Friends of the Richelieu. A river. A passion.

"Tout cedit pays est fort uny, remply de forests, vignes & noyers. Aucuns Chrestiens n'estoient encores parvenus jusques en cedit lieu, que nous, qui eusmes assez de peine à monter le riviere à la rame. " Samuel de Champlain

"All this region is very level and full of forests, vines and butternut trees. No Christian has ever visited this land and we had all the misery of the world trying to paddle the river upstream." Samuel de Champlain

Sunday, December 27, 2015

The first snowfall

I let Peony and Poppy out today. There was just enough wet snow on the ground to prevent the squirrel fleas to jump on them, and there was more coming down from the sky to make running away a very wet deed.

The wind was coming from the north-east, so we stayed on the front porch for the most part. Impulsively, Poppy ran into the thicket, but quickly realized that he was getting his paws very wet very quickly. So he came back on the porch to clean them up a bit, then saw the car, and ran under that too. But that meant stepping into the slushy mess again. And so back on the porch to lick, lick, lick.

Meanwhile, Peony did not feel very brave at first, and stayed hidden under the bench. But watching her brother running back and forth, she finally made a few runs herself, staying on the dry cement.

Had the cats decided to run far, there was just enough snow for me to track their steps. The very few cars going by made a lot of noise because of the tires splashing through the melting slush, so that made going in that direction not an option. Besides, thanks to the feeder, we had a flock of chickadees, house finches and goldfinches to keep us company, plus the couple of cardinals that have decided to stay for winter. So the incitement to stay close was enough to keep the cats near me for their first outing of the season.

Poppy was so glad, he kept coming back to me, rubbing the side of his belly on my leg and often jumping up on my leg, his front paws outstretched, begging me to run my mittens on his wet fur.

Peony ran a bit outside, but when both cats asked to go back inside, that is when Peony decided to burn a bit of energy stored in those long thin legs of hers. She ran back and forth, from the living room to the bedroom and back, again and again, halfway through jumping on her brother while he was grooming on the parlor carpet.

All in all, I can say the first outing during the first snowfall of the season was a success.

***Update: Now that the cats are in, the juncos and the nuthatches are at the feeder too! ... And a downy woodpecker!

Saturday, December 26, 2015

Major court case to watch in 2016

In its December 26 edition, the National Post includes Jessica Ernst's case in its list of "five major court cases to watch in 2016".

"Is the water contaminated" reads the headline.

There is no question that the water is contaminated.

The case is about: Encana did it, and with what? And did Alberta Environment and ERCB do their job to protect its citizens and their drinking water resources while making sure Encana is a responsible corporate body and repair damages done?

Of course Ernst versus Encana is a major court case in 2016! But it should have never gone this far this long...

Wednesday, December 23, 2015

La poursuite de Jessica Ernst

Photo: Colin Smith

Bonjour chers amis!

Je prends la liberté de vous contacter aujourd'hui parce que j'ai sentis que plusieurs d'entre vous ne comprenez pas tout à fait la portée de la poursuite de Jessica Ernst contre Encana, Alberta Environment et le ERCB (le régulateur provincial de l'énergie).

Une partie de la poursuite de Jessica se tiendra devant la Cour suprême le 12 janvier 2016 (dans moins d'un mois). Elle s'est rendue là parce que la cour de l'Alberta a décrété que le ERCB était exempté de poursuites. Jessica accuse le ERCB d'avoir violé la Charte canadienne des Droits et Libertés en la déclarant une terroriste sans preuves et avoir instruits ses employés de ne plus lui parler alors qu'elle était en pleine crise d'avoir constaté que son puits d'eau potable était contaminé.

Cette partie de sa poursuite a une portée sur tous les Canadiens, incluant les Québécois. C'est comme si le gouvernement du Québec disait à un Québécois lésé qu'il ne peut pas poursuivre la Régie de l'Énergie parce que la loi québécoise dit que la Régie ne peut pas être poursuivie, même pas si elle viole la Charte canadienne des Droits et Libertés.

En voulant faire respecter la Charte devant la Cour suprême fédérale, toutes les provinces peuvent se prononcer sur le dossier, et le document présenté par la Procureure générale du Québec laisse songeur.

Pendant tout ce temps-là, nous pensions que la Charte canadienne des Droits et Libertés protégeaient tous les Canadiens des injustices commises par n'importe quel pouvoir public ou agence gouvernementale. On peut maintenant en douter.

En vous souhaitant tous quand même un joyeux Noël et une année pleine de promesses!

Johanne Dion

Pour consulter le document de la Procureure générale du Québec présenté à la Cour suprême du Canada, suivez ce lien (pdf de 27 pages):

Sunday, December 20, 2015

where the chickadees mourn / the loneliness of singing

by Julie Ali

I make a path in the dusty woods
where the chickadees mourn
the loneliness of singing

without an audience of believers
I make a path so that I might belong to them
these lonely villagers of the deep darkness
in the shadows of the firs
they spur their songs among the icicles

they slip on the boughs to land on the hands
of strangers they delight in the gifts they are given

I make a path in the dusty woods
where there is peace and kindness only
the snag offers shelter to the lichen and the mushrooms
that dip their fingers into the interior
the claws of the rooting saplings dig into the grasses
that mat the clearing
and everywhere silence sits and rocks
in the mesh of clematis vines that once were blue in the summertime
the hollow poplars row between the aspens
and the dainty footprints of the thistles still mark the snow route
meanwhile a woodpecker bangs the drum of the wooden spike where the raven perches like a black hand

I make a path in the dusty wood
inside my head the path is dribbling ice from the sky
where the network of the branches shed their days of frost
and the silver wings of the moon descends

surely there are diamonds in these feathers?
or could these be the stars studding the outstretched wings?
the moon flies off into the clouds
and the night lays out the bed of silence by the river

the nodding cattails fall asleep and the dusty grasses wash their faces
with the paws of snow soon I will make a path and put the apple tree
by the corner of the thistle field
the apple tree will be white with flowers
their petals will fall to the slowing river flabby with the fall

I make a path in the dusty wood
that I have loved to walk in for years
I will put myself there watching a doe with her fawn
I will have them watching me as I wait by the side of the forest
I will have a rope of wood that crosses the river where the robins
are playing
I will make a dam where the beaver is crouched
I will put the muskrat under the cattails and a silver dart
of a minnow under the still cap of the river
I will make a world inside my head
and populate it with living things
and when I am lonely
I will understand that none of us are ever alone not really


où les mésanges déplorent / l'isolement de chanter

Ma traduction libre d'un poème de Julie Ali

Je fais un sentier dans les bois poussiéreux
où les mésanges déplorent
l'isolement de chanter
sans un auditoire de croyants
Je me fais un sentier pour que je puisse leur appartenir
ces jolis villageois de la profonde noirceur
sous l'ombre des pins
elles incitent leurs chants parmi les glaçons
elles glissent sur les branches pour atterrir sur les mains
d'étrangers elles se délectent des cadeaux qui leur sont donnés

Je me fais un sentier dans les bois poussiéreux
où il y a la paix et la gentillesse seulement
l'arbre mort fournit un abri à la mousse et les champignons
qui trempent leurs doigts à l'intérieur
les griffes des semis en racines creusent dans les herbes
qui tapissent l'éclairci et partout le silence s'assoit et se berce
dans le filet des vignes clématites qui ont déjà été bleues durant l'été
les peupliers évidés s'enlignent entre les trembles
et les empreintes délicates des chardons marquent encore le chemin de neige
entre-temps un pic martèle le tambour du piquet en bois où le corbeau se perche comme une main noire

Je me fais un sentier dans le bois poussiéreux
dans ma tête le sentier dégoutte de glace venu du ciel
où le réseau des branches se débarrassent de leurs jours de gelées
et les ailes argentées de la lune descendent
il y a certainement des diamants dans ces plumes?
ou seraient-elles des étoiles incrustées dans les ailes déployées?
la lune s'envole dans les nuages
et la nuit prépare la nuit du silence près de la rivière
les quenouilles se balançant tombent endormies et les herbes poussiéreuses se lavent le visage dans les griffes de la neige bientôt je me ferai un sentier et mettrai le pommier dans le coin du champs de chardons le pommier sera blanc de fleurs
leurs pétales tomberont vers la rivière qui s'écoule molles de leur chute

Je me fais un sentier dans le bois poussiéreux
que j'ai aimé marcher depuis des années
Je m'y installerai à regarder une biche avec son faon
Je les ferai me regarder pendant que j'attends à l'orée de la forêt
Je ferai une corde de bois qui traversera la rivière où les grives
jouent Je ferai un barrage où le castor s'accroupit
Je placerai le rat musqué sous les quenouilles et une fléchette argentée
d'un mené sous le couvert immobile de la rivière
Je ferai un monde dans ma tête
et le peuplerai d'êtres vivants et quand je me sens seule
Je comprendrai qu'aucun d'entre nous n'est jamais seul pas vraiment

Friday, December 18, 2015

How Energy East is shafting Quebec


Énergie Est - TransCanada revoit son tracé au Québec

La compagnie veut exploiter son futur oléoduc pendant plus de 40 ans

Publié dans Le Devoir du 18 décembre 2015 |Alexandre Shields |

Si le gouvernement Trudeau donne son accord, TransCanada construira 650 kilomètres d’oléoduc au Québec afin d’exporter du pétrole albertain dès 2020. En prévision de la construction d’Énergie Est, l’entreprise a d’ailleurs déjà commencé à contacter les propriétaires des terrains où passera son tuyau. S’il se concrétise, le projet créera 33 emplois directs lors de la phase d’exploitation, prévue pour plus de 40 ans.

