie, ce qui faisait rire Ernst. Tout à coup, le poids du procès semblait gérable à nouveau."

Monday, November 16, 2015

Ribbon of light



The bright ribbon of light is back. For a while, it was hidden by the leaves of summer. All I had was it's roar and it's smells. But the ribbon of light is back in my life.

All the drops of water going by, coming from mountains, and forests, and fields. Water coming from lakes, and streams, and other rivers, going by without looking back. Heading to another great big river and then to sea. Never to be seen again?

Books


Like layers of an onion, I'm slowly dusting off the books I had put aside while the renovations were going on. One by one, each one will find a place on the shelves to share my day to day life, easy to grab when the need arises. They represent who I am, my past, my interests, my passions. They are an integral part of me, a part of my identity, and I like to go through their pages once in a while, just to keep in touch. Just to keep my feet on the ground and my mind on what matters.

I have met people that do not have any books in their life, nothing to read within a hand's reach. I can't imagine how that must be like. An alien on a strange planet, maybe.

Être à la merci des agences gouvernementales

Photo: Jessica Ernst

"While preparing an appeal to Chief Justice Wittmann's ruling, Klippenstein's firm marshaled arguments that would resonate with landowners and farmers across the continent: "(Jessica) Ernst, like all rural landowners who live near oil and gas development, has little say in where oil and gas operations are located or how such activities are conducted. She has no ability to inspect operations, or to make sure that the operations are conducted in a safe manner, and only a limited ability to respond to protect herself or her property when something goes terribly wrong. In this case, Ernst was completely reliant on the ERCB to protect her and her property from adverse impacts caused by negligent oil and gas activities. Where citizens have no means to protect themselves from a real danger, they should be entitled to rely on government agencies tasked with inspection and enforcement."

Excerpt from Andrew Nikiforuk's book Slick Water, p. 273

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ma traduction libre d'un extrait du livre d'Andrew Nikiforuk intitulé Slick Water:

"En préparant l'appel suite au verdict du juge en chef Wittman, la firme d'avocats de Klippenstein rassemblait les arguments qui résonneraient auprès des propriétaires terriens et les fermiers partout sur le continent: "Jessica Ernst, comme tout propriétaire terrien qui habite près d'un développement pétrolier ou gazier, n'a pas un mot à dire où ces opérations gazières et pétrolières sont situées ou comment ces activités sont menées. Elle ne peut pas faire l'inspection de ces opérations, ni même s'assurer que ces opérations soient effectuées de façon sécuritaire, et possède une habilité très limitée de réagir afin de se protéger, elle et sa propriété, quand quelque chose tourne terriblement mal. Dans ce cas-ci, Ernst se fiait totalement sur le ERCB pour la protéger, elle et sa propriété, des impacts indésirables causés par des activités gazières ou pétrolières négligentes. Quand les citoyens n'ont pas les moyens de se protéger eux-mêmes d'un réel danger, ils devraient pouvoir se fier sur les agences gouvernementales qui sont chargées des inspections et de faire respecter la loi."

Sunday, November 15, 2015

La décision d'aller en appel



"(Jessica) Ernst didn't take long to reflect on the matter: she wasn't about to let the courts and Stephen Harper use her case to cripple the Charter. She ordered her lawyers to appeal. "I have no choice." she told the media. "Chief Justice Wittmann ruled that the ERCB has a duty to protect the public, but not me. I am the public; we all are. Without water to bathe in, the public's well-being declines - as mine has for years. Without water to drink, the public dies, so do all individuals - including Justice Wittmann and his loved ones. There is no frack worth that. If I let these rulings stand, companies and the Canadian Association of Petroleum Producers will push regulators across Canada to do unto others as the ERCB did unto me, when they breached my Charter rights and tried to intimidate me into silence by judging me a criminal without any evidence or trial."

