Friends of the Richelieu. A river. A passion.



"Tout cedit pays est fort uny, remply de forests, vignes & noyers. Aucuns Chrestiens n'estoient encores parvenus jusques en cedit lieu, que nous, qui eusmes assez de peine à monter le riviere à la rame. " Samuel de Champlain


"All this region is very level and full of forests, vines and butternut trees. No Christian has ever visited this land and we had all the misery of the world trying to paddle the river upstream." Samuel de Champlain

Thursday, June 30, 2016

Images du passé

La rivière devant chez moi en 2008:



Avec Fillette en 2010:


et encore Fillette en 2009:


et l'année suivante:


Mes bébés Molly et Paddy:


La construction du garage en 2010:






Wednesday, June 29, 2016

Un voyage porcin dans le passé

Une réunion de cuisine en octobre 2005 (avant la consultation publique):


Une assemblée de militants en novembre 2005:


Une manif à Napierville en octobre 2005:


Des militants en décembre 2005:


La Saint-Jean-Baptiste en 2006:


Une manif en juin 2006:




Saturday, June 25, 2016

Le droit de porter un masque lors des manifs





Photo: Robert Skinner

Je sens que je dois me justifier pour m'être réjouie du jugement rendu dans la cause de M. Villeneuve qui s'objectait à certains articles de la loi P-6 de la ville de Montréal. On prête toutes sortes de mauvaises intentions aux militants qui veulent porter un masque ou un costume lors des manifestations.

Voir Le Devoir:

Règlement municipal P-6
La Cour invalide l’interdiction du port du masque


Lien: http://www.ledevoir.com/politique/montreal/474042/p-6-la-cour-superieure-invalide-deux-amendements

Par définition, selon moi, une manif, c'est pour protester contre des injustices du système, et par conséquent, c'est absurde d'exiger des manifestants de soumettre un parcours de leur mouvements au dit système.


Deuxièmement, c'est très accrocheur, un costume, lors d'une manif. Il aide à faire comprendre le pourquoi de la cause, et le masque est la partie du costume la plus visible lors d'une manif, d'où l'importance, selon moi, d'inclure un masque qui illustre bien ce pourquoi l'on s'insurge. Aussi, il attire les journalistes qui peuvent illustrer leur reportage et du même coup augmente la "couverture" de l'évènement.


Troisièmement, contrôler les manifs et dicter la façon dont on se vêtit durant ces dites manifs, c'est brimer la liberté d'expression, selon moi, et deviennent du même coup une raison de faire une manif!

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Some people assume that people wearing masks in a demonstration have bad intentions and simply want to hide their identity. I beg to differ.

I was outraged by the articles in the Montreal bylaw that said one could not wear a mask during a demonstration. I think that wearing a well chosen costume during a march helps to explain the reason people go down in the streets. The mask being the one thing that can be seen the most from afar is a very important item in a disguise, especially if it helps illustrate the reason why people are outraged. Plus, journalists like to photograph those that are disguised, if only because permission to publish is not necessary, and it helps to have a picture that goes with the story. This only helps coverage in the media if a colorful figure can illustrate the event.

My own disguise in a demonstration in Longueuil at the end of 2010 is a case in point: my picture was used again and again in the following articles by said newspaper. I became the anonymous colorful icon of the citizens' revolt against the shale gas invasion in Quebec.


Thursday, June 23, 2016

Un autre journaliste gênant flushé!



Ian Jessop, un animateur radio qui ose laisser parler les gens qui brassent les cages des élus, de l'establishment, qui osent dénoncer les injustices, la corruption. Ian Jessup laissait Jessica Ernst parler de sa poursuite contre Encana, Alberta Environment et Alberta Energy Regulator suite à la contamination de son puits d'eau potable entouré de puits gaziers fracturés encore et encore.

Pas surprenant qu'il ait été congédié!

Mais où donc est la liberté d'expression et le droit à un environnement sain dans ce pays appelé le Canada?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Talk Show Host Ian Jessop Out at C-FAX 1070

A usually well-informed source passes along word that Ian Jessop has just been terminated at C-FAX Victoria.

The talk show host in the 1-3 pm slot M-F has in recent months had his show repeated daily from 6- 8 pm. So one would assume he had been held in somewhat high esteem.

Courtesy of Gord Lansdell and his Vancouver Broadcasters data bank, here is a summary of Jessop’s recent employment history:

Ian Jessop – Legislative reporter CKNW Vancouver 1980-88; Press Secretary for Premier Bill Vander Zalm and Rita Johnston 1988-91; director of communications BC Liberal caucus 1992-96; co-founder Seismic Events Victoria 2004; director of communications for Gordon Campbell and BC Liberal Party; talk show host CFAX Victoria until today.

I listened to Ian Jessop for his interviews with Jessica Ernst: it was one of the only ways left for her to talk publicly about her case against Encana, Alberta Environment and Alberta Energy Regulator because of her water well being contaminated after repeated shallow hydraulic fracturing in her area.

So much for freedom of expression and the right to a clean environment in this country.

Tuesday, June 21, 2016

Summer Solstice



It is a wonderful time of the year. It is only June, so every morning, I go around in my garden to deadhead the spent flowers of yesterday so that the newly opened ones can shine in all their glory. Only the Lupin I keep the seeds for now, because there is one part of the garden I want them to colonize still, and I will help them with that.

Last night's thunderstorm turned the page to the blistering heat wave, leaving in its wake a cool breeze that whips away those heavy, downbeating temperatures. The birds accept me in their daily lives, taking a sip and a dip in my birdbath, barely a few feet from me doing my crosswords. The frogs hardly move out of the way while I tromp around, arms full of bricks I'm taking out of the basement and using to make a dry path between the back and the side doors and the gardening shed.

The hard rain did what all my careful watering could not do: the spinach and the radishes woke up and took notice, and look much more appetizing this morning. Wonderful lunches are in store for me during the next couple of weeks. The strawberries are sure to appreciate also, and will give me sweet treats enough for the three meals of the day for a while.

The Cedar Waxwing and the Song Sparrows decided they liked my place this year and are sticking around. The Waxwing loves my hair and flies low, wanting to line its nest, probably. The Cottonwood seeds will have to do for now. Papa Sparrow flies from tree to tree, imitating Papa Cardinal, making sure everybody knows this is their place to feed and raise their families this year. Thus, I'm surrounded by their song that even fills up my home too.

It is a wonderful time of the year.

Jouer avec les mots et les citoyens

Monday, June 20, 2016

Une pétale de rose


Photo: Martin Rubli

L'emblème du pétale de rose: je n'importune jamais.

" Il y avait dans la ville d'Amadon, une sage Académie dont les membres devaient penser beaucoup, écrire peu et parler moins encore. Le docteur Zeb, réputé dans tout l'Orient, s'y présenta pour obtenir une place vacante. Il arriva trop tard, le titre avait été accordé. Le président ne savait comment faire pour exprimer sa confusion personnelle et celle de l'assemblée. Il se fit apporter une coupe et la remplit d'eau si exactement que le savant solliciteur comprit par ce symbole qu'il n'y avait pas la moindre place pour lui. Le candidat malheureux se retira donc, lorsqu'il aperçut à ses pieds un pétale de rose. Il le ramassa et le posa si doucement sur l'eau de la coupe que pas une goutte ne déborda.
L'Académie, surprise et ravie, admit aussitôt le Docteur au nombre des académiciens du silence.
L'emblème du pétale de rose est: je m'importune jamais."

Légende rapportée par C. Salvy.

À l'exemple de la rose, forts d'une capacité d'aimer toujours plus grande, nous découvrons alors que rien ne peut affecter notre bonheur, ni les inévitables souffrances de la vie, ni les circonstances pénibles auxquelles nous ne pouvons rien. Habités de ce sentiment d'Amour, nous célébrons la Pure Joie d'exister et faisons l'expérience de la Paix Profonde.

Claire Payment, "Pour la plupart de nous la nature demeure invisible", extrait.

Saturday, June 18, 2016

Ma tondeuse, encore...



Cette semaine, je me suis fait décrire le fonctionnement et la raison d'être de ma tondeuse, et qu'avec mon terrain de presque 18,000 pieds carrés, ce n'est pas la tondeuse qu'il me faut.

Çà fait juste 37 ans que j'entretiens mon terrain toute seule, et 10 ans que je coupe mon gazon avec cette tondeuse que j'adore, entre parenthèses, car elle n'a ni besoin d'essence, ni d'huile, ni de bougies d'allumage, ni de piles, ni de fil, ni d'efforts pour la démarrer.