Moins d’une semaine après la conclusion du sommet de Paris sur le climat, la pétrolière vient de déposer à l’Office national de l’énergie (ONE) la version « modifiée » de son projet d’oléoduc, qui fera du Québec un allié stratégique de la croissance de l’industrie des sables bitumineux. Aucun document équivalent ne sera présenté au gouvernement du Québec.

La documentation, très technique et disponible uniquement en anglais sur le site de l’ONE, précise ainsi que le tracé a été révisé au Québec entre Lévis et la frontière avec le Nouveau-Brunswick, à la suite de l’abandon du projet de port à Cacouna. TransCanada indique tout de même, dans des documents publiés sur son site, que des « évaluations » se poursuivront, afin d’étudier « la viabilité d’un projet de terminal maritime au Québec, comme projet subséquent par Énergie Est ».

Avec ou sans port au Québec, l’oléoduc d’un mètre de diamètre traversera la province sur une distance de 625 kilomètres. À cela s’ajoutent deux oléoducs connexes qui permettront d’acheminer du pétrole vers la raffinerie de Suncor, à Montréal, et celle de Valero, à Lévis.

281 pétroliers

Compte tenu de la capacité de raffinage de ces usines et aussi de l’arrivée de pétrole par l’oléoduc 9B d’Enbridge, la vaste majorité du pétrole coulera vers le Nouveau-Brunswick. Une partie sera traitée par Irving, tandis que le reste sera exporté vers l’Europe et l’Inde. TransCanada estime que 281 pétroliers chargeront du brut pour l’exportation chaque année.

Globalement, souligne-t-on, Énergie Est « permettra l’expansion et la diversification en temps opportun des marchés pour le pétrole canadien ». Selon les prévisions de l’industrie des énergies fossiles, la production pétrolière au pays devrait en effet continuer de croître, pour atteindre près de six millions de barils par jour en 2030.

Comme l’oléoduc doit être opérationnel d’ici la fin de 2020, selon TransCanada, la construction devrait s’échelonner au Québec sur environ 24 mois, une fois l’autorisation accordée par le gouvernement Trudeau. Selon l’« analyse économique » réalisée par la pétrolière, la phase de construction devrait générer ici près de 2000 emplois directs. Lors de la phase d’exploitation, prévue pour « plus de 40 ans », les emplois directs se chiffrent à 33.

La construction de cet oléoduc — plus important que le très controversé Keystone XL — obligera par ailleurs TransCanada à acquérir des terrains appartenant à des propriétaires privés au Québec. Selon les documents soumis à l’ONE, ils seraient plus de 1800. Et même si l’évaluation environnementale n’a toujours pas débuté, la multinationale en a déjà contacté plusieurs pour leur donner de l’« information » sur le projet, mais aussi pour les inviter aux événements organisés par la pétrolière pour présenter Énergie Est.

L’entreprise se montre d’ailleurs rassurante dans la présentation du plus important projet d’oléoduc en développement en Amérique du Nord. Selon une évaluation environnementale menée à sa demande par une firme privée, les « effets résiduels » du projet sont jugés « non significatifs ».

Toujours selon la documentation présentée par l’entreprise albertaine, une fuite dans l’oléoduc pourrait être stoppée en 13 minutes. Ce temps de réaction serait suffisant pour laisser fuir près de 10 000 barils de pétrole, soit 1,6 million de litres de brut des sables bitumineux.

Malgré les recherches effectuées jeudi dans les milliers de pages de documents présentant le projet de TransCanada, il n’a pas été possible de préciser le nombre exact de cours d’eau qui seront traversés par l’oléoduc au Québec. Selon la version préliminaire, quelque 641 cours étaient franchis, dont plusieurs servent de sources d’eau potable aux principales municipalités du Québec.

Aucun examen

Chose certaine, l’oléoduc doit toujours traverser le fleuve Saint-Laurent, un peu en amont de Québec. D’ailleurs, le gouvernement Couillard a déjà autorisé la pétrolière à mener des travaux préliminaires dans le secteur de la traversée, situé à Saint-Augustin-de-Desmaures. Ces travaux, réalisés en périphérie d’une réserve naturelle protégée, comprenaient des levés sismiques.

Aucun examen environnemental indépendant n’a toutefois été mené pour Énergie Est. Selon les règles en vigueur au fédéral, règles mises en place par le gouvernement Harper, c’est l’Office national de l’énergie qui étudiera le projet. Son mandat l’autorise à déterminer qui peut participer aux audiences publiques, en plus d’exclure tout examen des gaz à effet de serre liés à la production pétrolière.

Le premier ministre Justin Trudeau a promis de revoir le processus d’évaluation des oléoducs menés sous l’égide de l’ONE, mais rien n’a encore été annoncé à ce sujet. On ignore donc si les règles seront revues pour l’étude du projet Énergie Est.

Le gouvernement Couillard a pour sa part annoncé son intention de mandater le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement pour étudier le projet. L’organisme indépendant devra toutefois mener les audiences sans avoir en main une étude d’impact du projet, comme cela se fait habituellement au Québec.

TransCanada a en effet refusé de déposer un avis de projet au gouvernement du Québec, malgré les demandes faites en ce sens. Le gouvernement Couillard a donc décidé de ne pas l’exiger. Québec n’évaluera pas non plus les émissions de gaz à effet de serre résultant de la production du pétrole qui coulera dans l’oléoduc pendant plus de 40 ans.



Energy East - TransCanada changes its route in Quebec

My translation of above article, because the English media does not tell it like it is from this side of the border:

The company wants to use future pipeline for more than 40 years

If the Trudeau government gives the green light, TransCanada will build 650 kilometers of pipeline in Quebec to be able to export Alberta oil starting in 2020. Planning the construction of Energy East, the company has already started contacting landowners where the pipeline will cross. If it goes ahead, the project will create 33 direct jobs during the exploitation phase planned to last for 40 years.

Less than a week after the conclusion of the Paris summit on climate change, the oil company just presented the "modified" version of its pipeline project to the National Energy Board (NEB) that will make Quebec a strategic ally to the growth of the tar sands industry. No equivalent document will be presented to the Quebec government.

The documentation, very technical and only available in English on the NEB site, mentions that the route was revised in Quebec between Levis and the New-Brunswick border after the cancellation of the Cancouna port project. However, TransCanada mentions in documents published on its website that the "assessments" will go on in order to study "the viability of a maritime terminal in Quebec as an ensuing project by Energy East".

With or without a port in Quebec, the pipeline of one meter in diameter will cross the province for 625 kilometers. To that will be added two connecting pipelines that will allow the shipment of oil to the Suncor refinery, in Montreal, and the Valero one in Levis.

281 oil tankers

Taking into account the refinery capacity of these plants and also the arrival of oil through the Enbridge 9B pipeline, the vast majority of oil will flow through and end up in New-Brunswick. A part of it will be refined by Irving, while the rest will be exported to Europe and India. Transcana thinks that 281 oil tankers full of crude will be for export each year.

In all, it is mentioned that Energy East "will allow the expansion and diversification in timely fashion towards global markets for Canadian oil". As per the fossil fuels industry prognosis, the Canadian oil production should indeed increase to reach six million barrels per day by 2030.

Since the oil pipeline should be operational by the end of 2020, as per TransCanada, the construction should take 24 months in Quebec once the authorisation is given by the Trudeau government. As per the "economic analysis" done by the oil company, the construction phase should create nearly 2,000 direct jobs. During the exploitation phase, planned to last "more than 40 years", 33 direct jobs should be created.

The construction of this pipeline, bigger than the very controversial Keystone XL, will force TransCanada to buy land owned by private landowners in Quebec. As per the documents presented to the NEB, there should be more than 1,800 of them. And even if the environmental assessment has not yet started, the multinational already contacted many of them to give them some "information" about the project, and also to invite them to events organized by the company to present Energy East.

The company is making itself reassuring in the presentation of the biggest pipeline project development of North America. As per an environmental assessment it ordered from a private firm, the "residual effects" from the project are thought as being "non-significant".

Again as per the documentation presented by the Alberta company, a leak in the pipeline would be stopped in 13 minutes. This reaction time would be enough to leak nearly 10,000 barrels of oil, or 1.6 liters of tar sands crude.

Even after searching through thousands of pages of documents Thursday that presented the TransCanada project, it was not possible to find the exact number of watercourses that will be crossed by the pipeline in Quebec. As per the preliminary version, some 641 watercourses were crossed, many of them being the source of drinking water to the largest Quebec municipalities.

No examination

One thing is for sure, the pipeline still has to cross the St. Lawrence River, just a little upstream to Quebec City. Also, the Couillard government has already authorized the oil company to do preliminary work where the crossing is planned, in Saint-Augustin-de-Desmaures. That work, done close to a protected natural reserve, includes seismic surveying.

No independent environmental examination has been done for Energy East. As per the current rules on the federal level, the rules put in place by the Harper government, it is the NEB that will study the project. Its mandate is to determine who can attend the public hearings, on top of excluding any examination of greenhouse gases emitted by the oil production.

Prime Minister Justin Trudeau has promised to look at the process of assessing pipelines under the NEB, but nothing has been announced yet on this subject. We still don't know if the rules will be revised over the study of the Energy East project.

The Couillard government has announced its intention to mandate the BAPE (provincial environmental public hearings body) to study the project. The independent body will have to hold the hearings without having any impact study on the project available, as it is usually done in Quebec.