Excerpt from Andrew Nikiforuk's book Slick Water - Fracking and One Insider's Stand Against the World's Most Powerful Industry, p. 268

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ma traduction libre d'un extrait du livre d'Andrew Nikiforuk intitulé Slick Water:

"Jessica Ernst n'a pas dû y réfléchir longtemps: elle ne laisserait pas les cours de justice et Stephen Harper se servir de sa poursuite pour affaiblir la Charte. Elle ordonna à ses avocats d'aller en appel. "Je n'ai pas le choix." a-t-elle dit aux médias. Le juge en chef Wittman a statué que le ERCB a le devoir de protéger le public, mais pas moi. Je suis le public; nous le sommes tous. Sans eau pour se laver, le bien-être du public diminuera, comme le mien depuis des années. Sans eau à boire, le public meurt, ainsi que tous les individus - dont le juge Wittman et toutes les personnes qui lui sont chères. Aucun frack ne vaut çà. Si je laisse ces décisions demeurer telles quelles, les compagnies et l'Association canadienne des producteurs pétroliers vont faire des pressions auprès des régulateurs partout au Canada pour qu'on fasse aux autres ce que le ERCB m'a fait quand il a violé mes droits selon la Charte et tenté de m'intimider au silence en me jugeant criminelle sans preuves ou procès."

Saturday, November 14, 2015

A knock-'em-down, drag-'em-out brawl says Solomon



"(...)Brent O'Neil, an international oil-patch driller, sat down in Calgary with lawyer Glenn Solomon to get some legal advice. (...)

"On your experience with fracking and stuff, where, what's the success rate?" (...) What's the Canadian climate for that kind of stuff? Is it worth a fight?"

"I'm not aware of any cases that have gone to trial where fracking damage has been successfully proved." Solomon replied. "But, again, most of these cases resolve. 'Okay, we damaged your water well, We'll just set you up with potable water through a tank system forever, because, you know, we just spent a million dollards drilling this well that we made a hundred million on. And it's costing us an extra three hundred thousand. We're okay.'"

Solomon elaborated on the industry's attitude. "'You know, we don't need to litigate with you, we don't even need to know that it was our fault. We're just happy to pay you. And by the way, by doing that you shut up, the regulators stay off our back, we get to do it again down the street.' And so that's the oil company approach on these (things). The people who typically are suing are getting a lot of resistance, and it's a knock-'em-down, drag-'em-out brawl, where the oil companies are not resolving it. If you drag the regulators, I can tell you from experience...it's World War III. And Encana, Alberta Environment, and the ERCB, as it turns out, all have effectively unlimited resources. You know they have office towers full of experts. They have bank accounts full of cash. The cost of having even an army of lawyers is something that they wouldn't even notice, and they don't have to answer for it. So anyone who wants to pick that fight literally is crazy."


Excerpt from Andrew Nikiforuk's book Slick Water, p. 263, 265-266

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ma traduction libre d'un extrait du livre d'Andrew Nikiforuk intitulé Slick Water:

"Brent O'Neil, un foreur du secteur pétrolier international, était assis avec l'avocat Glenn Solomon à Calgary pour recevoir ses conseils légaux.

"D'après votre expérience avec le fracking et le reste, quel est le taux de succès? Quel est le climat au Canada pour ce genre de chose? Est-ce que çà vaut la peine de se battre?"

"Je ne suis pas au courant d'aucun cas qui s'est rendu en cour où il y a eu des dommages causés par le fracking qui ont été prouvés avec succès." répondit Solomon. "Mais bien sûr, la plupart de ces cas se règlent (hors cour). 'Okay, nous avons endommagé votre puits d'eau potable. Nous allons vous organiser avec de l'eau potable dans un système de citerne pour toujours, parce que, vous savez, nous venons juste de dépenser un million de dollars à forer ce puits qui nous a fait une centaine de millions. Et cela nous coûte trois cent mille de plus. Nous sommes à l'aise (avec çà).'"

Solomon élabora sur l'attitude de l'industrie. "'Vous savez, nous n'avons pas besoin de plaider contre vous, nous n'avons même pas besoin de savoir si c'est de notre faute. Nous sommes juste contents de vous payer. Et d'ailleurs, en acceptant cela, vous devez vous taire, les régulateurs ne nous ennuient pas, nous pouvons recommencer plus loin sur votre rue.' Et voilà la façon de faire des compagnies pétrolières dans ces cas-là. Habituellement, les gens qui poursuivent rencontrent beaucoup de résistance, et c'est une bagarre du style on les fait tomber et on étire çà le plus longtemps possible, et les pétrolières n'ont pas de résolution. Si vous
mettez les régulateurs dans le paquet, je peux vous dire par expérience... que cela devient la Troisième Grande Guerre mondiale. Et il s'avère que Encana, Alberta Environment et le ERCB ont en pratique des ressources sans limites. Vous savez qu'ils ont des tours à bureaux pleins d'experts. Ils ont des comptes en banque pleins d'argent. Même le coût d'avoir une armée d'avocats, c'est quelque chose qu'ils ne remarqueraient même pas, et ils n'ont pas à y répondre. Alors quelqu'un qui veut se battre contre eux est littéralement fou."