Qu'est-ce qu'on ferait, nous les femmes, sans ces hommes qui aiment nous donner des conseils qu'on n'a pas demandés!

~~~~~~~~~~~~~~~

Again, this week, a man described to me how my lawnmower worked, and told me that this was not the kind I needed for my nearly 18,000 square feet property.

I've only been taking care of my garden all by myself for the past 37 years, and have been perfectly happy mowing my lawn with this machine for the past 10 years! No gas needed, no oil needed, no sparkplugs needed, no batteries required, no cords, no huffing and puffing to start it up. I'm perfectly happy with it!

I don't know what we women would do if we did not have these men to give us advice we never asked for in the first place!

Friday, June 17, 2016

À recommencer?


Photo: Réal Boulanger Design

Tu as posé la question: être capable de revivre une partie de ta vie, laquelle choisirais-tu?

Je n'ai pas pu te répondre immédiatement. Et j'y ai réfléchi beaucoup. Et plus j'y pense, plus je crois que la période que je choisirais, c'est la dernière année que je viens de passer dans ma maison rénovée (enfin!), avec mes deux chats qu'on avait abandonnés sur mon terrain il y a trois ans déjà.

Ce fut un temps de ressourcement, de redécouverte de qui j'étais, enfin dans une maison que j'ai toujours aimée même si elle avait tellement été négligée, mais qui maintenant brillait comme un sou neuf! Mon jardin aussi a pris de la maturité: ses arbres commencent à montrer leur meilleur, les vivaces sont bien enracinés dans la terre, et mon potager, hé bien lui, a dû être déplacé, mais sa grandeur plus raisonnable pour une femme de mon âge me convient tout à fait!

Depuis un an, j'ai appris à me servir d'outils que j'avais besoin pour fonctionner, j'ai lentement mais sûrement jeté des tonnes de choses qui n'ont jamais servies, qui ramassaient de la poussière et qui prenaient de la place. J'ai mis de l'ordre dans ma tête et dans ma maison, et c'est donc le fun d'enfin voir clair dans son affaire!

Thursday, June 16, 2016

À qui le p'tit coeur après neuf heures?


Je regrette qu'il ait vandalisé ma gravure. Je regrette qu'il t'ait causé de la peine en voyant tes initiales barrées d'un X.

J'imagine le choc que t'as eu en voyant cela. Et j'imagine les conclusions qui te sont venues en tête. Et çà me fait de la peine à moi aussi.

Dis-toi bien que ce que nous avons vécu, personne ne peut l'effacer de nos mémoires.

Une goutte d'eau peut descendre le courant de la rivière et se rendre jusqu'à la mer, mais bien qu'elle ne puisse pas remonter le courant et revoir les paysages rencontrés sur son chemin, son parcours reste néanmoins bien réel et indélébile.

Wednesday, June 15, 2016

L'EPA interdit le traitement des eaux usées du fracking dans les stations d'épuration publiques


Photo: Keith Srakocic AP

Ma traduction libre d'un reportage trouvé en ligne:

Le U.S. Environmental Protection Agency (EPA) a interdit le traitement des eaux usées de fracturations hydrauliques dans les stations d'épuration d'eaux usées publiques, formalisant ainsi une pratique volontaire qui excluait les déchets du fracking des stations en Pennsylvanie depuis 2011.

Lundi (13 juin 2016), l'EPA a finalisé un règlement qui empêche les opérateurs de se débarrasser des déchets venant des opérations pétrolières et gazières non conventionnelles en les acheminant vers des stations d'épuration publiques.

La règle est conçue pour empêcher l'introduction dans les systèmes d'eaux publiques de contaminants comme des métaux lourds, des additifs chimiques et des concentrations élevées de sels qui viennent avec le fracking, et duquel les stations d'épuration de l'eau publiques ne sont pas habituellement équipées pour les traiter.

La plupart des compagnies énergétiques ont arrêté d'envoyer les eaux usées du fracking vers des stations d'épuration publiques en 2011 quand l'administration de l'ancien gouverneur de la Pennsylvanie Tom Corbett a demandé à l'industrie de mettre fin à la pratique.

Myron Arnowitt, le directeur de la Pennsylvanie du groupe environnemental Clean Water Action, dit que la conformité à la demande de l'administration Corbett n'était pas 100% mais que la plupart des compagnies énergétiques ont depuis trouvé d'autres moyens pour se débarrasser ou pour traiter les eaux, dont les stations d'épuration industrielles, les puits d'injections souterrains et le recyclage.

"Cela n'affectera pas des tonnes de sources tout de suite," dit Arnowitt.

Mais l'existence de cette nouvelle règle va décourager tout effort renouvelé de disposer des déchets dans des stations d'épuration publiques si et quand la production de gaz reprend de plus belle après cette accalmie, ce qui mettrait plus de pression aux installations de stockage dans les régions de formations de schiste comme le Marcellus et l'Utica, selon Arnowitt.

"C'est important que l'EPA mette cette protection en place avant que de très probables futurs booms gaziers reviennent en Pennsylvanie," dit Armowitt. "Nous avons seulement foré environ 10% à 15% du Marcellus, et çà, c'est sans compter l'Utica."

En 2008 et 2009, les villes et les municipalités le long de la rivière Monongahela dans la partie ouest de la Pennsylvanie ont été avisées d'utiliser de l'eau potable en bouteille après que des déchets de fracking minimalement traités ont été déversés dans la rivière par des stations d'épuration municipales durant les premiers jours du boom gazier de la Pennsylvanie.

"Nous sommes heureux de constater que l'EPA a établi des règles précises pour arrêter cette pratique," dit Arnowitt. "Les résidents de la Pennsylvanie ont appris à leurs dépens que quand l'industrie pétrolière et gazière a la permission d'utiliser des stations d'épuration comme leurs dépotoirs, notre eau devient imbuvable."

L'institut American Petroleum Institue critique la nouvelle règle, disant qu'elle n'offre aucun avantage puisque les producteurs ne cherchent pas en ce moment à se débarrasser de leurs déchets dans des stations d'épuration publiques. Mais Sabrina Fang, porte-parole de l'API, dit que cela élimine une solution potentiellement sécuritaire pour la gestion future des déchets.

"...Cette règle constitue l'élimination permanente d'une option qui a le potentiel, avec une technologie améliorée, de devenir un outil valable pour le recyclage de l'eau traitée et retourner cette importante ressource dans le cycle hydrologique," écrit Fang dans un courriel.

"Pour une industry dynamique, poussée vers les innovations, comme l'industrie énergétique, nous ne devrions pas fermer la porte aux améliorations technologiques qui ont le potentiel de fournir des rendements environnementaux et économiques dans les années à venir," dit Fang.

L'EPA dit que les eaux usées du fracking contiennent des contaminants comme des solides totaux dissous, des produits chimiques organiques et inorganiques, et des matériaux radioactifs naturels technologiquement enrichis (TENORM - technologically enhanced naturally occurring radioactive material), dont tous peuvent être dangereux pour la santé humaine.

"Ces eaux usées potentiellement nocifs créent un besoin d'infrastructures et de pratiques de gestion d'eaux usées appropriés," dit l'agence dans un communiqué sur son site Web.

Parce que les stations d'épuration ne sont pas habituellement équipées pour gérer les déchets du fracking, ils peuvent finir par être déversés non traités par les stations dans les cours d'eau; ils peuvent nuire aux traitements biologiques des déchets réguliers des stations; ils peuvent s'accumuler dans les boues municipales, et peuvent faciliter la formation de sous-produits nuisibles, selon l'agence.

L'agence affirme qu'en ce moment, les opérateurs ne se débarrassent pas des déchets aux stations d'épuration mais la règle a été publiée parce qu'il y a un risque qu'ils le fassent plus tard.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

EPA bans disposal of fracking waste water at public treatment plants

By Jon Hurdle

The U.S. Environmental Protection Agency has banned the disposal of hydraulic fracturing waste water at public sewage plants, formalizing a voluntary practice that removed most fracking waste from Pennsylvania plants starting in 2011.

The EPA on Monday (June 13 2016) finalized a rule that prevents operators from disposing of waste from unconventional oil & gas operations at publicly owned treatment works [POTW's].

The rule is designed to prevent the entry into public water systems of contaminants such as heavy metals, chemical additives and high concentrations of salt that are associated with fracking, and which public water systems are typically not equipped to treat.

Most energy companies stopped sending fracking waste water to public treatment plants starting in 2011 when the administration of former Pennsylvania Gov. Tom Corbett called on the industry to end the practice.

Myron Arnowitt, Pennsylvania Director for the environmental group Clean Water Action, said compliance with the Corbett administration’s request was “not 100 percent” but that most energy companies have since then found other ways of disposing of or treating the water, including industrial treatment plants, underground injection wells, and recycling.

“It’s not going to affect tons of sources right this second,” Arnowitt said.

But the existence of the new rule will deter any renewed effort to dispose of waste at public treatment plants if and when gas production recovers from its current slump, putting more pressure on disposal facilities in the region of the Marcellus and Utica Shales, Arnowitt said.

“It’s important that EPA put this protection in place prior to what are extremely likely future gas rushes in Pennsylvania,” Armowitt said. “We still have only drilled about 10-15 percent of what is expected for the Marcellus and that is not even considering the Utica.”

In 2008 and 2009, towns and cities along the Monongahela River in western Pennsylvania were advised to use bottled drinking water after minimally treated fracking waste was pumped into the river by municipal sewage plants during the early days of Pennsylvania’s natural gas boom.

“We are pleased to see EPA set clear rules to stop this practice,” Arnowitt said. “Pennsylvania residents have learned the hard way that when the oil and gas industry is allowed to use sewage plants as their dumping sites our water becomes undrinkable.”

The American Petroleum Institute criticized the new rule, saying it would provide no real benefit given that producers are not currently looking to dispose of their waste in public water treatment facilities. But API spokeswoman Sabrina Fang said that it cuts off a potentially safe source for future waste disposal.

“… This rule constitutes the permanent removal of an option that has the potential, with improved technology, to become a valuable tool for recycling treated water and returning this important resource to the hydrologic cycle,” wrote Fang in an email.

“In a dynamic, innovation-driven industry like energy, we should not shut the door on technological improvements that have the potential to pay environmental and economic dividends for years to come,” said Fang.

The EPA said that fracking waste water contains contaminants such as total dissolved solids, organic and inorganic chemicals, and technologically enhanced naturally occurring radioactive material (TENORM), all of which can be harmful to human health.