Indeed, TransCanada has refused to present a project notice to the Quebec government, even though demands have been made to have it. The Couillard government has then decided to not require one. Quebec will not assess either the greenhouse gases emissions coming from the production of oil that will flow through the pipeline for more than 40 years.

Thursday, December 17, 2015

On again, off again for Anticosti


Exploitation du gaz de schiste - Un autre changement de ton sur Anticosti

Publié dans Le Devoir du 17 décembre 2015 |Alexandre Shields, Marco Bélair-Cirino |

Le ministre de l’Environnement, David Heurtel, a affirmé mercredi que l’exploitation des éventuelles réserves de gaz de schiste de l’île d’Anticosti soulève des questions environnementales « très sérieuses », surtout dans un contexte de lutte contre les changements climatiques. Il a d’ailleurs répété que le gouvernement Couillard est peu enthousiaste à l’idée d’aller forer le sous-sol de l’île.

Le changement de ton a de quoi surprendre. Après avoir défendu ardemment l’idée d’exploiter le gaz de schiste dans la vallée du Saint-Laurent, malgré la vive controverse, voilà que le Parti libéral du Québec semble s’interroger sur la pertinence de lancer le Québec dans une telle filière énergétique.

Même s’il injecte des millions de dollars de fonds publics dans des travaux d’exploration sur Anticosti, le gouvernement Couillard exprime de sérieux doutes sur la suite des choses. Selon ce qu’a déclaré le ministre Heurtel à la sortie du conseil des ministres, mercredi, l’exploitation de gaz de schiste sur Anticosti soulève « des questions environnementales très, très, très sérieuses ».

« On parle de fracturation hydraulique en milieu insulaire, ce qui soulève des questions très sérieuses », a-t-il ajouté. Selon M. Heurtel, il faut également prendre en compte les « impacts » de l’exploitation « de ce type de gaz » au Québec, notamment en ce qui a trait à la production de gaz à effet de serre (GES).

« Il faut une cohérence entre un tel projet, où on parlerait d’exploiter du gaz de schiste, par rapport à ce qu’on veut essayer de faire pour réduire nos gaz à effet de serre », a précisé le ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les Changements climatiques.

Gaz à effet de serre

Toute exploitation d’énergies fossiles sur Anticosti serait évidemment productrice de gaz à effet de serre. L’étude du ministère de l’Environnement réalisée dans le cadre de l’évaluation environnementale stratégique (EES), qui admet une grande incertitude dans ses prévisions, estime que la production de GES pourrait atteindre 1,4 million de tonnes par année, en supposant que le gaz de schiste serait récupéré dès le début de l’exploitation du pétrole. Cela représente une hausse de 2 % des émissions du Québec.

Si le gaz devait être brûlé sur place, comme cela se fait dans d’autres exploitations de pétrole de schiste, les émissions annuelles de GES « seraient beaucoup plus élevées » et pourraient atteindre de 6 à 10 millions de tonnes. Cela représenterait de 9 % à 15 % des émissions du Québec en 2020.

Aucun enthousiasme

David Heurtel a par ailleurs réitéré les récents propos de Philippe Couillard en soulignant que le gouvernement libéral n’a « aucun enthousiasme pour ce projet » d’exploitation des hypothétiques ressources énergétiques fossiles d’Anticosti.

L’EES sera néanmoins complétée, a-t-il indiqué. « On veut être rigoureux. On veut faire le travail au complet et on s’assure d’avoir le résultat des études avant de prendre une décision finale. »

Pendant le sommet de Paris sur le climat, le premier ministre a toutefois pris ses distances par rapport à la décision de financer des travaux d’exploration sur Anticosti, travaux dans lesquels l’État a injecté 56,7 millions de dollars. « Anticosti, moi je n’ai rien à voir avec ce projet-là, a-t-il déclaré. Je l’ai trouvé à mon arrivée. J’aurais préféré ne pas le trouver parce que je m’étais opposé à ce projet quand j’étais dans l’opposition. […] S’il y a le moindre risque, le moindre risque, pour ce milieu naturel extraordinaire qu’est Anticosti, le projet n’aura pas lieu. »

Forages en 2016

Le gouvernement affirme cependant être « pris » avec un contrat signé par le gouvernement péquiste en 2014. Reste que l’État est le premier actionnaire de Pétrolia, maître-d’oeuvre des travaux d’exploration sur l’île. Des travaux qui doivent se poursuivre en 2016. Les sites où seront menés trois forages avec fracturation sur l’île d’Anticosti ont été choisis, révélait d’ailleurs récemment Le Devoir.

Ces travaux, les premiers du genre dans l’histoire du Québec pour la recherche de pétrole, doivent servir à confirmer le potentiel commercial d’exploitation d’énergies fossiles sur l’île. L’EES, qui doit être complétée sous peu, ne tiendra pas compte des impacts environnementaux de ces forages.

Mercredi en fin de journée, cinq études portant sur Anticosti et réalisées dans le cadre de l’EES n’étaient toujours pas disponibles, plus de trois semaines après la fin des consultations publiques sur l’EES. Parmi celles-ci, on retrouve une étude qui doit permettre de qualifier et de quantifier « les principaux effets sociaux, économiques et environnementaux qui résulteraient d’activités d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures sur Anticosti ». Une autre porte « sur les principaux avantages et les principaux coûts pour la société [québécoise et anticostienne] qui pourraient résulter d’une éventuelle exploitation des hydrocarbures ».

La question de l’eau

Qu’il s’agisse de gaz ou de pétrole, l’exploitation sur Anticosti nécessiterait de procéder à de la fracturation. Une étude menée pour évaluer les besoins en eau estime que chaque forage consommerait près de 22 millions de litres d’eau. Or, seules deux zones de l’île pourraient répondre aux besoins en eau de l’industrie, et seulement à raison deux ou trois forages simultanés. L’étude suggère donc d’évaluer la possibilité de puiser de l’eau directement dans le golfe du Saint-Laurent.

Plusieurs composés jugés « toxiques » sont ajoutés à cette eau de fracturation, rappelle une étude environnementale gouvernementale. Or, « plusieurs informations sur la persistance dans les milieux aquatiques, la bioaccumulation dans les organismes aquatiques ou la toxicité quant à ces organismes sont manquantes pour de nombreux composés susceptibles d’être utilisés comme intrants de fracturation ». Et il n’existe aucune structure sur Anticosti pour traiter cette eau.

Pour extraire ces hypothétiques ressources, les investissements en exploitation et en infrastructures seraient majeurs. En fait, on estime que chaque forage pourrait coûter 8,8 millions de dollars. Qui plus est, les coûts de transport uniquement pour le gaz de schiste se chiffreraient en milliards de dollars. En supposant la construction d’un gazoduc pour atteindre la Gaspésie, les investissements pourraient dépasser les 10 milliards. L’entreprise Pétrolia a évoqué récemment cette dernière hypothèse. Dans le cas d’un recours à un navire-usine, les coûts dépasseraient les sept milliards.


My translation of above article:

Shale gas extraction - Another change of heart for Anticosti

Environment Minister David Heurtel said Wednesday that the exploitation of eventual shale gas reserves of Anticosti Island brings up environmental questions that are "very serious", especially when climate change is involved. He repeated that the Couillard government is very little enthusiastic about the idea of drilling the island.

The change of heart is somewhat surprising. After keenly defending the idea of exploiting shale gas in the St. Lawrence Valley, despite the great controversy, now the Quebec Liberal Party seems to question the relevance of launching Quebec in such an energy option.

Even though it is injecting millions of dollars of public money in exploration work on Anticosti, the Couillard government is expressing serious doubts about what to do in the future. By what Minister Heurtel said Wednesday at the end of the ministers council, the exploitation of shale gas on Anticosti brings up "very, very, very serious environmental questions".

"We are talking about hydraulic fracturing in an insular environment, which brings up very serious questions", he added. As per Mr Heurtel, one must also take into account the "impacts" of the exploitation "of this type of gas" in Quebec, especially when one includes the emission of greenhouse gases.

"There must be consistency between such a project, where one talks about exploiting shale gas, in relation to what we want to try to do to reduce our greenhouse gases", added the Environment Minister.

Greenhouse gases

Any exploitation of fossil fuels on Anticosti would evidently produce greenhouse gases. The study of the Environment ministry done for the Strategic Environmental Assessment (EES), that admits that there is a lot of uncertainty in its predictions, estimates that the production of greenhouse gases could get as high as 1.4 million tons per year, assuming that the shale gas would be retrieved at the very start of the oil exploitation. That represents an increase of 2% of Quebec emissions.

If the gas was going to be burnt on site, like it is done in other shale oil fields, the yearly emissions of greenhouse gases "would be much higher" and could be between 6 to 10 million tons. That would represent between 9% and 15% of Quebec emissions in 2020.

No enthusiasm

David Heurtel reiterated what Philippe Couillard said recently and said that the Liberal government has "no enthusiasm for this project" of exploiting the hypothetical fossil fuel resources of Anticosti.

The EES will be completed anyway, he added. "We want to be rigorous. We want to do a complete job and be sure to have the study results before making a final decision."

During the climate summit in Paris, the Prime Minister did distance himself from the decision to fund the exploration work on Anticosti, in which the State has injected $56.7 million. "I have nothing to do with the Anticosti project, he had said. I found it when I got here. I would have preferred not to find it because I had been opposed to this project when I was in Opposition. (...) If there is the smallest risk, the smallest risk for this extraordinary natural site that is Anticosti, the project will not go ahead."