Friday, November 13, 2015

The Ernst Clause


Photo: Gerard Protti


"Back in Alberta, the interests of the industry and government had increasingly become indistinguishable. In April 2013, the Alberta government appointed Gerard Protti, former Encana vice president and a founder of the Canadian Association of Petroleum Producers, to chair the newlyformed Alberta Energy Regulator (AER). At the time of his appointment, Protti was still listed in Ottawa as a registered energy lobbyist. He also sat on the board of directors of the Alberta Research Council (now Alberta Innovators), which had dismissed water contamination cases as natural.

The Alberta government had first hired Protti to provide advice on streamlining legislation to make the extraction of extreme hydrocarbons easier. They like the energy lobbyist's recommendations so much that they put him in charge of implementing the changes. One of Protti's first suggestions was that the province draft a new energy bill. The controversial Responsible Energy Development Act disbanded the scandal-ridden ERCB and created the generic-sounding Alberta Energy Regulator, now 100 percent funded by industry. In addition, the bill transferred environmental and water protection from Alberta Environment to the energy regulator. To discourage public litigation, the new act also gave the AER authority to limit public involvement in industry hearings. And to foster the speedy approval of unconventional projects, the words "public interest" were removed from the agency's mandate. Not surprisingly, the act also sported a rewritten immunity clause that incuded the phrase "any act of thing done or omitted to be done in good faith under this Act." Lawyers dubbed it the "Ernst clause," because (Jessica) Ernst's lawsuit emphasized what the ERCB had promised but failed to do. It was now impossible for any other Albertan to sue the regulator for failing to protect the public interest."


Excerpt from Andrew Nikiforuk's book Slick Water, p. 260-261

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ma traduction libre d'un extrait du livre d'Andrew Nikiforuk intitulé Slick Water:

"Pour ce qui est de l'Alberta, les intérêts de l'industrie et du gouvernement devenaient impossible à distinguer. En avril 2013, le gouvernement de l'Alberta nomma Gerard Protti, ancien vice-président d'Encana et un fondateur de l'Association canadienne des producteurs pétroliers, comme président de la nouvelle agence nommée Alberta Energy Regulator (AER). À ce moment-là, Protti était toujours sur la liste des lobbyistes énergétiques enregistrés à Ottawa. Il siégeait aussi sur le conseil d'administration du Alberta Research Council (maintenant connu sous le nom de Alberta Innovators), qui avait déjà rejeté les cas de contaminations de l'eau du revers de la main, prétendant qu'ils étaient des phénomènes naturels.

Le gouvernement de l'Alberta avait au début engagé Protti pour avoir ses conseils afin de rationaliser la législation dans le but de faciliter l'extraction des hydrocarbures extrêmes. Il aimait tellement les recommandations du lobbyiste énergétique qu'on le nomma en charge de mettre en oeuvre les changements. L'une des premières suggestions de Protti était que la province rédige un nouveau projet de loi énergétique. La loi controversée intitulée Responsible Energy Development Act démantela le ERCB, noirci par des scandales, et créa l'Alberta Energy Regulator, un terme générique d'apparence seulement, car maintenant financé à 100 pourcent par l'industrie. De plus, le projet de loi transféra la protection de l'eau et de l'environnement, passa d'Alberta Environment pour devenir la charge du régulateur énergétique. Pour décourager les contentieux civils, la nouvelle loi donnait aussi l’autorité au AER de limiter l'implication du public dans les audiences de l'industrie. Et pour favoriser l'approbation rapide des projets non conventionnels, les mots "intérêts publics" ont aussi été enlevés du mandat de l'agence. Il ne faudra pas être surpris d'apprendre que la loi avait une clause d'immunité réécrite qui incluait la phrase "n'importe quel acte ou chose accomplie ou omise faite de bonne foi selon cette loi." Les avocats la surnommèrent la "clause Ernst," parce que la poursuite de Jessica Ernst avait souligné ce que le ERCB avait promis mais n'avait pas fait. C'était désormais impossible pour n'importe quel autre citoyen de l'Alberta de poursuivre le régulateur pour avoir manqué à son devoir de protéger l'intérêt public."