“This potentially harmful wastewater creates a need for appropriate wastewater management infrastructure and practices,” the agency said in a statement on its web site.

Because treatment plants are not typically equipped to handle fracking waste, it can end up being discharged untreated from plants into waterways; can inhibit the plant’s biological treatment of regular waste; can accumulate in sewage sludge, and can facilitate the formation of harmful by-products, the agency said.

It said that operators don’t currently dispose of the waste at treatment plants but the rule has been published because there is a risk they will do so in future.

Link: https://stateimpact.npr.org/pennsylvania/2016/06/14/epa-bans-disposal-of-fracking-waste-water-at-public-treatment-plants/

Tuesday, June 14, 2016

Une université écossaise n'aime pas entendre les critiques du fracking



L'université de Glasgow blâmée de faire taire un détracteur du fracking

Ma traduction libre d'un article trouvé en ligne.

L'université de Glasgow a été accusée de tenter de faire taire une opinion dissidente sur le fracking après avoir soutiré l'accès à l'Internet de l'un des ses éminents professeurs.

David Smythe, un professeur émérite en géo-physique et important critique de l'industrie du fracking, s'est vu enlevé son adresse courriel de l'université et son accès aux journaux scientifiques terminé.

Ces mesures ont été prises sans pré-avis par les autorités de l'université en janvier quelques jours après que Smythe ait mis en ligne un papier de discussions qui critique la sécurité de la fracturation hydraulique et la règlementation en Grande-Bretagne. Depuis ce temps-là, il tente de persuader l'université de lui redonner son accès, mais sans succès jusqu'à date.

Smythe a présenté une série d'objections aux projets de fracturations hydrauliques en Angleterre, et a comparu comme témoin expert pour des groupes communautaires qui s'opposent aux projets d'exploitation du gaz de houille près de Falkirk en 2014. Il s'est bagarré publiquement avec un professeur en ingénierie énergétique de l'université de Glasgow, Paul Younger, qui s'est exprimé en faveur du fracking.

Smythe, qui était la Chaire de géo-physique du département de géologie de l'université de Glasgow pendant dix ans, est devenu professeur émérite et chercheur sénior associé honorifique à sa retraite en 1998. Jusqu'en janvier de cette année, il pouvait utiliser une adresse courriel de l'université et accéder à des articles scientifiques grâce à un laisser-passer de l'université.

La décision soudaine de l'université de mettre fin à son accès pourrait contrevenir à son contrat de retraite, selon lui. En ce moment, il consulte un conseiller légal à ce sujet.

Selon Smythe, le problème fondamental est la liberté d'expression. "Certaines personnes à l'université n'aiment pas mes opinions sur le fracking, et ils veulent me faire taire," dit-il au The Ferret.

"Je suis surpris et attristé de voir mon alma mater et ancien employeur s'abaisser à de telles tactiques ignobles."

Il se demande si Younger, membre du tribunal de direction, a exercé de son influence. Younger le nie.

Les scientifiques devraient être capable de s'affronter en public, selon Smythe. "Mais maintenant je ne peux plus défendre mon point de vue puisque l'institution qui me fournit l'accès essentiel aux données académiques ont décidé unilatéralement de m'enlever leur accès," dit-il.

"L'université semble adopter comme leur point de vue corporatif les opinions sur le fracking promues par le professeur Younger."

Smythe projette de publier sa correspondance avec l'université de Glasgow, et les échanges par courriel entre l'université, le conseil de comté Lancashire County Council et la compagnie de fracking Cuadrilla, rendus disponibles selon la loi sur l'accès à l'information. Il dit que les documents, qui font presque 100 pages et sont disponibles sous le reportage ci-bas et seront sur son site Web, appuient ses allégations.

Younger, un ancien conseiller en fracking pour le gouvernement écossais, a souvent été cité lors de projets pétroliers et gaziers terrestres. Le mois passé, il a attaqué la Premier Ministre Nicola Sturgeon, pour avoir soi-disant "fuit la raison" en prenant une position plus ferme contre le fracking.

Il a été rapporté dans The Herald disant qu'il était sidéré que tous les grands partis politiques de l'Écosse excepté un "salissait" une industrie qui pourrait ré-engager les travailleurs de la Mer du Nord "dans un environnement beaucoup plus sécuritaire."

En 2014, Smythe s'est fait dire par l'université de préciser que ses opinions sur le fracking lui appartenaient propres et ne représentaient pas les chercheurs actuels de l'université. Il a aussi été attaqué par Younger pour avoir présument mal interprété ses titres académiques comme géologue certifié.

Younger a insisté, toutefois, qu'il n'avait rien à voir avec la récente décision d'enlever l'accès de Smythe à l'Internet. "Je ne contrôle pas de telles décisions," a-t-il dit.

"Ses allégations sont de spéculation sans preuves, ce qui est tristement une spécialité du professeur Smythe. J'ai été élu au tribunal de l'université par mes pairs, et j'ai des devoirs spécifiques à remplir selon se poste."

Le nom de Smythe n'a jamais été mentionné durant ses tâches au tribunal, dit Younger. "J'ai des choses bien plus importantes à faire que d'agir comme se l'imagine le professeur Smythe."

Toutefois, Smythe a été appuyé par le Docteur Damien Short, un expert en fracking et en droits humains de l'université de Londres. "Le lobby pour le fracking aimerait bien voir le Professeur Smythe réduit au silence," dit-il.

"Dans l'intérêt de discussions académiques ouvertes, honnêtes et basées sur les preuves, j'espère que l'université de Glasgow va s'assurer que cela ne se réalise pas et rendre au professeur Smythe ses privilèges immédiatement."

Il a aussi été appuyé par le satiriste politique écossais Alistair Beaton, auteur de "Fracked! or 'Please Don't Use The F-Word", une nouvelle pièce de théâtre qui débutera au Chichester Festival à Sussex. La pièce est sur les politiques universitaires sur le fracking.

Mary Church, à la tête des campagnes de Friends of the Earth Scotland, dit: "C'est remarquable de voir que l'université de Glasgow risquerait sa réputation en apparemment étouffer le débat et la liberté d'expression au sujet de l'un des plus importants problèmes de notre temps... C'est vital que les académiciens qui expriment leurs préoccupations sur le fracking, une nouvelle frontière particulièrement dommageable des combustibles fossiles, ne soient pas réduits au silence."

L'université de Glasgow nie étouffer la liberté d'expression. "Le professeur Smythe a tous les droits d'exprimer ses opinions," dit un porte-parole de l'université.

"Son accès aux courriels s'est interrompu plus tôt cette année, comme faisant parti d'une révision routinière des comptes de courriels du School of Geographical and Earth Sciences. Le professeur Smythe est parti de l'université en 1998 et, bien qu'il garde le titre de professeur émérite, il n'a plus d'association pratique continue avec le travail de l'université."

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Glasgow University slated for ‘silencing’ fracking critic


The University of Glasgow has been accused of trying to silence dissent on fracking after withdrawing online access from one of its prominent professors.

The University of Glasgow has been accused of trying to silence dissent on fracking after withdrawing online access from one of its prominent professors.

David Smythe, an emeritus professor of geophysics and a leading critic of the fracking industry, has had his university email address cancelled, and his access to scientific journals cut off.

The action was taken without notice by the university authorities in January a few days after Smythe posted online a discussion paper critical of fracking safety and regulation in the UK. He has since been attempting to persuade the university to reinstate his access, but so far without success.

Smythe has submitted a series of objections to fracking plans in England, and appeared as an expert witness for community groups opposing plans to exploit coalbed methane near Falkirk in 2014. He has had a bitter public row with Glasgow University’s energy engineering professor, Paul Younger, who has voiced support for fracking.

Smythe, who held a chair of geophysics at the University of Glasgow’s geology department for ten years, was made an emeritus professor and honorary senior research fellow when he retired in 1998. Until January this year, he was allowed to use a university email address and to access scientific articles using a university pass.

The university’s abrupt decision to end his access could breach his retirement agreement, he claimed. He is currently taking legal advice on the matter.

According to Smythe, the fundamental issue was freedom of expression. “Some people at the university do not like my views on fracking, and they are seeking to silence me,” he told The Ferret.

“I am surprised and saddened that my alma mater and former employer is now stooping to such base tactics.”

He questioned whether Younger, who is a member of the university’s governing court, had exercised his influence. This is denied by Younger.

Scientists should be allowed to “slug it out” in public, Smythe argued. “But I cannot now fight my corner since the institution providing me with the essential access to the academic database has unilaterally decided to remove that access,” he said.

“The university seems to be adopting as their corporate view the opinions on fracking promoted by Professor Younger.”

Smythe is planning to publish his correspondence with Glasgow University, and email exchanges between the university, Lancashire County Council and the fracking firm Cuadrilla released under freedom of information law. He said that the documents, which amount to nearly 100 pages and are available below and will be on his website, back up his allegations.

Younger, a former fracking advisor to the Scottish Government, has frequently been quoted on the prospects for onshore oil and gas. Last month he attacked the First Minister, Nicola Sturgeon, for taking “flight from reason” by hardening her stance against fracking.

He was reported in The Herald saying that he was “flabbergasted” that all but one of Scotland’s main political parties were “trashing” an industry that would re-employ North Sea workers “in a far safer environment”.

In 2014 Smythe was told by the university to make clear that his views on fracking were his own and did not represent the university’s current researchers. He was also attacked by Younger for allegedly misrepresenting his credentials as a chartered geologist.

Younger insisted, however, that he had nothing to do with the latest decision to cut off Smythe’s online access. “I have no control over such matters,” he said.

“His allegations are baseless speculation – which sadly is something Professor Smythe specialises in. I was elected to the university court by my peers, and have very specific duties in that capacity.”

Smythe’s name had never come up in his court duties, Younger said. “I have far more important things to do with my time than indulge in the sort of behaviour Professor Smythe fantasises about.”