Drilling in 2016

The government says being "stuck" with a signed contract by the PQ government back in 2014. But the State is still the first shareholder of Petrolia, at the head of the exploration work on the island. Work that should go on in 2016. The locations where three drilling sites with fracking on Anticosti Island have been decided upon, reported Le Devoir recently.

This work, the first of its kind in the history of Quebec for the search for oil, must held to confirm the commercial potential of fossil fuel exploitation on the island. The EES, that should be completed soon, will not take into account of the environmental impacts of this drilling.

At the end of the day, Wednesday, five studies on Anticosti and done for the EES, were still not available, more than 3 weeks after the end of the public consultations for the EES. Among those studies, there is one that should qualify and quantify "the main social, economic and environmental effects from hydrocarbon exploration and exploitation activities on Anticosti". Another one is about "the main advantages and costs for society that could come from an eventual exploitation of hydrocarbons".

About the water

Be it about gas or oil, the exploitation of Anticosti would need to use fracking. A study done to assess the water needs evaluates that each drilling would use up nearly 22 million liters of water. But only 2 zones of the island could furnish those needs of water for the industry, and only if there are only 2 or 3 drilling sites simultaneously. The study suggests to consider the possibility of using water from the Gulf of the St. Lawrence directly.

Many products considered "toxic" are added to this fracking water, says a governmental environment study. But "a lot of information on the persistence in aquatic environments, the bio-accumulation in the aquatic organisms or the toxicity to these organisms are missing for many products susceptible to be used during fracking". And there exists no structure on Anticosti to treat this water.

To extract these potential resources, investments in exploitation and in infrastructures would be important. Indeed, it is estimated that each drilling could cost $8.8 million. Plus, the transportation costs only for the shale gas would be in the billion of dollars. Supposing the construction of a gas pipeline to the Gaspésie Peninsula, investments could go beyond $10 billion. Petrolia recently mentioned this recent option. If there were to be a LNG factory ship, the cost would be more than 7 billion.

Wednesday, December 16, 2015

Santa is back!

I got my Santa back.

I had lent it to a friend who had to move in a hurry and did not have any Christmas decorations on his first Christmas in a new home.

But today, I got it back. I found out this year the friend had gone out shopping and bought himself some new holiday decorations, but had not brought out the Santa I had lent him. So I took it back.

That Santa was given to me by my boss during the terrible 1998 ice storm. I had come to work in spite of not having any electricity at home, and when I told my boss how I liked the nice Santa on the coffee table in the reception area, he gave it to me. He told me most of the people at the office thought it was over the top, and some even did not like it at all. I could not believe it! I thought it was so nice!

When I brought the Santa home that night, my mother, T and I sat at the dining table after supper and admired the Santa under candle light. We were glad the Santa had so many details about him. We spent hours admiring him and talking about all the animals around him and the gifts he carried. My mother's Alzheimer's was starting to show, and T was drinking a lot to make his cracked ribs bearable (he fell walking outside on the ice), so the Santa made that evening very pleasant. Of course, I had to leave ever so often to bring in some more wood, and feed the stove, so that we could bring the house up at a decent temperature before we all retired and went to bed.

As usual, during the night, I would wake up cold and I would go back to the stove, put in more wood in it, bring the fire up and stay watching the stove for a while to make sure it was stable, then go back to bed to try to sleep a few more hours before going back to work.

Yes, this Santa brings a lot of memories. And it is back in my home, in a place of honor. We will wait for Christmas together.

Tuesday, December 15, 2015

Why would Quebec start smoking now?

Photo: Pétrolia à Gaspé courtoisie M C Costisella

"Alors que l'ensemble de la planète tente d'orchestrer la sortie d'une économie dominée par les hydrocarbures, se lancer aujourd'hui dans l'exploitation du pétrole équivaudrait à commencer à fumer à l'âge de 50 ans."

Tiré de l'article "L'avenir sans pétrole" de Michel David publié dans Le Devoir le 15 décembre 2015.


My translation: While the whole planet is trying to orchestrate the end of an economy dominated by hydrocarbons, to start today extracting oil would be like to start smoking at age 50.

Monday, December 14, 2015

Le Bonheur

Living without illusions is the secret to happiness.

Anatole France also said: "Until one has loved an animal a part of one's soul remains unawakened."

Monday, December 7, 2015

Anticosti - Des incohérences mur à mur

Suite à la lecture du reportage intitulé "L'exploration suit son cours sur Anticosti" signé Alexandre Shields publié dans Le Devoir d'aujourd'hui, suit le 7 décembre 2015, j'ai rapidement relevé 5 incohérences dans le dossier d'Anticosti.

Incohérence #1:

"Pendant que le premier ministre Philippe Couillard répète au sommet sur le climat de Paris qu'il n'a "rien à voir" avec le projet d'exploration sur Anticosti, la coentreprise dans laquelle son gouvernement est le principal bailleur de fonds a déjà désigné les trois secteurs de l'île où auront lieu les forages avec fracturation hydraulique l'an prochain."

Comment peut-on à la fois n'avoir rien à voir d'un côté et être le principal bailleur de fonds à une série de forages exploratoires impliquant des fracturations hydrauliques, aussi dangereuses et risquées, sinon plus, que les forages d'exploitation, rappelons-le.

Incohérence #2:

"Cette campagne exploratoire a coûté, selon les chiffres avancés par le gouvernement, 56,7 millions de dollars en fonds publics. Philippe Couillard se dit d'ailleurs "pris" avec une entente signée par le Parti québécois, entente en vertu de laquelle Québec serait forcé de mener les travaux à leur terme, sous peine de "pénalités" en cas de rupture de contrat. Or, ce contrat n'a jamais été rendu public..."

Si l'exploration jusqu'à date a coûté $56,7 millions de fonds publics, et une bris du contrat impliquerait des pénalités, est-ce que le public n'aurait pas droit à lire les détails du dit contrat?

Incohérence #3:

"Fait à noter, l'EES dirigée par le gouvernement Couillard ne pourra pas tenir compte des impacts environnementaux des opérations de fracturation à venir puisqu'elle doit se terminer avant la fin de 2015. Cette EES doit pourtant servir à l'élaboration de la loi sur les hydrocarbures qui devrait être présentée au printemps prochain, soit avant les forages avec fracturation prévus sur Anticosti."

Rien qu'à regarder le calendrier, on met clairement la charrue devant les boeufs.

Incohérence #4:

"Dimanche, un total de 12 études commandées par le gouvernement n'avaient toujours pas été rendues publiques, près de trois semaines après la fin des consultations publiques sur l'EES. Parmi celles-ci, on retrouve une étude qui doit permettre de qualifier et de quantifier "les principaux effets sociaux, économiques et environnementaux qui résulteront d'activités d'exploration et d'exploitation des hydrocarbures sur Anticosti". Une autre porte "sur les principaux avantages et les principaux coûts pour la société (québécoise et anticostienne) qui pourraient résulter d'une éventuelle exploration des hydrocarbures".

Me semble que les participants aux consultations publiques auraient été grandement interpelés par des études portant sur des points sociaux, économiques et environnementaux.

Incohérence #5:

"Le ministère de Finances a par ailleurs élaboré un scénario "optimisé" qui indique que l'exploitation sur l'île pourrait durer pas moins de 75 ans. Au cours de cette période, qui doit en théorie mener à une élimination mondiale du recours aux énergies fossiles, l'industrie pourrait forer au moins 4155 puits répartis sur 445 plateformes."

Si Couillard vient de prédire la fin du gaz, faudrait m'expliquer pourquoi on se jetterait la tête la première dans une aventure qui durerait 75 ans, coûterait une fortune ($8,8 millions par forage - transport exclus), et causerait des dommages irréparables à une île située en plein milieu du fleuve Saint-Laurent.


***Mise à jour: Vous rappelez-vous que je vous ai prévenu du fait que l'invasion de l'industrie tend à déchirer la cohésion d'une communauté qu'elle envahit? Aujourd'hui, le 8 décembre 2015, on apprend que le maire d'Anticosti démissionne "pour des raisons personnelles". Lien:


There are so many inconsistencies in the Anticosti oil and gas project, it's hard to know where to start. But this article brought up a few that are worth mentioning:

Inconsistency #1:

In Paris, Quebec Prime Minister Couillard likes to repeat that he has nothing to do with Anticosti and that as far as he's concerned, gas is over as a source of energy. But yet, Quebec is the main source of money for the exploratory plan on Anticosti, and the 3 sites to drill next year have been picked out.

Inconsistency #2:

The exploratory campaign has cost the taxpayers' money $56.7 million. Couillard says he cannot back down now because there would be penalties to pay. In spite all this, the contract detailing all this public money expenditure has still not been made public.

Inconsistency #3:

The Strategic Environmental Assessment will not include the environmental impacts of the fracking to come next year because it will come to its conclusions before the end of this year. And the province's law on hydrocarbons will be based on it, and that should be tabled next Spring, before the fracking starts on Anticosti Island. That's putting the cart before the horse. More than once.

Inconsistency #4:

The public consultations for the Stragegic Environmental Assessment are over and done with, but 12 reports of the government are still not public. Two of them are about the main social, economical and environmental effects of exploration and exploitation hydrocarbon activities on Anticosti, and the main advantages and costs of the eventual hydrocarbon exploration to Quebec and Anticosti society. I think those studies should have been made accessible to the people who took the time to be part of the assessment.

Inconsistency #5:

Even though, in Paris, Couillard just said that gas was over, Anticosti exploitation could last at least 75 years, at least 4,155 wells could be drilled on 445 platforms, and the fracking costs could be $8.8 million, excluding transportation and infrastructures. All that on an island in the middle of the St. Lawrence River. So why bother?