Thursday, November 12, 2015

Les manifestants ont le droit d'entraver la circulation, tranche la Cour

Photo: Douglas Gelevan


Texte de Philippe Teisceira-Lessard publié dans La Presse du 12 novembre 2015

L'interdiction faite aux manifestants de marcher dans les rues en bloquant la circulation viole leurs droits constitutionnels, vient de conclure la Cour supérieure du Québec, invalidant ainsi un outil fréquemment utilisé par les policiers contre les protestataires.

Dans une décision datée d'aujourd'hui, le juge Guy Cournoyer acquitte une manifestante mise à l'amende en 2011 en vertu d'un article litigieux du Code de la sécurité routière. Celui-ci interdit «toute action concertée» destinée à entraver la circulation.

Mais cette disposition «enfreint les libertés d'expression et de réunion pacifique protégées par les chartes québécoise et canadienne», écrit le magistrat. «Cette limitation n'est pas justifiée dans le cadre d'une société libre et démocratique.»

Le gouvernement a six mois pour modifier le Code de la sécurité routière afin de se conformer à la décision de justice.

Lien: http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/actualites-judiciaires/201511/12/01-4920115-les-manifestants-ont-le-droit-dentraver-la-circulation-tranche-la-cour.php


Photo: Dario Ayala Montreal Gazette

Protesters have the right to block road circulation, rules Court

My translation of above article:

The banning of marching in the streets for protesters that want to block road circulation violates their constitutional rights, just ruled the Quebec Superior Court, thus invalidating an often used tool by police against protesters.

In today's ruling, judge Guy Cournoyer acquitted protester fined back in 2011 as per a contentious article of the Highway Safety Code. It bans "all concerted action" aimed at obstructing road circulation.

But this provision "encroaches on freedom of expressions and peaceful association protected by the Quebec and Canadian Charters", writes the judge. "This limitation is not justified within a free and democratic society."

The government has six months to modify the Highway Safety Code to conform to the ruling.

Pollution record dans les rivières du sud du Québec


Photo: Maxime Landry TVA Nouvelles

Quatre cours d’eau du sud du Québec sont sept fois plus pollués qu’il y a cinq ans.

12 nov. 2015 par Guillaume Roy

La pollution des rivières du sud du Québec atteint des sommets, indique un rapport du ministère de l’Environnement du Québec. Plus de 96 % des échantillons prélevés dans quatre cours d’eau du sud du Québec (rivières Yamaska, Richelieu, Nicolet et fleuve Saint-Laurent) et dans leurs bassins versants ont révélé des taux de polluants supérieurs aux normes acceptables. C’est sept fois plus qu’il y a cinq ans.

Le maïs et le soya ciblés

Cette hausse fulgurante est entre autres attribuable au recours accru aux néonicotinoïdes par les cultivateurs de soya et de maïs. Plus les bassins versants traversent ces cultures, plus on retrouve ces insecticides dans les rivières, explique le rapport. Bien que peu néfastes pour l’homme, les néonicotinoïdes sont considérés comme très toxiques pour les espèces aquatiques et les insectes pollinisateurs.

La planète réagit

Dès janvier 2016, l’usage des néonicotinoïdes sera banni en France. L’Ontario, de son côté, souhaite réduire de 80 % les surfaces sur lesquelles on les utilise d’ici 2017. Aucune mesure particulière ne concerne les néonicotinoïdes au Québec. La Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture vise à réduire de 25 % l’utilisation des pesticides en milieu agricole au Québec d’ici 2021.

Lien: http://www.lactualite.com/sante-et-science/environnement/pollution-record-des-rivieres-du-sud-du-quebec/

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
My translation of above article:


Record pollution in southern Quebec rivers

Four watercourses in the south portion of Quebec are seven times more polluted than 5 years ago.

The pollution in southern Quebec rivers has broken records as per a Quebec Environment Ministry report. More than 96% of specimens taken from four watercourses in the southern part of Quebec (Yamaska, Richelieu, Nicolet and St. Lawrence Rivers) and in their watershed have revealed pollution levels over acceptable standards. It is seven times more than five years ago.

Corn and soy are the cause

This meteoric increase is caused, among other things, the increase use of neonicotinoids by the soy and corn growers. The more the watersheds go through these fields, the more those insecticides are found in the rivers, explains the report. Even though they are barely harmful to humans, neonicotinoids are considered very toxic for aquatic species and pollinators.