Smythe was backed, however, by Dr Damien Short, a fracking and human rights expert from the University of London. “The pro-fracking lobby would dearly love to see Professor Smythe silenced,” he said.

“In the interests of open, honest, evidence based academic discussion, I hope the University of Glasgow will ensure that this does not happen and reinstate Professor Smythe’s research privileges immediately.”

He was also supported by the Scottish political satirist, Alistair Beaton, author of ‘Fracked! or ‘Please Don’t Use The F-Word’, a new play to be premiered at the Chichester Festival in Sussex. The play deals with university politics on fracking.

Mary Church, head of campaigns for Friends of the Earth Scotland, said: “It’s remarkable that Glasgow University would risk its reputation by apparently stifling debate and freedom of expression around one of the most important issues of our time…It’s vital that academics who voice concerns about fracking, a new and particularly damaging frontier of fossil fuels, are not silenced.”

The University of Glasgow denied that it was stifling freedom of expression. “Professor Smythe has every right to express his views,” said a university spokesman.

“His email access was terminated earlier this year, as part of a routine review of email accounts in the School of Geographical and Earth Sciences. Professor Smythe left the University in 1998 and, while he retains the title of emeritus professor, he has no continuing practical association with the work of the university.”

Link: https://theferret.scot/glasgow-university-silencing-fracking-critic/

Monday, June 13, 2016

Une autre façon de voir les choses



Parce que je passais un coup de tondeuse et donnait un coup de ciseaux, un passant me dit en souriant: "Un peu de ménage?"

Je ne considère pas la faune et la flore "sale", "malpropre" ou "en désordre". Je tente seulement de garder la jungle dans un "ordre" acceptable selon les règlements municipaux afin d'éviter de recevoir d'autres avis d'infraction.

Je trouve que Mère Nature fait tellement mieux les choses que nous, les humains! Et nous avons tant de leçons à apprendre d'elle, si seulement on la considérait comme un écosystème dont nous dépendons pour notre survie plutôt que selon les dogmes dictés par les semenciers, les fabricants de produits chimiques et de petits moteurs à essence.

Sunday, June 12, 2016

Des ranchers de l'Alberta victimes de la radioactivité du fracking?


Les Hawkwood sur leur propriété photo courtoisie Hans Asfeldt

Des ranchers radioactifs? Des éléments trouvés sous le vent de frackings intensifs

Ma traduction libre d'un reportage d'Andrew Nikiforuk publié en ligne:

Nielle et Howard Hawkwood maintenant veulent un moratoire sur l'industrie de l'Alberta.

Au début, Nielle et Howard Hawkwood, qui sont des ranchers aux pieds des Rocheuses depuis 40 ans, ne pouvaient pas croire leurs yeux en constatant l'industrialisation effrontée qui venait avec les forages horizontaux et le fracking sur les puits pétroliers non conventionnels autour de Cochrane, en Alberta.

Cela a commencé en 2009 quand le soit-disant boom pétrolier du Cardium s'est soudainement mis à se disperser dans le paysage avec des sites de puits, des séparateurs de pétrole, et des nouvelles voies d'accès.

Les compagnies foraient des puits latéraux, qui tournent à 90 degrés et voyagent sur des kilomètres sous terre, s'étendant sous les granges et les maisons des gens. (Le pétrole non conventionnel coûte plus cher à extraire et produit des plus petites quantités de pétrole.)

Pendant que l'industrie fracturait ces puits profonds qui s'étendent sur de longues distances avec des millions de gallons d'eau, de produits chimiques toxiques, les Hawkwood et plusieurs de leurs voisins ont commencé à se plaindre d'émissions nocives et des tremblements de terre.

Au début, certaines autorités chez le AER (Alberta Energy Regulator - un peu comme la Régie de l'Énergie au Québec) ont réagi aux plaintes générales de la région en disant que le fracking était un procédé qui avait fait ses preuves et était sécuritaire et qu'il ne pouvait pas causer des séismes: des affirmations qui se sont avérées fausses par plusieurs études scientifiques.

Prenez cette année uniquement, par exemple: des scientifiques ont rapporté que des séismes dans l'ouest canadien causés par l'industrie pétrolière et gazière "sont hautement en corrélation dans le temps et dans l'espace avec la fracturation hydraulique."

Entre-temps, les oiseaux chanteurs sont disparus de la région de Lochend, au nord de Cochrane, où vivent les Hawkwood, tandis que la composition chimique de l'eau souterraine locale a commencé à montrer des signes de changement dans leur teneur de sodium, de chlorure, de baryum, de strontium et d'uranium.

À leur propre ranch, les Hawkwood ont observé que le niveau de l'eau dans leur puits montait pendant les opérations de fracturations à haute pression pour revenir à son niveau normal une fois le fracking ait cessé.

Ensuite vint des rapports venant de presque une douzaine de résidents avoisinants mentionnant la perte de cheveux, des problèmes respiratoires, des irritations cutanées et des cancers rares. Plusieurs familles ont ensuite déménagé pour fuir la région.

"Quand j'ai vraiment commencé à perdre beaucoup de cheveux, j'ai fait des recherches sur la perte de cheveux et le fracking et j'ai réalisé que c'était un symptôme fréquent," se rappelle Nielle.

Les voisins des opérations de fracturations hydrauliques sont plus susceptibles de rapporter des problèmes de santé. Une étude faite en Pennsylvanie a trouvé que les gens avec des puits d'eau potable qui vivaient près des sites de fracking avaient deux fois plus de chance de rapporter des problèmes cutanés et respiratoires. L'étude n'a pas fait de lien de causalité.

Après avoir perdu un nombre sans précédent de têtes de bétail en 2013, les Hawkwood ont fait faire des tests de leur sol où le bétail avait uriné et ont trouvé des niveaux élevés de matériaux radioactifs. Pas même des graines ne voulaient germer dans cette terre là. Cette découverte a convaincu le couple de se faire tester eux-mêmes pour des éléments radioactifs et s'acheter un compteur Geiger.

Le test spécial, analysé au London Health Sciences Centre en Ontario, a montré que les ranchers avait des niveaux "élevés" d'uranium et de strontium au-dessus de la "plage de référence" du laboratoire dans leur urine, probablement à cause de leur exposition au sol, à l'eau et à l'air.

"J'étais bouleversée," dit Nielle, une orthophoniste de 67 ans à la retraite. "C'était vraiment troublant."

Les médecins lui ont dit de ne pas s'en faire et ont ajouté, d'ailleurs, "Vous avez une fonction rénale diminuée à cause de votre âge." Elle ajoute, "Mais cela ne me semble pas vrai du tout." Nielle croit que c'est relié à son exposition à l'uranium et au strontium.

Bien que les analyses des données du laboratoire par Alberta Health Services affirment "qu'il n'y a aucun lien d'aucune façon entre l'uranium dans le sol et les fracturations hydrauliques récentes," les Hawkwoods et une littérature scientifique de plus en plus abondante sur la concentration des éléments radioactifs dans le développement du schiste et du pétrole non conventionnel contredisent ces affirmations.

Déchets radioactifs

Il y a un accord presque universel parmi les géologues que la géo-chimie de tous les bassins de schiste ou de pétrole non conventionnel est unique et contient plusieurs métaux traces, ainsi que ce que l'industrie pétrolière appelle "du matériel radioactif naturel techniquement enrichi," ou TENORM (technically enhanced naturally occurring radioactive material), à cause de la profondeur de ces formations géologiques dans la terre. Certaines formations contiennent plus de matériaux radioactifs que d'autres.

De plus, c'est bien reconnu que le procédé d'extraction peut concentrer le TENORM dans les déchets de forages et aussi amener à la surface des éléments radioactifs dans les eaux de reflux, les eaux très salées qui ressortent d'un puits avant la production d'hydrocarbures.

Selon JP Nicol, un chercheur scientifique aux É.-U., le strontium et le radium sont solubles. C'est également possible que plusieurs éléments de TENORM peuvent être mobilisés par les déchets de forages, se déplacer dans l'eau, et pénétrer dans les puits d'eau potable.

Nicol, qui travaille au Economic Bureau of Geology de l'université du Texas à Austin, dit que les niveaux de strontium et d'uranium pourraient être élevés dans les eaux locales avant le fracking, mais personne ne l'aurait remarqué parce qu'il n'y aurait pas eu d'analyses.

Mais l'analyse du Alberta Health Services sur les données d'uranium datées du 25 juin 2015 avait remarqué que plusieurs autres personnes habitant près des sites de fracking ont connu "des symptômes similaires à ceux de Mme Hawkwook et son mari... Bien qu'ils semblent tous non spécifiques, plusieurs d'entre eux avaient des problèmes avec de la perte de cheveux, des saignements de nez, des changements de poids, des malaises et des symptômes respiratoires."

Un courriel du Alberta Energy Regulator, Alberta Health Services et Alberta Health notait que le régulateur énergétique "n'a pas de données analytiques pour les matériaux radioactifs naturels (NORM - Naturally Occuring Radioactive Materials) contenus dans les eaux de reflux et les gaz de chacun des puits fracturés hydrauliquement dans la formation géologique Cardium" mais se doutait que "c'est peu probable qu'il y ait une quantité substantielle" de matériaux radioactifs présents.

Et il n'a pas d'information sur le contenu des gaz brûlés par torchère des sites de fracking.

Il ajouta que la recherche du régulateur se poursuit toujours.

Les dangers du fracking

Depuis quelques années, des études ont soulignés les dangers du développement non conventionnel du schiste pour le pétrole ou le gaz pour les gens qui vivent près des sites de puits fracturés.

Une étude de 2015 de Dartmouth College a trouvé que les réactions chimiques entre l'eau fraîche injectée et le schiste fracturé hydrauliquement lui-même pouvait laisser échapper de grandes quantités de métaux toxiques comme le baryum et potentiellement le radium également.

Une étude de 2016 publiée dans le journal scientifique Toxicology and Applied Pharmacology a trouvé des niveaux élevés de baryum et de strontium dans le reflux ou les eaux usées des puits nouvellement fracturés. Ces mêmes eaux usées on transformés des cellules en malignes et causés des tumeurs chez des souris.

Une étude faite en Virginie Occidentale a trouvé qu'un puits d'injection où on avait pompé dans le sol des eaux usées salées venant des opérations de fracking avaient fui et contaminé un cours d'eau avoisinant avec des éléments radioactifs et d'autres produits chimiques.

Une autre étude faite au Texas a trouvé que des activités de gaz de schiste peuvent contaminer des puits d'eau potable avoisinants avec une panoplie de métaux lourds et de produits chimiques toxiques allant de l'arsenic au strontium. De plus, l'étude constata que ces contaminants vont fluctuer avec le temps.

Une analyse de 2015 sur la gestion des eaux usées, dont les déchets radioactifs d'opérations de forages non conventionnels dans quatre juridictions nord-américaine (dont l'Alberta), a trouvé d'importantes lacunes et incohérences.