****Update: Today December 8 2015, we learn that the Mayor of Anticosti Island is resigning "for personal reasons". Let's not forget that one of the terrible effects of the invasion of the industry in a community is how the social fabric of the place is torn apart.

Sunday, December 6, 2015

Getting ready for snow

There is still no snow in the forecast for the coming week, but I am slowly getting ready for the inevitable.

The Adirondack chair I had put together and finally painted yellow is put away in the garden shed. I noticed the paint is blistering a bit in a few places, so a sanding and touch up job is already waiting for me next spring. I brought in the box containing the other one that was bought at the same time but never put together: that should keep me busy for a part of the winter in the basement extension built back in 2013. There is a door to that room, so I can keep the cats away while the paint is drying. That one will be painted white, I think.

I hung the pine cone wreath on the door of the garden shed just to give me something nice to look at until the snow flies and it already pretties up the whole place.

The outside watering faucets are all shut off so they will not freeze. The rubber pads to protect the wooden back porch from the enameled steel roof ice jams are by the garden shed door, ready to be laid out on the floor under the roof line.

The snow shovels are hanging from the spruce in the back, ready for any surprise snow fall that could spring up on me anytime now.

The electric extension cords are all lined up in the basement on a rack, ready to put up some Christmas lights in my baby conifers: a small cedar next to the garage will help keep that corner of the property gay during the darkest season of the year, and a small Colorado Blue Spruce on the other side of the house will also bear lights helping to show the way down the driveway towards the front door. But I am not in a hurry to hang the lights yet: I like to turn them on only when there is snow on the ground. Otherwise, the whole thing looks much too commercial to my taste.

And so fall lingers on. They say we will have a mild winter. We shall know soon enough.

Friday, December 4, 2015

Qu'est-ce qui inquiète le scientifique sur le climat le plus reconnu au monde?


Ma traduction libre d'un reportage d'Andrew Nikiforuk publié dans The Tyee, un quotidien en ligne de la Colombie-Britannique.

James Hansen se fait du souci durant les pourparlers à Paris, et avec raison.

Vous vous rappelez peut-être que Hansen était le scientifique de la NASA qui avait eu le courage de prévenir le Congress des États-Unis sur les périls de la hausse de la température du globe dès 1988.

Et vous vous rappelez peut-être que les autorités de l'administration George W. Bush avaient donné les instructions au plus grand scientifique des changements climatiques de ne pas parler du fait que la combustion des combustibles fossiles pourrait avoir des effets dangereux sur le climat en 2004.

Mais Hansen a continué de parler des glaces qui fondent, des niveaux des océans qui montent, des villes côtières inondées et des super tempêtes. Et maintenant il s'inquiète que Paris sera un autre causette bureaucratique qui évite le vrai remède: des réductions rapides d'émissions de combustibles fossiles grâce à une taxe carbone.

Mais il y a rapide et rapide. Hansen ne croit pas que les économies industrielles mondiales ont le temps d'être satisfaits de stabiliser les émissions de dioxyde de carbone autour de 450 ppm ou même le 400 ppm présentement. Non. Afin de redonner l'équilibre énergétique de la Planète, maintenant déstabilisée par des siècles d'émissions de gaz à effet de serre, le monde a besoin de viser 350 ppm et peut-être moins.

Tout le monde s'entend pour dire que le business as usual va nous mener à 600 ppm d'ici 2050, avec une hausse de la température mondiale de 4 degrés.

Ce futur sombre donnera au monde des villes côtières inondées, des récoltes desséchées, des millions de réfugiés et des écosystèmes en perdition. Personne ne sait vraiment ce qui resterait de la civilisation telle que nous la connaissons.

Hansen craint que les politiciens ne comprennent toujours pas l'urgence du moment. Il craint aussi que le Président des É.-U. Barack Obama et les autres vont vendre l'avenir de nos enfants et les leurs à Paris avec encore d'autres promesses sans agir.

Il craint aussi que Les Gros Verts, une myriade de groupes non gouvernementaux biens financés, n'ont pas leurs priorités à la bonne place. La plupart pensent que le monde entier peut copier la révolution renouvelable de l'Allemagne et être heureux à tout jamais.

Dans un communiqué récent et inquiétant affiché sur son site, Hansen explique en détails ses préoccupations en soulignant quelques faits sur les changements climatiques que les principaux médias ne mentionnent pas la plupart du temps.

Les dommages cumulatifs

Les changements climatiques ne sont pas les en-têtes sur le carbone d'aujourd'hui, mais sont la pollution cumulative qui remonte à la révolution industrielle, les moteurs à vapeur et l'extraction effrénée du carbone, écrit Hansen.

Bien que la Chine peut dire qu'elle est la principale source de carbone aujourd'hui (les É.-U. suivent de très près en 2e position et l'Inde est en 3e position), ce n'est pas vraiment çà le coeur du sujet.

Le problème a commencé il y a près de 400 ans et la plupart de ce carbone n'a pas été absorbé par les océans et la biosphère et a déstabilisé l'équilibre énergétique de la planète. Le dommage est déjà là.

Quand on le regarde d'une perspective cumulative, les É.-U. sont responsables pour le quart des changements climatiques causés par l'humain et la Chine seulement de 10%. L'Allemagne, le Japon, la Russie et la Grande Bretagne ont chacun joué un rôle beaucoup plus important à déstabiliser le climat que l'Inde, aussi.

Par rapport au nombre d'habitants, l'histoire prend du pire. L'Empire britannique mu au charbon et l'Empire américain mu au pétrole sont les plus responsables pour l'anarchie du climat global. C'est un fait qui mérite qu'on y réfléchisse.

En fait, écrit Hansen, "la Grande-Bretagne, les États-Unis et l'Allemagne ont une responsabilité par habitant qui dépasse la responsabilité de la Chine et de l'Inde par un facteur de 10."

Et, remarque Hansen, "L'Occident a consommé la plupart du carbone mondial alloué au budget."

Cela veut dire que le patrimoine commun de l'humanité doit laisser la majorité de ce qui reste des combustibles fossiles, incluant le bitume du Canada et le gaz de schiste de la Colombie-Britannique, sous terre, "ou nos enfants et les générations futures sont fourvoyées."

Approches stupides

Mais la plupart des politiciens dont le Président Obama et le Premier Ministre Justin Trudeau ne poussent pas vraiment le monde vers cette direction politique.

À la place, ils semblent penser que des réductions négociées volontairement combinées à des idées stupides comme un système de plafonnement et d'échange et la capture et le stockage du carbone vont fournir une solution.

Le plafonnement des émissions ne fonctionne pas, selon Hansen, parce que vous ne verrez jamais 195 nations se mettre d'accord sur une formule qui est équitable ou à un taux qui éviterait une déstabilisation dangereuse du climat.

Cette approche n'a pas fonctionné, encore et encore. Après 20 ans de rhétorique plaisante et souvent Orwellienne sur un système de plafonnement et d'échange, les émissions sont en hausse fulgurante.

Depuis les 14 dernières années, 21 des nations les plus gourmandes énergétiquement ont augmenté leurs émissions de carbone de 50%, démontre Hansen. Seule la stagnation économique a permis à quelques nations comme la Grande Bretagne et l'Italie de réduire leurs émissions de presque 25%.

L'historique de la capture et le stockage du carbone, la pratique absurde d'enfouir le carbone sous terre pour qu'on puisse continuer d'agir de la même façon sur la surface, demeure une chronique de difficultés techniques sans fin à des coûts exorbitants. Pourtant les gens à Paris vendent cette technologie ridicule comme étant une solution.

Inventée par l'industrie énergétique afin de créer le mythe du "charbon propre", la capture et le stockage demeurent un projet bidon.

Même le Financial Times avait fait remarquer que "Peu de technologies ont reçu autant de financement pendant autant d'années par un si grand nombre de gouvernements et de compagnies, avec de si piètres résultats."

La meilleure solution

Ce qui inquiète Hansen le plus est que ni les Nations Unies ni les leaders politiques ne veulent parler de la meilleure solution de toutes: un prélèvement progressif sur le carbone tiré des compagnies énergétiques à partir des mines domestiques et au port d'entrée d'un pays.

Une fois reçu, le prélèvement sur le carbone serait ensuite remboursé à tous les résidents selon un montant égal par habitant pour investir dans leur réduction en intensité énergétique et leur empreinte carbone.

Les gens qui consommeraient moins d'énergie recevraient réellement davantage dans leur dividende mensuelle qu'ils paieraient en prix à la hausse. Le prix du carbone commencerait bas et augmenterait à chaque année, stimulant ainsi systématiquement un changement énergétique et économique.

"L'élimination rapide des combustibles fossiles requise et l'introduction des alternatifs exige que le milieu des affaires et les consommateurs soient confiants que le prélèvement continuera d'augmenter," dit Hansen dans un autre rapport.

Le prélèvement, une sorte de tarification énergétique honnête, élimine aussi l'inertie économique vis-à-vis le changement. Tant et aussi longtemps que les combustibles fossiles demeurent peu dispendieux et tant et aussi longtemps que les prix ne reflètent pas leurs coûts écologiques, sanitaires et de l'eau pour la société, les sociétés vont continuer à les consommer.

Hansen mentionne les études économiques américaines qui suggèrent qu'un prélèvement sur le carbone et des dividendes diminueraient les émissions de carbone de 30% en 10 ans et plus de 50% en 20 ans, tout en augmentant le produit national brut. Ils créeraient aussi plus de trois millions de nouveaux emplois.