The planet reacts

As soon as January 2016, neonicotinoid use will be banned in France. As for Ontario, they want to reduce the areas where they are used by 80% by 2017. There are no neonicotinoid measures planned in Quebec. Quebec's phytosanitary strategy for agriculture aims to reduce pesticide use on Quebec farms by 25% by 2021.

The wind

Gusts of wind are ripping the last lilac leaves off their branches, and spats of rain try to make sure those on the ground stay put. The roar of the rapids reaches me in waves through the window panes, and I can also hear the trees groan in protest for being shaken so. Finches, chickadees and nuthatches frantically rush to hide as much sunflower seeds from the feeder as possible, getting ready for the bitter cold that is sure to come, not counting on me to keep it full when they will need it the most.

This morning, I shook the carpets outside just in time, for if I had waited, we would have gotten wet. Satisfied to know that I vacuumed most of the main floor, I settle down for an afternoon of crossword puzzles, waiting for more clement weather to venture outside.

Dr Anthony R Ingraffea

Photo: L'Oeil Régional


"Since 2009, (Anthony) Ingraffea had also become a major critic of the fracking industry. He had concluded that policy on the technology clearly outpaced the science and that he had a responsibility to challenge industry's lies. In addition, he had intimately studied the technology's fatal flaw: the inability to contain an induced fracture. Early in his career, Ingraffea had been part of a Lawrence Livermore National Laboratory team that tried, in 1983, to develop computer simulation models to show how fracture fluids might travel through naturelly fractured Devonian shale rocks. To get the shale to let go of the methane, indutry had to connect to existing natural joints, cleats, and fractures with a multitude of man-made fractures over a vast area. The team also tried 2D and 3D coputer models to illustrate the complexity of the connections, but to no avail. "The fracture wanted to go wherever it wanted to go," recalls Ingraffea. "You could't predict it." Thirty-two years later, Ingraffea still gets calls from petroleum executives asking him for help in producing an accurate predictive model for fracking. "That tells you everything you need to know," he says. "They are just using brute force."

(...)

"The new kind of high-volume fracking, which hopefully we won't see in New York, exacerbates and makes worse a bad situation. It used to be with the old conventional wells there was a well and you'd have to go maybe a kilometer away to the next well. And maybe you were lucky enough not to see the chemical constituents that went down one well affecting the integrity of the cement on that well. But now we are seeing many wells drilled from one pad and many wells restimulated adjacent to existing wells, and both those processes, pardon the pun, put more pressure on the cement. The strength of the cement, the toughness of the cement, and the durability of the cement are all very important qualities you want, and are all being challenged by the mechanical process of joining one well very close to another well and all the ground motions that occur." Thanks to hydraulic fracturing, added Ingraffea, the industry is speeding up a cement degradation process "that used to take decades." Now, he said, it takes only years."


Excerpt of Andrew Nikiforuk's book Slick Water, p. 242, 244-245

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ma traduction libre d'un extrait du livre d'Andrew Nikiforuk intitulé Slick Water:

"Depuis 2009, Anthony Ingraffea avait aussi commencé à critiquer l'industrie du fracking. Il était venu à la conclusion que les politiques de la technologie avaient nettement dépassé la science et qu'il avait la responsabilité de mettre au défi les mensonges de l'industrie. De plus, il avait étudié de près la faiblesse fatale de la technologie: l'incapacité de contenir une fracture provoquée. Tôt dans sa carrière, Ingraffea avait fait parti d'une équipe du Lawrence Livermore National Laboratory qui avait tenté en 1983 de développer des modèles de simulation par ordinateur pour démontrer comment les fluides de fracturation pourraient voyager dans les failles naturelles du roc de schiste Devonian. Pour faire relâcher le méthane du schiste, l'industrie devait se raccorder sur des joints et des failles naturels grâce à une multitude de fractures artificielles sur une vaste étendue. L'équipe a aussi tenté de faire des modèles en 2, puis 3 dimensions afin d'illustrer la complexité des connections, sans succès. "La fracture voulait aller où elle voulait aller," se rappelle Ingraffea. "On ne pouvait pas le prédire." Trente-deux ans plus tard, Ingraffea reçoit encore des appels d'exécutifs pétroliers qui lui demandent son aide pour produire un modèle prédictif précis du fracking. "Cela vous dit tout ce que vous avez besoin de savoir," dit-il. "Ils ne font qu'utiliser de la force brute."