Et l'industrie et le gouvernement en savent très peu sur "le sort réservé aux eaux usées, la source de l'eau utilisée, l'injection de l'eau et la production, et les analyses des produits chimiques," lit-on dans le rapport.

Il dit aussi que c'est pas clair "quelle partie des eaux usées d'un puits est ré-utilisé, recyclé, traité, déversé à la surface ou injecté dans des puits profonds. Ce manque d'information empêche toute analyse directe des pratiques de la gestion des eaux usées des opérations de fracturations hydrauliques en se basant sur l'information disponible dans les bases de données."

Plus de 10,000 puits horizontaux ont été forés et fracturés en Alberta depuis la dernière décennie.

Le rapport du régulateur nie des problèmes sérieux

Les Hawkwood soupçonnent maintenant que leur exposition à l'uranium vient des éléments radioactifs qui s'étaient soit dissous dans l'eau souterraine ou venaient des déblais de forages qui n'ont jamais été testés et qui ont été transportés par camion des sites de puits fracturés intensément puis épandus sur des terres agricoles dans la région de Lochend comme "fertilisants".

L'an passé, l'agence provinciale Alberta Energy Regulator, qui est financée à 100% par l'industrie et qui n'a pas le mandat de protéger la santé publique, a publié un rapport ayant le titre "Recurring Human Health Complaints Technical Information Synthesis: Lochend Area" (synthèse d'information technique sur les plaintes récurrentes de problèmes de santé humaine), sans en aviser les résidents locaux.

Le rapport, qui vient avec une exclusion de responsabilité disant qu'il ne serait pas approprié "que toute autre personne s'en serve" autre que les résidents de Lochend, niait qu'il y avait de sérieux problèmes avec la fracturation hydraulique.

Le document mentionne que les plaintes des résidents de la région de Lochend "étaient de nature générale, contenant des préoccupations sur le fracking dans la province." Il ne mentionne pas les TENORM et ne contient pas d'information venant d'autres études faites en Alberta sur les dangers de brûler les gaz par torchères.

Selon Nielle Hawkwood, le rapport de l'AER était "conçu pour laisser comprendre que nos plaintes n'étaient pas légitimes." Elle qualifie le document comme étant irrespectueux et malhonnête.

Une réponse du gouvernement en réplique aux questions du Tyee à propos du document dit: "Le rapport produit par l'AER n'est pas un rapport sur la santé. Il n'évalue pas les indicateurs de santé humaine."

Le rapport avoue "qu'il y a un besoin d'obtenir davantage d'information sur les émissions aériennes venant des torchères dans les premiers stages d'un nouveau développement, surtout pendant le reflux après une fracturation." Cette étude n'est toujours pas faite à cause de l'arrêt de la plupart du fracking dans la région suite à la chute des prix du pétrole.

Mais selon une réponse du gouvernement à des questions du The Tyee, "l'étude en cours sur les émissions de reflux par le régulateur se concentrera sur la caractérisation de la composition chimique des émissions gazeuses des puits fracturés hydrauliquement dans la formation du Cardium et inclurons des analyses des NORM (Naturally Occurring Radioactive Material).

"Totalement insatisfaits"

Ce que les Hawkwood ont trouvé au sujet de l'uranium va sûrement être le sujet de conversation à la convention annuelle du nouveau parti démocratique de l'Alberta en fin de semaine à Calgary où Nielle pense introduire une résolution pour interdire le fracking dans la province "en attente d'une étude scientifique indépendante qui déterminera les effets de toutes les opérations sur la santé humaine et animale, et sur l'environnement, incluant une enquête approfondie sur les effets sur l'air, le sol et l'eau."

Vu la dépendance de la province des revenus pétroliers et les politiques orageuses, elle n'a pas d'idée comment sa résolution sera reçue. Et il y a une chance qu'elle ne sera pas entendue du tout: vendredi, les autorités du NDP ont reculé la résolution, qui est appuyée par le caucus rural du parti, en dernière position sur la liste: #66.

Mais Nielle s'entête pour dire que la province devrait agir maintenant pendant que les prix du pétrole sont à la baisse et avant qu'il y ait un autre boom.

Maintenant que le fracking dans le voisinage de Nielle a cessé, le débit de l'eau souterraine et sa composition chimique se sont normalisés, les oiseaux sont revenus, et ses cheveux ont repoussé, dit-elle.

Jusqu'à date, quelques comtés, dix états des É.-U., et quelques provinces, dont la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et Terre-Neuve ont interdit le fracking à cause de préoccupations pour la santé et la contamination de l'eau.

"Tellement de membres de ma famille et de mes voisins ont soufferts à cause du fracking," dit Nielle. "Tous ceux qui vivent dans la ruralité de l'Alberta savent comment c'est dangereux et quels dommages cela a causé aux gens, au bétail, et à l'eau. Si nous ne faisons rien, nous allons perdre notre eau souterraine."

Le mari de Nielle, Howard, un gros bonhomme qui ne demande pas plus que de prendre soin de son cheptel, dit que toute l'expérience l'a découragé: "Je ne crois plus dans le gouvernement. Je suis totalement insatisfait."

Les Hawkwood ne sont pas les seuls insatisfaits dans la belle région au nord de Cochrane au pieds des Rocheuses.

Gary Tresidder, un dentiste à la retraite, dit qu'il est presque mort après avoir été envahi par les gaz bruts toxiques pleins de contaminants venant de neuf puits sur une période de 18 mois entre 2012 et 2014.

"J'étais si malade, je pouvais à peine monter les marches ou me rappeler de mon nom. C'était comme vivre dans un haut fourneau... Nous vivions en pure terreur pendant presque deux ans, c'est certain." Sa fille est tombée gravement malade, ainsi que deux chevaux, dit-il.

Tresidder dit qu'il connaît au moins deux douzaines de personnes qui ont souffert de problèmes de santé qu'ils blâment aux opérations de fracking tout près. Leurs symptômes varient de la perte de cheveux à des brûlures au troisième degré.

Tresidder a écrit des centaines de lettres à des politiciens, aux régulateurs, et aux autorités de santé publique, en vain, dit-il.

Il décrit le rapport du AER comme "de la poudre aux yeux pour tromper les gens...il n'y avait aucune référence médicale. C'était gênant à lire."

Après avoir occupé un poste pendant trois années dans le groupe de travail appelé Cochrane (Lochend) Air Quality Technical Working Group présidé par Alberta Health Services, Tresidder dit qu'il a donné sa démission l'an passé quand le groupe n'a rien fait.

"J'étais si désappointé. 'Pourquoi ignorez vous toutes les études médicales sur le fracking' je leur ai demandé. Ils m'ont dit, 'Nous allons les regarder,' mais ils ne l'ont jamais fait."

L'Alberta Health Service dit qu'il a fourni des données aux résidents locaux ainsi que de l'information pour savoir comment avoir accès à des services.

Selon Heather Kipling, une consultante sénior en communications avec AHS, les plaintes locales étaient cohérentes avec les effets sur la santé associés avec des contaminants de pollution de l'air," mais que les études "faites jusqu'à date sont peu concluantes pour pouvoir attribuer les maladies au développement pétrolier et gazier."

Le AHS a ajouté qu'il pourrait y avoir un "rôle potentiel futur pour que les évaluations d'impacts sur la santé fassent parti du processus de permis pour du développement industriel important afin de mieux identifier avec précision et évaluer le potentiel de risques pour la santé."

Dan Thomas, un ingénieur en pétrole et en gaz à la retraite qui vit également dans la région de Lochend, décrit le boom de fracking qui a envahi la communauté comme étant chaotique.

Il avait demandé au régulateur de faire une évaluation de risque du forage horizontal intensif mais dit que le régulateur "ne pouvait même pas reconnaître ou comprendre le problème."

"L'absence du principe de précaution est affreux," dit-il. Lui aussi appuie la demande des Hawkwood pour un moratoire.

"Arrêtons tout çà jusqu'à ce qu'un processus approprié soit en place avec une vraie évaluation des risques. Le fracking est plein de problèmes de toutes sortes et nous devons évaluer les risques correctement."

Prevent Cancer Now, un ONG civil canadien qui comprend des scientifiques et des professionnels de la santé, on remarqué récemment que "le AER n'a pas de juridiction pour la santé humaine, et l'Alberta est reconnue pour son froid envers la communauté médicale qui fait des liens entre la santé et les pétrochimiques."


LES EFFETS DU FRACKING SUR LA SANTÉ

Les études sont nombreuses et alarmantes.

En 2014, une étude du fédéral des É.-U. rapportait que la pollution venant de l'extraction du gaz naturel dans des régions rurales peut augmenter le taux de malformations congénitales du coeur chez les bébés nés de mères habitant près des sites de puits.

En 2015, une autre importante étude aux É.-U. a trouvé que le fracking des formations géologiques non conventionnelles peut libérer et accélérer les fuites de radon, un gaz hautement cancérigène, dans les résidences des gens.

Ces études font parti d'un nombre croissant de littérature scientifique révisée par les pairs qui démontre que l'industrie a définitivement un impact sur la santé des populations rurales.

En 2009, le nombre d'études révisées par les pairs sur les impacts du gaz de schiste ou le développement du pétrole non conventionnel (tous utilisent la technologie du fracking) ne comptait que six études.

Mais à cause de la controverse incessante, la recherche sur les impacts des forages non conventionnels a augmenté jusqu'à près de 700 études.

Cette année, les chercheurs du PSE Healthy Energy, un institut scientifique qui appuie les politiques énergétiques basées sur des preuves, a évalué les études et a relevé celles qui se penchaient spécifiquement sur l'air, l'eau et la santé humaine.

Les chercheurs ont trouvé qu'une vaste majorité des études de cette catégorie démontraient des problèmes sérieux pour le public allant de l'exposition humaine jusqu'aux produits chimiques causant des cancers et les contaminations de l'eau.

Des 31 études qui se penchaient sur les impacts sur la santé humaine, 26 d'entre elles, donc 84%, ont trouvé des dangers importants sur la santé publique, ou des risques élevés. Des 58 études sur la qualité de l'eau, 69% d'entre elles ont trouvé de réels contaminations de l'eau ou des problèmes potentiels.

Et des 46 études sur la qualité de l'air, 87% d’entre elles ont trouvé des preuves directes de pollution de l'air élevée dans le sens du vent des sites de fracking, soit à cause des camions, des dispositifs de ventilation ou des torchères.

Les chercheurs sont arrivés à la conclusion que leur évaluation "démontrait que la majorité de la littérature scientifique indiquait qu'il y avait des dangers et des risques élevés pour la santé humaine ainsi que des répercussions possiblement néfastes pour la santé."

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Radioactive Ranchers? Elements Found Downwind of Intensive Fracking

Nielle and Howard Hawkwood now want a moratorium on Alberta industry.


By Andrew Nikiforuk, published in TheTyee.ca