Un droit sur le carbone de $125 la tonne amasserait $600 milliards et produirait une dividende d'une valeur d'environ $6,000 par famille (avec 2 enfants) aux États-Unis uniquement.

La Chine et l'Inde accepterait mieux un tel système que de la capture volontaire parce que les changements climatiques les menacent davantage qu'un énorme bouleversement, selon Hansen.

Quelques centaines de millions de personnes vivent à l'intérieur d'une altitude de 25 mètres au-dessus du niveau de la mer en Chine, et ces deux pays peuvent s'attendre à souffrir gravement d'une intensification de sécheresses, d'inondations et d'orages qui viendront avec le réchauffement planétaire en progression.

Hansen ne considère pas un prélèvement sur le carbone et des dividendes comme une panacée. La Planète devra s'attaquer à ses dépendances aux vieilles énergies peu coûteuses à la vitesse, la quantité et la mobilité. Probablement, nous devrons aussi abandonner le mythe de "l'énergie propre," parce que toute forme d'énergie vient avec un coût écologique et un dilemme moral.

La façon de l’Allemagne n'est pas celle à copier

Mais personne à Paris ne fait vraiment la promotion d'un prélèvement carbone et dividende. À sa place, la foule concentrée sur le carbone continue de célébrer la capture volontaire tandis que Les Gros Verts laissent entendre que la façon de l'Allemagne est le modèle à suivre.

On doit dire que l'Allemagne a fermé ses centrales nucléaires, subventionné les renouvelables et réduit ses émissions, ce qui à leur tour ont mené à une augmentation des prix de l'électricité. Un projet de plafonnements et d'échanges a aussi joué un rôle. En même temps, l'industrie allemande a exporté la production de plusieurs produits de consommation vers d'autres pays qui brûlent des combustibles fossiles impunément.

Il en résulte, selon Hansen, que "les émissions globales diminuent peu, si du tout."

En conséquence, l'Allemagne demeure une expérimentation qui soulève une question: "Est-ce qu'une nation riche avec des capacités exceptionnelles en ingénierie et un public disposé à subventionner les énergies renouvelables peut se débarrasser rapidement de ses émissions de carbone?"

Alors Hansen s'inquiète.

"Le message scientifique valable est que les émissions doivent être réduite aussi rapidement que de façon pratique. Et cela implique que le prix des combustibles fossiles doivent être rendus honnêtes en ajoutant un prélèvement du carbone croissant."


What Worries the World's Most Famous Climate Scientist?

James Hansen is fretting about the Paris talks, and for good reason.

By Andrew Nikiforuk, published on line in

James Hansen is fretting about the Paris climate talks, and for good reason.

You might recall that Hansen was the NASA scientist that boldly warned the United States Congress about the perils of rising global temperatures as early as 1988.

And you might remember that officials with the U.S. administration of George W. Bush instructed the world's most famous climate change scientist not to talk about how fossil fuel burning could have a dangerous effect on climate in 2004.

But Hansen kept on talking about melting ice, rising seas, flooded coastal cities and super storms. And now he's worried that Paris will be another bureaucratic gabfest that avoids the true remedy: rapid fossil fuel emissions reductions driven by a carbon levy.

By rapid, Hansen doesn't think the world's industrial economies have time to be self-satisfied about stabilizing carbon dioxide emissions around 450 parts per million or even the alarming present amount of 400 ppm. No, to restore the Earth's energy balance, now unsettled by centuries of greenhouse gas emissions, the world needs to aim for 350 ppm and possibly lower.

Everyone agrees that business as usual will take the world to 600 ppm by 2050, along with a rise of temperature by four degrees.

That grim future will give the world drowned coastal cities, parched crops, millions of refugees and failing ecosystems. Nobody really knows what would remain of civilization, as we know it.

Hansen worries politicians still don't get the urgency. He also worries that U.S. President Barack Obama and others will sell our children and theirs "down the river" in Paris with more promises and no action.

He worries, too, that Big Green, a plethora of well-funded non-government organizations, have got their priorities all wrong. They mostly think the world can copy Germany's renewable revolution and be blissful ever after.

In a recent and worrisome communiqué posted on his website, Hansen details his concerns by highlighting a few facts about climate change that the mainstream media often ignore.

Cumulative damage

Climate change is not about today's carbon headlines, but about cumulative pollution that dates back to the industrial revolution, steam engines and the feverish mining and burning of coal, Hansen writes.

Although China can claim to be the world's top carbon maker today (the U.S. is a close second and India a rising third), that's not really the point.

The problem started nearly 400 years ago and much of that carbon has now been absorbed by the ocean and biosphere and has destabilized the world's energy balance. The damage has been done.

When looked at from a cumulative perspective, the U.S. accounts for one-quarter of man-made climate change and China but 10 per cent. Germany, Japan, Russia and the United Kingdom have each played much bigger roles in destabilizing the climate than India, too.

On a per capita basis, the story gets worse. The coal-fired British Empire and the oil-burning American Empire hold the most responsibility for bringing anarchy to the globe's climate. That's a sobering fact worth thinking about.

In fact, Hansen writes, the U.K., U.S., and Germany "have per capita responsibilities exceeding the responsibilities of China and India by almost a factor of 10."

As Hansen notes, "the West burned most of the world's allowable carbon budget."

That means that the global commons must leave most of the remaining fossil fuels, including Canada's bitumen and British Columbia's shale gas in the ground, "or our children and future generations are screwed."

Stupid approaches

But most politicians including President Obama and Prime Minister Justin Trudeau aren't really pushing the world in that policy direction.

Instead, they somehow think that voluntary negotiated reductions combined with stupid ideas such as cap and trade and carbon capture and storage will deliver a solution.

Caps on emissions won't work, argues Hansen, because you'll never get 195 nations to agree on a formula that is fair or at a rate that would prevent dangerous climate destabilization.

The approach has repeatedly failed. After 20 years of pleasant and often Orwellian rhetoric about cap and trade, emissions have soared.

In the last 14 years, 21 of the globe's most energy intensive nations increased their carbon emissions by 50 per cent, Hansen shows. Only economic stagnation helped a few nations such as the U.K. and Italy reduce their emissions by nearly 25 per cent.

The history of carbon capture and storage -- the absurd practice of burying carbon underground so you can behave the same way on top of it -- remains a chronicle of endless technical difficulties and obscene costs. Yet folks in Paris are touting the ridiculed technology as a solution.

Invented by the energy industry to create the myth of "clean coal," carbon capture and storage remains a boondoggle.

Even the Financial Times has noted that "Few technologies have had so much money thrown at them for so many years by so many governments and companies, with such feeble results."

The best solution

What worries Hansen even more is that neither the United Nations nor political leaders want to talk about the best solution: a progressive levy on carbon collected from energy companies at domestic mines and port of entry.

Once collected, the carbon levy would then be returned to all residents in equal per capita amounts to invest in reducing their energy intensity and carbon footprint.

People who use less energy would actually receive more in their monthly dividend than they pay in increased prices. The carbon fee would start small and rise each year, and thereby stimulate systematic energy and economic change.

"The required rapid phase-out of fossil fuels and phase-in of alternatives requires that businesses and consumers be confident that the fee will continue to rise," says Hansen in a related paper.

The fee, a form of honest energy pricing, also removes the economic inertia for change. As long as fossil fuels remain cheap and as long as prices don't reflect their ecologic, health and water costs to society, societies will burn them.

Hansen points to U.S. economic studies that suggest a carbon levy and dividend would decrease carbon emissions by 30 per cent in 10 years and more than 50 per cent in 20 years, while increasing gross national product. They would also create more than three million new jobs.

A carbon fee of $125 per tonne would collect $600 billion and yield a dividend worth about $6,000 per family (with two children) in the U.S. alone.

China and India would find such a system more palatable than voluntary caps because climate change threatens them with massive upheaval, reckons Hansen.

Several hundred million people live within a 25-metre elevation of sea level in China, and both countries stand to suffer grievously from intensification of droughts, floods and storms that will accompany continued global warming.

Hansen doesn't regard a carbon levy and dividend as a panacea. The globe will have to address its old cheap energy addictions to speed, quantity and mobility too. We might also have to abandon the myth of "clean energy," because every form of energy comes with an ecological price tag and a moral quandary.

Germany not the way

But nobody in Paris is really championing a carbon fee and dividend. Instead, the carbon-centric crowd continues to celebrate voluntary caps while Big Green points to Germany as the path forward.

For the record, Germany closed nuclear power plants, subsidized renewables and lowered emissions, which in turn led to high electricity prices. A cap and trade scheme played a role, too. At the same time, German industry exported the production of many consumer products to other countries that burn fossil fuels with abandon.

The end result, says Hansen, is that "global emissions decline little, if at all."

As a consequence, Germany remains an experiment that presents a question: "Can a wealthy nation with exceptional engineering ability and a public willing to subsidize renewable energies rapidly phase out carbon emissions?"

And so Hansen worries.

"The valid scientific message is that emissions must be reduced as rapidly as practical. And in turn, that implies the price of fossil fuels must be made honest by adding a rising carbon fee." [Tyee]


Le journaliste des temps modernes

"I'm really not interested in working anymore for the mainstream press. I don't think the mainstream press is doing its job, and its primary job is really to monitor the centers of power."


Ma traduction libre:

"Je ne suis plus vraiment intéressé à travailler pour les grands médias. Je ne crois pas que les grands médias font leur travail, et leur principale tâche est vraiment de faire le monitorage des centres du pouvoir."