"La nouvelle sorte de fracking à grand volume, que nous ne verrons pas dans l'état de New York, espérons-le, aggrave et empire une mauvaise situation. Autrefois, avec les anciens puits conventionnels, il y avait un puits et vous deviez aller à environ un kilomètre plus loin pour le prochain puits. Et peut-être que vous étiez assez chanceux de ne pas retrouver les composants chimiques qui avaient été injectés dans un puits affecter l'intégrité du ciment de ce puits. Mais maintenant nous nous retrouvons avec plusieurs puits forés à partir d'un site et plusieurs puits restimulés adjacents à des puits déjà existants, et ces deux procédés mettent encore plus de pression sur le ciment. La solidité du ciment, la résistance du ciment, et la durabilité du ciment sont toutes des qualités très importantes que vous désirez voir, et sont toutes mises à rude épreuve par le procédé mécanique d'unir un puits très près d'un autre puits et tous les mouvements du sol qui surviennent." Grâce à la fracturation hydraulique, ajoute Ingraffea, l'industrie accélère le processus de dégradation du ciment "qui prenait des décennies autrefois." Maintenant, dit-il, cela se fait en quelques années."

Wednesday, November 11, 2015

Pétrolia: des travaux de 35 millions l'été prochain à Anticosti


Photo: Caroline Laflamme

Extrait d'un reportage d'André Dubuc publié dans La Presse du 10 novembre 2015:

"La manne pétrolière profite déjà à l'économie de l'île d'Anticosti. De 120 à 140 personnes travailleront dans l'île à l'été 2016 dans le cadre de la seconde phase du programme d'exploration pétrolière. La société Pétrolia et ses partenaires y investiront 35 millions de dollars, une fois que le gouvernement aura délivré le certificat d'autorisation environnementale. «L'année prochaine, c'est le vrai test. Il s'agit des trois puits horizontaux avec fracturation pour savoir si, oui ou non, on peut produire des hydrocarbures», dit Alexandre Gagnon, PDG de Pétrolia. M. Gagnon participait à la conférence de l'Association pétrolière et gazière du Québec. Les travaux devraient commencer en mai 2016 et dureront six mois. Les forages avec fracturation étaient initialement prévus à l'été 2015, mais ont été reportés d'un an en raison de retards. Pétrolia a terminé l'été dernier une campagne de 12 sondages stratigraphiques: 7 en 2015 et 5 en 2014. Les travaux effectués dans l'île en 2014 et en 2015 ont donné du travail à 90 personnes, soutient l'entreprise. À Anticosti, le gouvernement du Québec a une participation de 35% dans la société en commandite qui pilote le projet, tandis que les partenaires privés Maurel et Prom, Corridor Resources et Pétrolia ont chacun 21,7% des parts."

Lien: http://affaires.lapresse.ca/economie/energie-et-ressources/201511/10/01-4919216-petrole-vers-une-production-commerciale-au-quebec-en-2020.php

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Project of $35 million on Anticosti next summer

My translation of above article:

"The oil manna is already helping the Anticosti Island economy. Between 120 and 140 people will work on the island during the summer of 2016 thanks to the second phase of the oil exploration program. Petrolia and its partners will invest $35 million once the government will have given the environmental authorization certificate. "Next year is going to be the real test. It is about three horizontal wells with fracking to find out if hydrocarbon production is possible, yes or no," says Alexandre Gagnon, CEO of Petrolia. Mr Gagnon was at the Quebec Oil and Gas Association conference. Work should start in May 2016 and will last 6 months. The drilling with fracking were initially planned for summer of 2015, but were put back one year because of delays. Petrolia finished a campaign of 12 stratigraphic surveys last summer: 7 in 2015 and 5 in 2014. The work done on the island back in 2014 and in 2015 gave work to 90 persons, says the company. On Anticosti, the Quebec government has a 35% participation in the partnership that runs the project, and the private partners Maurel and Prom, Corridor Resources and Petrolia have each 21,7% of the shares."