At first, Nielle and Howard Hawkwood, who have ranched in Alberta's foothills for 40 years, couldn't believe the ''in-your-face industrialization'' that accompanied the horizontal drilling and fracking of tight oil wells around Cochrane, Alberta.

It began in 2009 when the so-called Cardium oil boom abruptly dotted the rolling landscape with scores of well pads, oil batteries, and new access roads.

The companies were drilling lateral wells, which turn 90 degrees and travel for kilometres underground, extending under people's barns and homes. (Tight oil costs more to extract and produces lower quantities of oil.)

As industry fracked these deep, far-reaching wells with millions of gallons of water, toxic chemicals, and sand under high pressure and then burned off unwanted raw gas, the Hawkwoods and many of their neighbours began complaining about noxious emissions and earth tremors.

Some officials with the Alberta Energy Regulator (AER) initially responded to general complaints in the region by saying fracking was proven and safe and that it couldn't cause earthquakes -- claims now proven false by a variety of scientific studies.

Just this year, for example, scientists reported that tremors in Western Canada caused by the oil and gas industry ''are highly correlated in time and space with hydraulic fracturing.''

Meanwhile, songbirds disappeared from the Lochend area, north of Cochrane where the Hawkwoods live, while the chemistry of local groundwater started to show changes in the amount of sodium, chloride, barium, strontium, and uranium.

At their own ranch, the Hawkwoods observed that their well water levels rose during highly pressurized fracking operations and then returned to normal once the fracking stopped.

Then came reports from nearly a dozen nearby residents about hair loss, respiratory problems, skin rashes, and rare cancers. Many families later moved from the region.

''When my own hair loss became extreme, I Googled hair loss and fracking and realized it was a frequent symptom,'' recalled Nielle.

Neighbours of fracking operations are more likely to report health issues. One Pennsylvania study found that people with water wells who live near fracking sites were twice as likely to report skin and respiratory problems. The study did not establish causation.

After losing an unprecedented number of cattle in 2013, the Hawkwoods tested soil where the cattle had urinated and found high levels of radioactive materials. Not even seeds would germinate in the soil. That discovery convinced the couple to test themselves for radioactive elements and to purchase a Geiger counter.

The special test, analyzed at the London Health Sciences Centre in Ontario, showed that the ranchers had ''high'' levels of uranium and strontium above the lab's ''reference range'' in their urine, probably due to exposure from soil, water or air.

''I was upset,'' said Nielle, a 67-year-old retired speech pathologist. ''It was really disconcerting.''

The doctors told her not to worry and that, by the way, ''You've got lower kidney function due to aging.'' She added, ''But that didn't seem true to me at all.'' Nielle believes it’s related to the uranium and strontium exposure.

Although an analysis of the lab findings by Alberta Health Services stated ''there is absolutely no way to relate the uranium in soil to any recent fracking,'' the Hawkwoods and a growing body of scientific literature on the concentration of radioactive elements in unconventional shale and oil development contradict those claims.

Radioactive waste

There is almost universal agreement among geologists that the geochemistry for every shale or tight oil basin is unique and contains many trace metals, as well as what the oil industry calls ''technically enhanced naturally occurring radioactive material,'' or TENORM, due to the depth of these formations in the earth. Some formations have more radioactive materials than others.

In addition, it is well known that the extraction process can concentrate TENORM in drilling waste and also bring the radioactive elements to the surface via flowback waters, the highly saline waters that gush from a well prior to hydrocarbon production.

According to U.S. research scientist JP Nicol, strontium and radium are soluble. It is also possible many elements of TENORM can be mobilized from drilling waste, travel in water, and enter water wells.

Nicol, who works at the Economic Bureau of Geology at the University of Texas in Austin, said that levels of strontium and uranium could have been high in local waters before fracking, but nobody noticed because no analyses were done.

But the Alberta Health Services analysis on the uranium findings, dated June 25, 2015, did note that many other people living near fracking sites had experienced ''similar symptoms to Mrs. Hawkwood and her husband... Although they all seem nonspecific, many of them had problems with hair loss, epistaxis (bleeding from the nose), weight changes, malaise, and respiratory symptoms.''

An email from the Alberta Energy Regulator, Alberta Health Services and Alberta Health noted that the energy regulator ''does not have analytical data for the Naturally Occurring Radioactive Materials (NORM) content of flowback waters and gases from each of the hydraulically fractured wells in the Cardium Formation'' but suspected that ''there is unlikely to be substantial'' radioactive materials present.

Nor does it have any information on the contents of flared gas from fracking sites.

It added the regulator's research in this area is ongoing.

Fracking hazards

In recent years many studies have underscored the dangers of unconventional shale development for oil or gas for people living nearby fracked well sites.

A 2015 Dartmouth College study found that chemical reactions between injected freshwater and hydraulically fractured shale itself could release large amounts of the toxic metal barium and potentially radium, too.

One 2016 study published in the journal Toxicology and Applied Pharmacology found elevated levels of barium and strontium in flowback or wastewaters from wells that were recently fracked. This same wastewater malignantly transformed cells and formed tumors in mice.

A study in West Virginia found that an injection well pumping salty wastewater from fracking operations into the ground had leaked and contaminated a local stream with radioactive elements and other chemicals.

Another Texas study found that shale gas activity can contaminate nearby water wells with a variety of heavy metals and toxic chemicals ranging from arsenic to strontium. Moreover, it found these contaminants will fluctuate over time.

A 2015 analysis of the management of wastewater, including radioactive wastes at unconventional drilling operations in four North American jurisdictions (including Alberta), found huge gaps and inconsistencies.

Both industry and government knew little about ''the fate of wastewater, the source of water used, water injection and production, and chemical analysis,'' said the report.

It added that it was also unclear ''what portion of a well's wastewater is reused/recycled, treated, surface discharged, or deep-well injected. This lack of information prohibits any direct analysis of wastewater management practices for the hydraulic fracturing operations based on the available information in databases.''

More than 10,000 horizontal wells have been drilled and fracked in Alberta in the last decade.

Regulator report denies serious problems

The Hawkwoods now suspect their uranium exposure came from radioactive elements that either dissolved in groundwater or came from untested drill cuttings that were trucked from heavily fracked well sites and applied to farmland in the Lochend area as ''fertilizer.''

Last year the Alberta Energy Regulator, which is 100 per cent funded by industry and has no mandate to protect public health, released a report titled ''Recurring Human Health Complaints Technical Information Synthesis: Lochend Area,'' without notifying local residents.

The report, which came with a disclaimer that it would not be suitable ''for use by any other person'' than Lochend residents, denied there were any serious problems with hydraulic fracturing.

The document said that complaints from Lochend area residents ''were general in nature, containing concerns over fracturing in the province.'' It made no mention of TENORM and did not contain any information from previous Alberta studies on the hazards of flaring waste gas.

In Nielle Hawkwood's view, the AER report was ''put together to make it look like there was no basis to our complaints.'' She characterized the document as disrespectful and dishonest.

A government reply to Tyee questions on the document said: ''The report produced by AER is not a health report. It does not assess indicators of human health.''

The report acknowledged ''a need for more information about air emissions from flaring in the initial stages of new development, specifically during fracturing flowback.'' That study has yet to happen due to the cessation of most fracking in the area following the drop in oil prices.

But according to a government response to questions from The Tyee, the ''flowback emissions study underway within the [regulator] will focus on characterizing the chemical composition of gaseous emissions from hydraulically fractured wells in the Cardium formation and will include NORM analysis.''

'Totally disgruntled'

The Hawkwoods' uranium findings will likely be a topic of conversation at the annual convention of Alberta's New Democratic Party this weekend in Calgary, where Nielle plans to introduce a resolution to ban fracking in a province ''pending independent scientific study to determine the effects of all operations on human and animal health, and on the environment, including thorough investigation of effects on air, land and water.''

Given the province's dependence on oil revenues and fractious politics, she has no idea how her resolution will be received. And there's a chance it won't be heard at all: on Friday, NDP officials pushed the resolution, which is supported by the party's rural caucus, to last position on the list: number 66.

But Nielle argued that the province should act now while oil prices are low and before there is another boom.

Now that most fracking in Nielle's neighborhood has ceased, groundwater flow and chemistry has normalized, the birds have returned, and her hair has grown back, she said.

To date, several countries, six U.S. states, and several provinces including Nova Scotia, New Brunswick, and Newfoundland have banned fracking because of health and water contamination concerns.

''So many members of my family and neighbors have suffered from fracking,'' said Nielle. ''Anyone who lives in rural Alberta knows how dangerous it is and what damage it has done to people, livestock, and water. If we don't do something, we will lose our groundwater.''

Nielle's husband, Howard, a large man who loves nothing more than tending to his cattle, said the whole experience has disheartened him: ''I have no faith in government. I'm totally disgruntled.''

The Hawkwoods aren't the only disgruntled ones in the province's iconic foothills north of Cochrane.

Gary Tresidder, a retired dentist, said he nearly died after being overwhelmed from the burning of toxic raw gas full of contaminants from nine wells over a period of 18 months between 2012 and 2014.