- Andrew Nikiforuk, auteur et journaliste d'enquête indépendant

Thursday, December 3, 2015

Une famille abandonne leur maison à cause d'une station de compression


Ma traduction libre d'un reportage publié en ligne:

Minisink, New York - Au mois de juin, Leanne et Rob Baum et leurs 4 enfants ont abandonné leur maison à Minisink, la laissant à la banque qui détient leur hypothèque et à un ami pour la surveiller. Des symptômes inquiétants à cause des émissions d'un compresseur à gaz de 12,600 chevaux vapeur construit dans leur voisinage rural il y a 2 ans par Millennium Pipeline , LLC, a provoqué leur décision, dit Leanne. Après avoir été sur le marché pendant 6 mois sans offres d'achat pour leur maison, et la vendre à une autre famille leur semblait d'une moralité douteuse.

"Une fois que vous savez, vous ne pouvez plus ignorer les dangers," dit-elle. "J'espérais que personne ne serait intéressé."

Personne ne l'était, d'ailleurs, et d'autres dans le voisinage ont négocié des offres ridicules afin de vendre leurs maisons, après avoir été un an sur le marché, le tout dans une communauté rurale qui avait déjà été paisible, dit Baum.

Les Baums avait acheté leur maison à 4 chambres à coucher pour $374,000, et ont investi environ $250,000 en payements et améliorations pendant les 9 années qu'ils y ont vécu. En plus d'avoir mis des planchers de bois franc, rénové l'éclairage, ajouté une salle de séjour, un poêle à bois et un patio, ils avaient aussi emménagé le terrain sur 2 acres. Leurs arbres fruitiers, des pommiers, des cerisiers et des pêchers, plate-bandes et serre produisaient leur nourriture qu'ils cannaient et donnaient à leurs amis. Ils vendaient de la confiture de framboises à un marché fermier et buvaient du vin fait avec des raisins qu'ils avaient récoltés chez eux.

Mais depuis ces deux dernières années, ils avaient perdu le goût de jardiner. Rob avait commencé à souffrir de maux de tête au réveil qui disparaissaient une fois rendu au travail, bien que son lieu de travail était poussiéreux, mal aéré et éclairé avec des fluorescents, dit Leanne. Ses yeux à elle étaient rendus trop irrités pour continuer de porter ses lentilles cornéennes, et elle avait remarqué que ses enfants étaient devenu léthargiques. Bien qu'ils avaient l'habitude de jouer à des jeux imaginaires dehors, dans leur maison construite dans un arbre et à sauter sur une trampoline, les Baum ont commencé à se demander si cela était une bonne idée à cause des émissions toxiques du compresseur.

Les règlements de l'OSHA (administration d'hygiène et sécurité au travail) pour les lieux de travail sont plus sévères que pour les compresseurs," dit Leanne. "Et ils sont pour un homme de 6 pieds, pas des enfants dont le métabolisme est plus rapide."

Même certains arbres fruitiers des Baum avaient l'air malade avait remarqué David Brown, un consultant en santé environnementale quand il était venu leur rendre visite lors d'un sondage sur la santé de 35 résidents vivants en dedans d'un kilomètre et demi du compresseur. Brown, un ancien chef tu Environmental Epidemiology and Occupational Health au Connecticut, et son groupe du Southwest Pennsylvania Environmental Health Project (SPEHP), trouvaient que les résidents souffraient d'un profil de symptômes qui augmentaient quand les émissions augmentaient dans le voisinage, selon des appareils de monitorage des particules de matière et de spécimens d'airs prélevés durant des évènements d'odeurs.

Le compresseur triplait les niveaux de particules de matière fine qui provoquent des inflammations partout sur le corps et augmente la possibilité de souffrir d'une crise cardiaque et d'autres maux, selon Joel Schwartz, un épidémiologue environnemental de Harvard. Des émissions de produits chimiques organiques volatils identifiés par le SPEHP se trouvent du formaldéhyde et du benzène, qui sont considérés comme dangereux à n'importe quelle concentration et sont liés à la leucémie enfantine selon l'Organisation mondiale de la Santé.

Rob était l'un des douze des 35 dans le sondage qui souffrait de maux de tête après le début du fonctionnement du compresseur. L'un des enfants des Baum était l'un des 10 qui avaient des irritations cutanées. Des problèmes respiratoires affectaient 22 des personnes du sondage, six des 12 enfants du sondage soufraient de saignements de nez; au moins deux adultes devinrent asthmatiques. Et, en cohérence avec ce que les Baum avaient remarqué chez leurs enfants, " les niveaux de santé mentale et bien-être étaient sous la normale pour la moitié des participants du sondage," selon le sommaire du sondage.

Ces résultats concordaient avec les données rapportées au travers le pays autour des infrastructures gazières, dont les sites de forage. Wilma Subra, une consultante en santé environnementale qui avait reçu une bourse MacArthur Fellowship pour son travail communautaire génial, avait découvert que 90% des personnes qui vivent et travaillent en dedans de 2 à 3 milles d'un compresseur développent de tels symptômes. Des problèmes chroniques qui en résultent sont des dommages d'organes, des anomalies congénitales et la leucémie. Deux cent résidences se trouvent à moins d'un demi-mille du compresseur de Minisink. Un projet de Competitive Power Ventures, LLC, pour construire une centrale à gaz à quelques milles de là, à Wawayanda, augmenterait le fonctionnement du compresseur et générerait les mêmes émissions que le compresseur mais en quantités multiples. Pour les gens qui habitent à quelques milles d'une centrale, les effets néfastes pour la santé sont intensifiés, dit Subra.

Les Baums avaient l'habitude d'ouvrir leurs fenêtres la nuit, mais Brown leur a dit, "Vous ne voulez pas faire cela," se rappelle Leanne. "Cela m'a donné un frisson."

Des problèmes de sécurité émergeaient aussi. Des vapeurs près du compresseur ont forcé un voisin d'appeler le 911 un dimanche soir quand Leanne était seule à la maison avec le bébé.

"Quand les premiers répondants sont arrivé sur le site du compresseur, ils ne pouvaient pas aller au-delà de la barrière barrée," se rappelle-t-elle. "Qu'est-ce que j'étais supposée de faire? Rester? Partir?"

Columbia Pipeline Group (CPG), la compagnie mère de Millennium, fait le monitorage du compresseur à distance à partir de Charleston, en Virginie Occidentale, selon Scott Castleman, le spécialiste sénior en communications de CPG. Les autorités à CPG ont refusé de fournir de l'information sur les employés hors des heures de bureau.

Quand les résultats du sondage sur la santé sont sortis au début de 2015, les Baums, en collaboration avec d'autres résidents de Minisink, avaient perdu leur poursuite en cour fédérale contre Millennium et le FERC (commission du régulateur énergétique fédéral) qui avaient authorisé le compressor. Il aurait pu être installé dans une région au zonage industriel dans Deerpark, où Millennium avait déjà des installations, selon le groupe de Minisink. Également, l'évaluation d'impacts environnementaux sur l'application du compresseur avait omis les plans pour une centrale à Wawayanda, qui avait été documenté secrètement des années auparavant.

"L'industrie gazière et le FERC considère que Minisink est une communauté hôte, mais nous ne sommes pas des hôtes. Nous sommes pris en otage," it Pramilla Malick, une résidente de Minising et fondatrice du groupe Protect Orange County. "La décision du FERC dans le cas de Minisink soulève de sérieuses questions sur la constitutionnalité du processus d'octroi de permis. Millennium avait admis qu'ils avaient une alternative viable, mais l'ont rejetée pour des raisons économiques. S'ils avaient une alternative viable, alors pourquoi est-ce que les intérêts financiers d'une compagnie qui vaut des milliards sont plus importants que les droits fondamentaux des citoyens ordinaires? Vu l'importance du projet de CPV Valley, les impacts économiques et sur la santé continueront d'augmenter partout dans la région."

Elle nous fait remarquer que la construction de centrales crée un besoin de construire d'autres infrastructures gazières, dont des pipelines et des stations de mesurage, ainsi que d'autres compresseurs, qui ont tous des effets problématiques sur la santé à cause des émissions et des fuites, a constaté Subra.

Toutefois, le FERC a continué d'octroyer des permis sans tenir compte, apparemment, de ces préoccupations. Alors, pendant 5 jours, Malick a participé à une grève de la faim de 18 jours en face des bureaux du FERC à Washington, D.C., avec le groupe Beyond Extreme Energy, un groupe national qui demande un arrêt aux octrois de permis pour construire des infrastructures des combustibles fossiles.

Des professionnels de la santé se joignent aussi à l'opposition gazière. En octobre, des membres du Physicans for Social Responsibility et du groupe Concerned Health Professionals of New York ont envoyé une lettre au gouverneur de New York, Andrew Cuomo, lui demandant un moratoire sur les constructions des infrastructures gazières à cause des problèmes de santé publique à cause des émissions toxiques,

Les Baum et d'autres résidents de Minisink se sont battus pendant 2 ans pour que le compresseur ne soit pas construit, et c'est alors que Farmstead Land Development LLC, dont l'actionnaire principal est Dean Ford sénior, a vendu le terrain à Millennium, à condition d'avoir les permis locaux et fédéraux. Ford a justifié la vente en disant que les temps étaient durs pour les fermiers, selon Leanne.

"C'était la dernière grande ferme de la région," dit-elle. "S'il était venu voir ses voisins, nous aurions transformé le terrain en parc, et il aurait été un héros." Elle pense que les autorités locales et fédérales ont laissé tomber la communauté.