Les conférences aux États-Unis

Saisie d'écran courtoisie Jessica Ernst

"As news of (Jessica) Ernst's lawsuit spread, invitations to speak flooded her inbox. In May 2012 she flew to Michigan, where she talked to hundreds of landowners about the truth and consequences of fracking. Encana had attacked the Antrim Shale there and problems galore had arisen. An industry representative stormed out of one of her talks, shouting that it was 80 percent embellishment. "That's funny," responded Ernst. "Eighty percent of my talk is based on industry and government data, and only 20 percent is personal." While in Michigan, she also explained how industry undermined communities by promising them money before they fracked them. "No healthy community will allow hydraulic fracturing," said Ernst, "so they (the industry) have to make the community sick. And they do so by feeding the dark side (of) human nature, which is greed, sloth, selfishness. They feed the ego, they promise a little bit... and then whammo, the community is divided. The people with concerns are then abused by the people who want more money, and Encana doesn't even have to do the dirty work."

After Michigan, Ernst traveled to upper New York State, which had declared a moratorium on fracking in 2011. Audiences there coudn't believe that she wouldn't sign a gag order. During her talks, she teamed up with Cornell University fracking expert Anthony Ingraffea, whom she had met a year earlier at a talk in Halifax, Nova Scotia. She and Ingraffea had corresponded since then on the technical nitty-gritty of fracking. The two scientists made an odd pair. Ernst was living a life that had been fractured, and Ingraffea, a world authority on the mechanics of fractures, knew that her story reflected the hard reality of the science."


Excerpt from Andrew Nikiforuk's book Slick Water, p. 240-241

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ma traduction libre du livre d'Andrew Nikiforuk intitulé Slick Water:

"Parce que la nouvelle de la poursuite de Jessica Ernst se répandit partout sur la planète, des invitations pour qu'elle fasse des conférences remplissaient sa boîte de courriels. En mai 2012, elle s'envolait pour Michigan où elle s'adressa à des centaines de propriétaires terriens pour leur parler des vérités et des conséquences du fracking. Encana avait attaqué le schiste de la formation Atrim là-bas et des problèmes étaient survenus en abondance. Un représentant de l'industrie sortit en trombe de l'une de ses conférences, criant que c'était à 80% des enjolivements. "C'est curieux," répliqua Ernst. "Quatre-vingt pourcent de ma conférence se base sur des données de l'industrie et du gouvernement, et seulement 20% est personnel." Pendant qu'elle était au Michigan, elle expliqua aussi comment l'industrie ébranlait les communautés en leur promettant de l'argent avant de les fracturer. "Aucune communauté saine ne permettrait la fracturation hydraulique," dit Ernst, "alors l'industrie doit rendre la communauté malade. Et elle y réussit en alimentant le côté sombre de la nature humaine, l'avarice, la paresse, l'égoïsme. Ils alimentent l'égo, ils en promettent un peu... et tout à coup, boom, la communauté est divisée. Les gens avec des préoccupations sont ensuite abusés par les gens qui veulent encore plus d'argent, et Encana n'a même pas à faire le sale travail."

Après le Michigan, Ernst ira dans la partie nord de l'état de New York qui avait déclaré un moratoire du fracking en 2011. L'auditoire là-bas ne pouvait croire qu'elle ne signerait pas une ordonnance de secret. Pendant ses conférences, elle fit équipe avec Anthony Ingraffea, un expert en fracking de l'université de Cornell, qu'elle avait rencontré un an plus tôt pendant une conférence à Halifax, en Nouvelle-Écosse. Elle et Ingraffea avait correspondu depuis ce temps-là sur le vif du sujet, le côté technique du fracking. Les deux scientifiques faisaient un étrange couple. Ernst vivait une vie qui avait été fracturée, et Ingraffea, une autorité mondiale sur les mécaniques des fractures, savait que son histoire reflétait la cruelle réalité de la science."