''I was so sick, I could barely walk up the stairs or remember my name. It was like living in a blast furnace… We lived in terror for nearly two years, that's for sure.'' His daughter got severely ill and so, too, did two horses, he said.

Tresidder said that he knows at least two dozen people who suffered health problems they attribute to nearby fracking operations. Their symptoms ranged from hair loss to third-degree skin burns.

Tresidder wrote hundreds of letters to politicians, regulators, and public health authorities but to no avail, he said.

He described the AER report as a ''childish brush-over to fool people… there were no medical citations. It was embarrassing to read.''

After sitting for three years on the Cochrane (Lochend) Air Quality Technical Working Group chaired by Alberta Health Services, Tresidder said he resigned last year when the group failed to do anything.

''I was so disappointed. 'Why are you ignoring all of the medical studies on fracking?' I asked them. They said, 'We'll look into them,' but they never did.''

The Alberta Health Service said it provided data to local residents as well as information on how to access services.

According to Heather Kipling, a senior communications advisor with AHS, local complaints were ''consistent with the health effects associated with air pollution contaminants,'' but that studies ''conducted thus far are inconclusive to be able to attribute the illnesses to oil and gas development.''

The AHS added that there might be a ''potential future role for Health Impact Assessments as part of the approval process for significant industrial development to more accurately identify and assess potential health risks.''

Dan Thomas, a retired oil and gas engineer who also lives in the Lochend area, described the fracking boom that overwhelmed the community as ''chaos.''

He asked the regulator to do a risk assessment on high-volume horizontal drilling but said the regulator ''couldn't even acknowledge or understand the problem.''

''The absence of a precautionary principle is atrocious,'' he said. He, too, supports the Hawkwoods' call for a moratorium.

''Let's stop this until we can put an appropriate process in place with a real risk assessment. Fracking is fraught with all kinds of issues and we have to assess the risk properly.''

Prevent Cancer Now, a Canadian civil society organization comprised of scientists and health professionals, recently noted that ''the AER has no jurisdiction for human health, and Alberta is famed for a chill against the medical community linking ill health to petrochemicals.'' [Tyee]



HEALTH EFFECTS OF FRACKING

The studies are voluminous and alarming.

In 2014, a U.S. federal study reported that pollution from the mining of natural gas in rural areas can increase the incidence of congenital heart defects among babies born to mothers living close to well sites.

In 2015, another major U.S. study found that the fracking of unconventional rock formations can liberate and accelerate the release of radon, a highly carcinogenic gas into people's homes.

The studies are all part of a growing body of new peer-reviewed scientific literature that shows the industry is having a definitive health impact on rural populations.

In 2009, the number of peer-reviewed studies on the impact of shale gas or tight oil development (all use the technology of fracking) numbered but six papers.

But due to unrelenting controversy, the research on the impact of unconventional drilling has grown to encompass nearly 700 studies.

This year, researchers with PSE Healthy Energy, a scientific institute that supports energy policies based on evidence, assessed the studies and separated out those specifically dealing with air, water, and human health.

The researchers found that vast majority of studies that fell into those categories showed serious public health problems ranging from human exposure to cancer-causing chemicals to water contamination.

Of 31 studies that looked at human health impacts, 26 of them -- 84 per cent -- found significant public health hazards or elevated risks. Of 58 studies on water quality, 69 per cent found actual water contamination or potential problems.

And out of 46 studies on air quality, 87 per cent found direct evidence of elevated air pollution downwind from fracking sites either from trucks, venting or flaring.

Researchers concluded that their assessment ''demonstrates that the weight of the scientific literature indicates that there are hazards and elevated risks to human health as well as possible adverse health outcomes.'' -- Andrew Nikiforuk

Link: http://thetyee.ca/News/2016/06/11/Radioactive-Elements-Downwind-Fracking/

Saturday, June 11, 2016

Morning Encounters


Aperçu ce matin un Branchu mâle solitaire sur le bord de la rivière Richelieu. Il s'est contenté de me regarder sans bouger. J'ai aussi rencontré un voisin sur la rue qui ne m'a même pas regardée, même quand j'ai dit bonjour. Des fois, j'aime mieux les canards que les voisins.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~
While walking along the river coming back home from buying a newspaper, I glimpsed a Wood Duck sitting on a Weeping Willow stretching over the water. I had to stop and walk back a few steps to make sure I was seeing right. He just sat there, looking at me, probably wondering if it was worth the trouble to move from there. We both looked at each other for a while and then I walked on. A little further down the road, I met one of my neighbors on his bicycle. I have the impression he does not want to talk to me, so I put him to the test one more time. I said "Good morning!" when he pedaled by me. He did not even look at me and puffed on. Sometimes I prefer ducks to people.

Wednesday, June 8, 2016

Quebec Bill allows expropriation and fracking

Photo: Le Courrier Sud du puits à Sainte-Gertrude

Québec donne aux pétrolières le droit d’exproprier

L’importante Loi sur les hydrocarbures reprend des dispositions de la vieille Loi sur les mines


(See partial English translation below)

Publié dans Le Devoir le 8 juin 2016 |Alexandre Shields |


Avec la première Loi sur les hydrocarbures de l’histoire du Québec, le gouvernement entend donner des droits importants aux entreprises qui souhaitent exploiter le pétrole et le gaz naturel. Le projet de loi présenté mardi prévoit en effet que ces entreprises obtiendront la propriété du sous-sol sous permis et un droit d’expropriation pour lancer leurs projets d’exploitation. L’esprit de ces dispositions provient de la Loi sur les mines adoptée il y a plus d’un siècle.

Selon le projet de loi 106 « concernant la mise en oeuvre de la Politique énergétique 2030 et modifiant diverses dispositions législatives », les pétrolières qui détiennent un permis d’exploration ou d’exploitation bénéficieront d’un « droit d’accès au territoire qui en fait l’objet ». Ce permis sera valide pour au moins cinq ans et pourra être renouvelé.

Qui plus est, les droits d’exploration et d’exploitation « constituent des droits réels immobiliers » et « une propriété distincte de celle du sol sur lequel ils portent », précise le texte du projet de loi déposé mardi par le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand.

Une fois qu’il obtient le permis d’exploration, le titulaire d’un permis devra simplement informer le propriétaire du terrain et la municipalité « dans les 30 jours » suivant son inscription au registre public. Il devra également obtenir l’autorisation du propriétaire « au moins 30 jours » avant d’accéder au territoire et mener des travaux d’exploration, à moins qu’il ne choisisse de négocier un droit d’accès ou l’acquisition du terrain visé.

Les entreprises devront toutefois constituer un « comité de suivi » afin de « favoriser l’implication de la communauté locale sur l’ensemble du projet d’exploration ». Ce sont toutefois les entreprises qui choisiront les membres de ces comités et leur nombre selon un processus qu’elles détermineront, mais avec certaines règles fixées par le gouvernement, dont l’obligation d’y nommer une majorité de membres « indépendants » de l’entreprise.

Expropriation

Si une entreprise découvre un gisement de pétrole ou de gaz naturel et qu’elle souhaite l’exploiter, elle devra en faire la demande à la Régie de l’énergie. L’obtention de ce permis de « production » lui donnera d’ailleurs des droits importants.

Dans le cas d’un terrain privé, l’entreprise pourra tenter d’obtenir l’accord du propriétaire ou encore d’acquérir le terrain. Mais si ce dernier refuse, elle pourra aller beaucoup plus loin. Le projet de loi sur les hydrocarbures prévoit en effet qu’« à défaut d’entente, le titulaire peut, pour l’exécution de ces travaux, acquérir ces droits réels ou ces biens par expropriation ». Une telle mesure est inscrite dans la Loi sur les mines du Québec depuis la fin du XIXe siècle.

En clair, un propriétaire pourrait accepter la réalisation de travaux d’exploration, mais s’il refuse le lancement de l’exploitation, il pourrait être exproprié. Même chose pour un propriétaire dont le terrain serait situé dans une zone visée par un projet d’exploitation qui nécessiterait le forage de plusieurs puits, comme cela est habituellement le cas pour les projets importants. Il reste aussi à déterminer ce qu’il adviendrait dans le cas où un forage horizontal traverserait le terrain d’un propriétaire qui refuserait un projet, dans le contexte où le projet de loi 106 accorde la propriété du sous-sol aux entreprises.

Chose certaine, les droits accordés aux pétrolières et aux gazières pourraient entraîner des situations problématiques dans plusieurs régions du Québec. Pas moins de 61 472 km2 du territoire québécois sont actuellement sous permis d’exploration, selon la liste des permis en vigueur. Uniquement dans les basses terres du Saint-Laurent, la zone la plus densément peuplée du Québec, les permis recouvrent 18 301 km2. On compte aussi 24 065 km2 de permis en Gaspésie et 8430 km2 dans le Bas-Saint-Laurent.

Ministre rassurant

Le ministre Pierre Arcand reconnaît que plusieurs entreprises ont déjà un droit d’accès au territoire grâce à leurs permis d’exploration. « On ne peut pas se défaire de ce qui a déjà été accordé dans le passé, a-t-il admis mardi, en entrevue au Devoir. Mais il faut un minimum d’acceptabilité sociale. » Selon lui, le projet de loi sur les hydrocarbures prévoit de toute façon un encadrement « extrêmement strict » de l’industrie.

La future législation ne ferme par ailleurs pas la porte aux opérations de fracturation hydraulique. Mais M. Arcand a fait valoir qu’aucune entreprise n’a déposé de demande pour des projets liés aux gaz de schiste, et ce, même si des dizaines de permis d’exploration sont toujours en vigueur dans les basses terres du Saint-Laurent. Il a aussi souligné l’importance, pour les entreprises présentes sur le territoire, d’obtenir un cadre légal clair. « Elles vont au moins connaître les règles du jeu, alors que depuis plusieurs années, elles ne savent pas vraiment quelles sont les règles du jeu », a-t-il fait valoir.

Est-ce qu’il est cohérent de présenter, dans un même projet de loi, la création de l’organisme Transition énergétique Québec et la Loi sur les hydrocarbures ? Globalement, le ministre estime que le Québec « ne sera jamais un grand producteur d’hydrocarbures » et que le gouvernement souhaite développer aussi les « énergies renouvelables ».