On pensait: comment peuvent-ils être si aveugles? Mais le gouvernement dit que l'industrie doit survivre. Otez-vous de là. La décision fédérale a été la plus dure. Et maintenant, qu'arrivera-t-il? Nous étions pris avec la maison et l'hypothèque. On ne peut pas tout simplement partir, n'est-ce-pas? Mais nous avons commencé à déconstruire la maison, se débarrasser de certaines choses, donné des meubles. Nous avons fait des boîtes comme si nous déménagions, sans destination en tête. C'était comme bizarre. Nous avons arrêté de payer l'hypothèque et avons décidé qu'on s'en irait à un moment donné.

Quand Brown a expliqué les résultats du sondage sur la santé, cela a été le catalyseur, dit Baum. "Est-ce que dans 15 ans je vais devoir emmener mes enfants en chimiothérapie parce que nous y sommes restés trop longtemps?"

Les Baum ont rendu visite chez des amis dans le Midwest durant l'hiver, et leurs amis ont proposé un travail à Rob. Au début de 2015, il a reçu une offre d'emploi et il a décidé de le prendre. Il irait d'un emploi de bureau comme acheteur corporatif à un travail de col bleu pour une compagnie d'équipement extérieur pour creuser des puits d'eau potable.

"Mon mari est un homme de la Renaissance qui peut faire ce qu'il veut s'il y est décidé. Maintenant, il revient du travail les vêtements sales," dit Leanne.

Les Baum négocient avec la banque afin d'obtenir un acte notarié au lieu d'une saisie.

"Nous n'avons pas tout simplement laissé les clefs sous le tapis du parvis," dit Leanne. "Mais notre cote de crédit en a pris un coup.

Ils vivent maintenant dans une maison louée dans une municipalité du Midwest.

"Les gens nous demandent: 'Vous avez déraciné votre famille pour commencer un nouveau travail. Qu'est-ce qui vous a fait faire çà? Nous nous assoyons avec eux pour s'expliquer," dit Leanne. "Sur la rue au centre-ville, nous voyons des gens marcher pour faire signer des pétitions pour faire arrêter le fracking. Ils n'en sont pas conscients."


House abandoned because of compressor station; Family walks away from $250,000

November 24, 2015 —

MINISINK, NY — In June, Leanne and Rob Baum and their four children abandoned their house in Minisink, leaving it to the bank holding the mortgage and oversight by a friend. Ominous symptoms from emissions of a 12,600 horsepower gas compressor built in their rural neighborhood two years before by Millennium Pipeline, LLC, prompted their decision, said Leanne. After it had been six months on the market they had no offers on their house, and selling to another family felt morally questionable.

“Once you know, you can’t un-know about the hazards,” she said. “I hoped no one would be interested.”

No one was, and others in the neighborhood negotiated with “lowball offers” to sell their houses in the once-quiet rural community after they had been a year on the market, Baum said.

The Baums had bought their four-bedroom house for $374,000, and invested about $250,000 in payments and improvements during their nine years there. In addition to putting in hardwood floors, lighting upgrades, a family room, wood stove and patio, they had landscaped two acres. Their apple, cherry and peach trees, gardens and greenhouse yielded produce they ate, preserved and gave away to friends. They sold raspberry jam at a farmers’ market and drank wine made from grapes they grew.

But in those last two years, they lost interest in gardening. Rob had begun waking up with headaches that went away when he arrived at work, though his office was dusty, low-ceilinged and lit by fluorescent lights, said Leanne. Her eyes became too irritated to tolerate contact lenses, and she noticed her children had become “lethargic.” Although they were accustomed to playing imaginary games outside, where they had a tree house and trampoline, the Baums began to wonder if that was a good idea, with the toxic emissions from the compressor.

“OSHA [Occupational Safety and Health Administration] regulations for the workplace are more stringent than for compressors,” said Leanne. “And that’s for a six-foot male, not for kids, whose metabolisms are faster.”

Even some of the Baum’s fruit trees looked sickly, as environmental health consultant David Brown noticed when he visited, while doing a health survey of 35 residents living within 1.5 kilometers of the compressor. Brown, former Chief of Environmental Epidemiology and Occupational Health in Connecticut, and his cohorts at Southwest Pennsylvania Environmental Health Project (SPEHP), found that residents exhibited a pattern of symptoms that increased when emissions surged in the neighborhood, as measured by particulate matter monitors and air samples during “odor events.”

The compressor tripled ambient levels of fine particulate matter, which produces inflammation throughout the body and increases the likelihood of heart attacks and other ailments, according to Harvard environmental epidemiologist Joel Schwartz. Volatile organic chemical emissions that SPEHP identified included formaldehyde and benzene, which are considered unsafe at any level and associated with childhood leukemia by the World Health Organization.

Rob was one of 12 of the 35 in the survey who developed headaches after the compressor began functioning. A Baum child was one of 10 who had rashes. Respiratory problems affected 22 people—six of the 12 surveyed children had nosebleeds; at least two adults became asthmatic. And, consistent with what the Baums noticed in their children, “Overall mental health and wellbeing levels were below normal for half of the respondents,” according to the survey summary.

These results echoed findings around the country near other gas infrastructure, including drilling sites. Wilma Subra, an environmental health consultant who received a MacArthur Fellowship “genius” grant for her community work, found that 90% of people living and working within two to three miles of a compressor develop such symptoms. Resulting chronic problems included organ damage, birth defects and leukemia. Two hundred homes are within a half mile of the Minisink compressor. A plan by Competitive Power Ventures, LLC, to build a gas power plant a few miles away, in Wawayanda, would increase compressor use and would generate the same emissions as the compressor but in multiple amounts. For people living within a few miles of a power plant, adverse health effects are intensified, says Subra.

The Baums had been in the habit of opening their windows at night, but Brown said, “You don’t want to do that,” Leanne recalls. “It sent a chill through me.”

Safety issues also loomed. Fumes near the compressor prompted a neighbor to call 911 on a Sunday night when Leanne was home alone with her baby.

“When emergency responders got to the compressor, they couldn’t get beyond the locked gate,” she recalled. “What was I supposed to do? Stay? Leave?”

Columbia Pipeline Group (CPG), Millennium’s parent company, monitors the compressor remotely from Charleston, WV, according to Scott Castleman, CPG senior communications specialist. CPG officials declined to provide information about on -staffing hours.

By the time health survey results came out early in 2015, the Baums, collaborating with other Minisink residents, had lost their federal court case against Millennium and the Federal Energy Regulatory Commission (FERC), which had approved the compressor. It could have been built in an industrially zoned area in Deerpark, where Millennium already had facilities; they were just avoiding costly replacement of seven miles of pipeline, the Minisink group said. Also, the compressor application’s environmental impact statement omitted mentioning plans for a Wawayanda power plant, secretly documented years before.

“The gas industry and FERC refer to Minisink as a host community, but we are not hosts. We are hostages,” said Pramilla Malick, a Minisink resident and founder of Protect Orange County. “FERC’s decision in the Minisink case raises serious questions about the constitutionality of the permitting process. Millennium admitted they had a viable alternative, but rejected it based on economics. If they had a viable alternative, then why was the Minisink compressor declared a ‘public necessity’? And why are the financial interests of a billion dollar company more important than the basic rights of ordinary citizens? Given the magnitude of the CPV Valley project, adverse health and economic impacts will continue to increase throughout the region.”

She points out that building power plants creates a need for constructing other gas infrastructure, including pipelines and metering stations, as well as compressors, all of which have problematic health effects from emissions and leaks, Subra found.

However, the FERC has continued issuing permits without apparent regard for these concerns. So, for five days, Malick participated in an 18-day hunger strike in front of FERC offices in Washington, DC, with Beyond Extreme Energy, a national group demanding a stop to fossil fuel infrastructure permitting.

Health professionals are also joining the gas opposition. In October, members of Physicians for Social Responsibility and Concerned Health Professionals of New York sent a letter to New York Gov. Andrew Cuomo requesting a moratorium on gas infrastructure construction because of public health problems from toxic emissions.

The Baums and other Minisink residents fought the compressor for two years before its construction, when Farmstead Land Development LLC, whose principal is Dean Ford Sr., sold Millennium the land, contingent on local and federal approvals. Ford blamed the sale on hard times for farmers, Leanne said.

“It was the last large farm in the area,” she said. “If he’d come to the neighbors, we could have made the land a park, and he would have been a hero.” She feels that both local and federal officials failed the community.

“We thought, how can they be so blind? But the government says industry must survive. Get out of the way. The federal decision was the hardest. Where do we go from here? We were bogged down by the house and mortgage. You can’t just walk away, can you? But we started taking the house apart, downsizing, giving away furniture. We packed like we were moving, with no destination in mind. It was kind of bizarre. We stopped paying the mortgage and decided we’d step away at some point.”

When Brown explained the health survey results that was the “catalyst,” said Baum. “Would I be taking one of my children for chemotherapy in 15 years because we’d stayed too long?”

The Baums had visited friends in the Midwest over the winter, and their friends connected Rob with a job possibility. Early in 2015 he received an offer and decided to take it. He would be shifting from a white collar job as corporate buyer for an outdoor equipment company to a blue collar job digging water wells.

“My husband is a Renaissance man who does what he puts his mind to. Now he comes home dirty,” said Leanne.

The Baums are working with the bank to get a “deed in lieu of foreclosure.”

“We didn’t just drop the keys on the doorstep,” says Leann. “But our credit is severely damaged.”

They now live in a rented house in a Midwestern city.

“People say to us, ‘You uprooted your family to start a new job. What made you do that? We sit them down and explain,” says Leann. “On the street downtown, we see people walk past petitions to stop fracking. It’s not on their radar.”