Tuesday, November 10, 2015

La tournée de Jessica Ernst en Irlande



Jessica Ernst during her Irish tour, photo from ernstversusencana.ca

"Having survived a financial crash during which every authority and professional lied to the public, the Irish suspected the frackers were just another breed of foreign pirates. So, too, did Irish-born doctor John O'Connor. The family physician worked in northern Alberta, and he had drawn attention to rising rates of rare cancers downstream from the huge tar sands project. O'Connor had witnessed how an oil boom could undo a place. When friends in Ireland asked him about the fracking experience in Canada, O'Connor told them about Jessica Ernst.
(...)
Her first hour-and-a-half-long talk, "Life Inside a Frac Experiment." took place in the village of Belcoo in County Fermanagh (...) more than 350 people filled the Rainbow Ballroom of Romance in Glenfarne (...) Ernst opened her talk by admitting that it was really hard to resist and to speak out. But on the issue of fracking, she said, people had to let their fears go. "I'm here to tell you tonight that laws and regulations do not protect us from the new brute force of hydraulic fracturing or the new 'super fracking' experiments."
(...)
Enst traced the history of fractures going out of zone into freshwater aquifers and warned the assembled group that fracks were unpredictable things: they didn't stay in the target zone, and they followed the path of least resistance. No amount of industry denial could change that fact. Next report to Congress that had documented how "residual fracturing fluid migrated into a water well" in West Virginia in 1982. As the EPA later admitted, and the New York Times would report, hundreds of other cases had been hidden by confidentiality agreements or gag orders. No one had the right to cover up contamination of lakes and rivers, said Ernst calmly, "because we share our water." There was a groan of recognition.
(...)
By the close of Ernst's tour, the Irish were calling her the "Joan of Arc of Alberta" and a "Rachel Carson of the Environment." Ernst spoke directly to thousands of people, and Ireland's national network interviewed the oil-patch scientist three times on television. Community groups booked her for a return visit the following year. "Forewarned is forearmed," wrote a grateful physician colleague of O'Connor. To this day, O'Connor swears it was the best investment he ever made. As for Ernst, she arrived back in Alberta exhausted and was sick for three weeks."

Excerpt from Andrew Nikiforuk's book Slick Water, p. 235 to 240

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ma traduction libre d'un extrait du livre d'Andrew Nikiforuk intitulé Slick Water:

"Ayant survécu un crash financier durant lequel toutes les autorités et les professionnels ont menti au grand public, les Irlandais se méfiaient des frackers, les pensant une autre race de pirates étrangers. Ainsi pensait l'Irlandais d'origine John O'Connor. Le médecin de famille travaillait dans le nord de l'Alberta, et il avait attiré l'attention sur les taux à la hausse de cancers en aval du vaste projet des sables bitumineux. O'Connor avait été témoin du déchirement provoqué par un boom pétrolier. Quand des amis en Irlande l'ont questionné sur son expérience du fracking au Canada, O'Connor les référa à Jessica Ernst.

Sa première présentation d'une heure et demi intitulé "Life Inside a Frac Experiment" - la vie dans une expérimentation de frac - se déroula dans le village de Belcoo dans le County Fermanagh où plus de 350 personnes remplirent la salle de bal Rainbow of Romance dans Glenfarne. Ersnt commença sa présentation en admettant que c'était très difficile de résister et de dénoncer. Mais sur la question du fracking, dit-elle, les gens doivent mettre de côté leurs peurs. "Je suis ici ce soir pour vous dire que les lois et les règlements ne nous protègent pas de la nouvelle force brute de la fracturation hydraulique ou des nouvelles expérimentations du "super fracking."

Ernst retraça l'historique des fractures qui sortent de la zone visée et se rend dans les nappes aquifères et avertit le group rassemblé devant elle que les fractures sont des choses imprévisibles: elles ne restaient pas dans la zone visée, et suivaient le chemin de la moindre résistance. Aucune quantité de déni de l'industrie ne pouvait changer cet état de chose. Ensuite elle parla du rapport présenté au Congress américain qui avait documenté comment "des fluides de fracturations résiduels ont migré dans des puits d'eau potable" dans la Virginie Occidentale en 1982. Et comme l'EPA avait admis plus tard, et comme le New York Times l'avait rapporté, des centaines d'autres cas avaient été cachés par des ententes de confidentialité ou des bâillons. Personne n'avait le droit de cacher les contaminations de lacs et de rivières, disait Ernst calmement, "parce que nous partageons notre eau." Il y eut un grondement de déjà vu dans la salle.

À la fin de la tournée de Ernst, les Irlandais l'appelait la "Jeanne d'Arc de l'Alberta" et une "Rachel Carson de l'environnement." Ersnt avait parlé directement à des milliers de personnes, et le réseau de diffusion national avait interviewé la scientifique du secteur pétrolier trois fois à la télévision. Des groupes communautaires l'engagea pour une deuxième visite l'année suivante. "Un homme averti en vaut deux," écrivait un physicien collègue reconnaissant d'O'Connor. À ce jour, O'Connor jure que cela avait été le meilleur investissement qu'il n'avait jamais fait. Pour ce qui est de Ernst, de retour en Alberta épuisée, elle tomba malade pour 3 semaines."