La Politique énergétique 2030 prévoit plusieurs mesures en ce sens, a d’ailleurs insisté Pierre Arcand, en rappelant l’objectif du gouvernement de réduire notre consommation de produits pétroliers de 40 % d’ici 2030. L’atteinte d’une cible aussi ambitieuse passe selon lui par l’électrification des transports et le développement du transport en commun.

C’est justement l’organisme Transition énergétique Québec qui devra « coordonner » la mise en oeuvre de l’ensemble des programmes et des mesures nécessaires pour atteindre les « cibles énergétiques » du gouvernement.

Selon le rapport de l’évaluation environnementale stratégique sur les hydrocarbures publié la semaine dernière, la production d’énergies fossiles devrait toutefois alourdir le bilan des émissions de gaz à effet de serre de la province. Les projets que le gouvernement Couillard finance et encourage en Gaspésie pourraient aussi générer des émissions de gaz à effet de serre aussi intenses que celles du pétrole et du gaz de schiste, selon une étude du ministère de l’Environnement.

Link: http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/472874/quebec-donne-aux-petrolieres-le-droit-d-exproprier

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Quebec gives oil companies the right to expropriate

The important bill on hydrocarbons is a repeat of the dispositions of the old mining Law


My translation of parts of the above article:

With its first Law on hydrocarbons in Quebec's history, the government gives important rights to companies who want to extract oil and natural gas. The bill presented Tuesday (June 7) will give companies the ownership of underground property with a permit and a right to expropriate to launch their projects of exploitation. The spirit of these dispositions comes from the Mining Law that came into effect more than a century ago. (...)

(...)the oil companies that hold an exploration or an exploitation permit will have a "right of access to the territory of the permit". This permit will be valid for at least five years and could be renewed.

Once the exploration permit given out, the holder of the permit will simply have to inform the owner of the land and the municipality "within 30 days" after its registration in the public record. He will also have to get the authorization from the owner "at least 30 days" before he can access the territory and do the exploratory work, unless he chooses to negotiate an access right or the aquisition of the land.

Companies will have to put together a "monitoring committee" to "foster the involvement of the local community over the whole exploration project". But it will be the companies that will choose the members of these committees and their numbers as per a process that they, the companies, will determine, but following certain rules put down by the government, like the obligation to name a majority of "independent" members from the company.

(...)

In other words, a landowner could accept exploration work, but if he refuses exploitation, he could be expropriated. Same as for a landowner whose land would be part of a zone planned for an exploitation project that would imply horizontal drilling that would cross the land of an owner that would refuse a project, because Bill 106 gives the ownership of the subsurface to the companies.

(...)
This future legislation does not exclude operations of hydraulic fracturing.
(...)

Tuesday, June 7, 2016

Le site de déchets nucléaires au coeur des incendies au Canada



Ma traduction libre d'un reportage européen.

Juste au sud de la ville canadienne de Fort McMurray, dans une région partiellement brûlée par les flammes, se situe un site d'entreposage de déchets nucléaires.

Situé à l'extrémité nord du site d'enfouissement de Beacon Hill, il contient plus de 42,500 mètres cubes de minéraux radioactifs, dont de l'uranium et du césium.

Mais est-il une menace pour la santé publique en ce moment? Selon l'information obtenue par le journaliste Renaud Gardette d'euronews, le site est au beau milieu d'incendies énormes qui brûlent sauvagement depuits le premier mai.

Pourquoi ce site d'enfouissement?

Pour comprendre les origines du site d'enfouissement, on doit reculer dans le temps jusqu'en 1982 quand le Canada s'est lancé dans un vaste programme d'exploration et de confinement de terres faiblement radioactives partout sur le territoire. Il était mené par le Bureau de gestion des déchets radioactifs de faible activité (BGDRFA).

À Fort McMurray, les minéraux radioactifs étaient régulièrement déversés et utilisés le long de la route Northern Transportation Road. Construite durant les années 1930, la route était utilisée au début pour transporter l'uranium venant de la mine de Port Radium dans les Territoires du Nord-Ouest vers Fort McMurray. De là, l'uranium était aussi transporté par train vers Port Hope, en Ontario.

La mine Port Radium fermait en 1960. Des vols et du pillage sont survenus le long de la route et c'est là où la contamination est la plus visible.

Le BGDRFA a détecté d'autres sites radioactifs autour de Fort McMurray. Les travaux ont commencé en 1992, et jusqu'en 2003, 42,500 mètres cubes de déchets ont été envoyés vers un site d'enfouissement spécialement conçu avec une couche doublée d'argile, plusieurs systèmes de gestion, de protection et de monitorage, ainsi qu'une couche de terre et de gazon.

Le BGDRFA fait le monitorage du site annuellement.

Est-ce que le site existe vraiment?

L'existence du site est confirmée par plusieurs rapports, dont l'Inventaire de déchets radioactifs au Canada publié par le BGDRFA en 2012.

Mais qu'arriverait-il si?

Plusieurs questions sont soulevées. Est-ce que le site a brûlé avec les incendies de Fort McMurray? Est-ce que des particules radioactives ont été relâchées dans l'atmosphère? Quels sont les risques pour l'environnement?

Pour le moment, aucune alarme n'a été déclenchée.

La réponse des autorités canadiennes:

Laboratoires Nucléaires Canadiens et notre BGDRFA sont responsables de la gestion des déchets historiques à faible intensité radioactifs situés dans le site d'enfouissement de Beacon Hill à Fort McMurray. Le site est à l'extrémité nord du site d'enfouissement de Beacon Hill, qui est à son tour au sud de la ville de Fort McMurray et à l'ouest de l'autoroute 63. Les coordonnées aproximatives sont: 56 degrés 39' 10" N, 111 degrés 20'56" O.

LNC fait les gestion de ces sites pour Énergie atomique du Canada Limitée, la corporation fédérale qui est ultimement responsable pour la gestion sécuritaire des déchets historiques à faible intensité radioactifs.

Les déchets de faible intensité de Beacon Hill consistent à des résidus de minerai d'uranium, mélangés avec du sol et isolés dans une cellule séparée, qui est recouverte avec une couche épaisse de sol peu perméable, ensuite d'une autre couche de sol sain. En tout, il y a au moins 45 centimètres de sol sain au-dessus du sol contaminé.

Selon l'information disponible, il semblerait que le site ait été affecté par les incendies. Ceci étant dit, ceci n'est pas un risque immédiat pour la santé et la sécurité des personnes et de l'environnement. Il y a aussi aucune inquiétude pour l'intégrité physique de la cellule.

Vu la composition du sol contaminé, c'est-à-dire les résidus de minerai mélangés avec de la terre, il n'y a pas de danger qu'il prenne feu. Comme dans un champs ou un jardin, le feu peut prendre dans le gazon, mais la terre elle-même ne prend pas en feu.

Nous continuons de faire le monitorage de la situation de près.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

The nuclear waste site at the heart of Canada's wildfires

Just south of the Canadian city of Fort McMurray, in an area partly ravaged by flames, sits a nuclear waste site.

Situated at the extreme north of the Beacon Hill landfill tip, it contains some 42,500 m3 of radioactive minerals, including uranium and cesium.

But does it pose a threat to society today? According to information gained by euronews reporter Renaud Gardette, the site lies in the middle of the huge wildfires, blazing uncontrollably since May 1.

Why was the landfill created?

To understand the origins of the landfill site, we must first go back to 1982 when Canada launched an extensive exploration and containment of low-level radioactive land programme all over the territory. It was piloted by the Low-Level Radioactive Waste Management Office (LLRWMO).

In Fort McMurray, radioactive minerals were regularly discharged and used along the Northern Transportation Road. Built in the 1930s, the thoroughfare was initially used to transport uranium from the Port Radium mine (Northwest Territories) to Fort McMurray. From there, uranium was also transported by train to Port Hope, Ontario.

The Port Radium mine closed in 1960. Thefts and pillages occurred along the road and that is where the contamination is most visible.

The LLRWMO detected more radioactive sites around Fort McMurray. Work began in 1992 and, up to 2003, 42,500m3 of waste were sent to a specially-engineered landfill with a double layer of clay, several management systems, protection and monitoring, as well as a layer of earth and grass.

The site is monitored annually by the LLRWMO.
Does the site really exist?

The site’s existence is confirmed in several reports, including the Inventory of Radioactive Waste in Canada, published in 2012 by the LLRWMO.
What if?

Several questions have arisen. Was the site burnt in the wildfires? Have radioactive particles been emitted into the atmosphere? What is the risk to the environment?

For the moment, no specific warning has been triggered.

The response from the Canadian authorities

(Translated from French)

Canadian Nuclear Laboratories and our Low-Level Radioactive Waste Management Office are responsible for managing historic low-intensity radioactive waste located in the Beacon Hill dump at Fort McMurray. The site is at the north end of the Beacon Hill landfill site, which itself is south of the city of Fort McMurray and west of Highway 63. The approximate coordinates are: 56 degrees 39 ’10 “ N, 111 degrees 20 ’56 “W.

CNL manages these sites on behalf of Atomic Energy of Canada Ltd, the federal corporation that is ultimately responsible for the safe management of historic low-intensity radioactive waste.

The low-intensity waste at Beacon Hill consists of uranium ore residue, mixed with soil and placed in isolation (in a separate cell), which is covered with a thick layer of low-permeability soil, then another, dense layer of clean earth. In total, there are at least 45 centimetres of clean soil over the contaminated soil.

According to the information available, it appears that the site was affected by the fires. That said, this does not pose any immediate risk to the health and safety of people and the environment. There are also no concerns about the physical integrity of the cell.

Given the composition of the contaminated soil, that is to say, ore residue mixed with earth, there is no risk that it will catch fire. In a similar way to a field or garden, fire can ignite the grass, but the earth itself does not catch fire.

We continue to monitor the situation closely.

Link: http://www.euronews.com/2016/05/18/the-nuclear-waste-site-at-the-heart-of-canadas-wildfires/